Nautisme info

Transat Jacques Vabre : Ralentissement sur la route d’Itajaí !

Transat Jacques Vabre :  Ralentissement sur la route d’Itajaí !
novembre 04
12:55 2015

Mi-figue mi-raisin à mi parcours Ralentissement sur la route d’Itajaí ! La flotte de la 12e édition de la Transat Jacques Vabre se compresse par devant. Les trois premiers IMOCA (Banque Populaire VIII, PRB et QueguinerLeucémie Espoir) ne sont plus qu’à 250 milles de Sobedo Ultim’ et MACIF, empêtrés dans le Pot au Noir. Derrière, si les Multi50 continuent d’allonger la foulée, les Class40 entre l’île de Madère et l’archipel des Canaries tentent de fuir une dorsale qui se dirige sur leur chemin. Deux phénomènes météorologiques qui vont donner encore plus de piment au match géant qui se déroule en ce moment sur l’Atlantique…

Encore 2 300 milles à courir pour les Ultimes, 2 500 pour les IMOCA, 2 700 pour les Multi50 et 3 600 pour les Class40. On vous l’avait dit : la Transat Jacques Vabre a la particularité d’être la plus longue des transats qui n’est jamais existée : 5 400 milles, soit 10 000 km ! Autant dire qu’à mi-parcours, les marins accusent le coup. Jean-Luc Nélias (Sodebo Ultim’) avait une petite voix ce matin à la vacation : « Ca commence à faire grincer les dents, nous sommes fatigués, nous aimerions que ça s’arrête ce Pot au Noir. ». Englués dans le pot pourri, adjectif adopté par les skippers pour parler de la Zone de Convergence Intertropicale, les équipages de Sodebo Ultim’ et MACIF sont sur le pont, à manœuvrer et à barrer pour parer ces changements incessants de direction de vent. Epuisant. Les deux trimarans géants s’observent, se contrôlent même si, comme le dit Jean-Luc Nélias, « c’est la loterie internationale ! » Ce soir, les conditions devraient devenir meilleures. Ce sera alors un grand sprint vers le Brésil…

Vers un nouveau départ dans le Pot en IMOCA Ca glisse encore pour les monocoques de 60 pieds, mais le trio de tête s’apprête à vivre un grand coup de frein dès ce soir. Banque Populaire VIII, PRB et Queguiner-Leucémie Espoir se tiennent en 26 milles… Un écart qui sera bientôt réduit à une peau de chagrin. Et cela plaît au deux poursuivants du tandem Le Cléac’h/Tabarly, qui naviguent avec l’espoir de sortir en tête du Pot ! « Pour les trois bateaux de tête, le Pot au Noir risque d’être un nouveau départ, il va y avoir un regroupement, il va falloir être habile, c’est une nouvelle course qui commence ! » expliquait ce matin Vincent Riou (skipper de PRB) à la vacation. Dans le sillage des premiers IMOCA 60’, le Multi50 FenêtréA Prysmian déboule à plus 20 nœuds tout en affinant sa stratégie d’entrée de Pot, bien content qu’il y ait du monde devant… Class40 : chamboulement imminent ! Elle se déplace vite et pile sur leur route… La dorsale va sans doute piéger une partie de la flotte des monocoques de 12 mètres. Si Le Conservateur (Yannick Bestaven/Pierre Brasseur) semble bien loti, derrière l’angoisse envahit les cockpit. V and B, Carac-Advanced Energies, Solidaires en Peloton ASERP et Teamwork 40 pourraient bien être très ralentis. Il ne fait aucun doute que les cartes vont être redistribuées la nuit prochaine. Le bateau brésilien Zetra a choisi de piquer au milieu des Canaries pour réparer en mer un problème d’étai. Ils seront probablement les seuls à apprécier cette période de vents calmes…

Le point sur les arrêts au stand :

Le Class40 SNBSM – Espoir Compétition (Valentin Lemarchand/Arthur Hubert) est reparti ce jour de Madère à 15h34 (heure française). Les deux marins sont parvenus à réparer leur rail de grand-voile sur le mât qui s’était arraché.

Le Class40 Creno-Moustache Solidaire fait relâche à Vigo depuis ce matin (4h00 heure française) où son équipe technique est sur place pour réparer une barre de flèche cassée. Thibault Hector et Morgan Launay sont dans l’état d’esprit de repartir en course le plus rapidement possible.

Le Multi50, Ciela Village (Thierry Bouachard/Oliver Krauss) est en escale à Mindelo au Cap Vert. Les réparations sur le balcon avant et le pont ont débuté ce matin. L’équipage est plus que jamais motivé pour repartir et arriver à Itajaí.

O Canada (IMOCA) est à La Corogne depuis samedi dernier 2h00 du matin. Eric Holden et Morgen Watson tentent de réparer le rail de grand-voile arraché en tête de mât.

Tags
Partager

Articles en relation