Nautisme info

Arrivée Vendée Globe : Tanguy De Lamotte, premier dans les coeurs

Arrivée Vendée Globe : Tanguy De Lamotte, premier dans les coeurs
février 18
11:28 2013

 

C’est dans des conditions idylliques que Tanguy de Lamotte a franchi la ligne d’arrivée de son premier Vendée Globe,  dimanche 17 février 2013 à 10h58. Il prend la 10ème place de cette 7ème édition.

 

Celui qui a puisé sa force dans « la volonté de faire le tour du monde pour sauver des enfants » aura mis 98 jours pour terminer cette course hors norme, impitoyable et exigeante. Le tour du monde à la voile, en solitaire, sans assistance et sans escale. Il faut se répéter ces mots une deuxième fois pour en saisir la difficulté et réaliser l’exploit qu’a accompli Tanguy. Perruques rouges, banderoles, cœurs géants, l’impressionnante foule, présente pour l’accueillir, n’a pas lésiné sur les moyens.

Une très belle page de l’histoire du Vendée Globe

Sur son Initiatives Cœur, il aura connu les calmes et les tempêtes, rencontré pour la première fois des albatros, navigué dans les régions les plus reculées de la planète, vécu des avaries technique sérieuses, fait face à des incidents de taille, mais aura toujours trouvé la force de réparer, avancer, sans rien lâcher et jamais perdre sa joie de naviguer. Il aura immortalisé les plus beaux moments, comme les plus pénibles, on retiendra notamment les images inédites de sa baignade par 4000 mètres de profondeur en plein océan Atlantique sud.

Une histoire de limite et de dépassement

Tanguy partait faire le tour de lui-même en même temps que celui de la planète, « faire un Vendée Globe, ce n’est pas simplement aligner des milles en bateau. Mon objectif était d’être au niveau du bateau, qui est un peu plus ancien que les autres. Mon but ultime était de terminer, même lentement. » Il n’a pas été épargné par les ennuis techniques et les incidents, sa dernière collision avec un OFNI l’obligeant à se mettre à l’arrêt pendant 3 jours pour redresser sa dérive et à écoper régulièrement jusqu’à l’arrivée. C’est un « Tanguyver » tout sourire, débordant d’énergie qui s’est laissé guidé jusqu’au podium par six des quinze enfants opérés grâce à lui… tout simplement vivants grâce à lui et à sa magnifique course.

 

Partager

Articles en relation