Nautisme info

Les Sables – Madère – Les Sables

Les Sables – Madère – Les Sables
juillet 11
00:00 2007

 

Décidément, les prévisions météorologiques sont très fluctuantes en ce moment ! Après la bonne brise contraire de Nord le long du Portugal, c’est du vent mollissant et portant de secteur Ouest dans le golfe de Gascogne, une brise qui risque fort de tourner à l’Est en devenant très faible la nuit prochaine… L’arrivée devient très aléatoire pour jeudi soir !
 
Une belle zone anticyclonique est en train de redistribuer les cartes sur le plan d’eau du golfe de Gascogne ! Toute la flotte risque-t-elle de rester bloquée à quelques dizaines de milles des Sables d’Olonne ? Coincée dans la bulle… Déjà s’extraire des côtes espagnoles n’a pas été de tout repos pour la plupart des Class’40, surtout ceux qui ont trop rasé les falaises à l’image de Jean-Pierre Amblard (Azawakh III) qui en a perdu son leadership au profit de Benoît Parnaudeau (Jardin Bio-Prévoir) et bientôt de Cécile Poujol (Merci les amis !)… Ces deux équipages avaient bien anticipé le phénomène de tampon du vent de Nord-Ouest sur la péninsule ibérique, en prenant le large avant d’atterrir sur le cap Finisterre. Bien leur en a pris puisqu’ils naviguaient ce mercredi après-midi avec encore du vent sous gennaker à plus de sept nœuds de moyenne ! Alors que plus au Sud, leurs concurrents peinaient à atteindre les cinq nœuds de vitesse…
 
Bouleversement général
 
Mais c’est la suite qui s’annonce très compliquée à gérer car si les calmes sont bien là le long de la Galice, ils vont se propager dans les heures qui viennent sur quasiment tout le golfe de Gascogne ! « On est un peu en stress parce qu’on voit que nos camarades nous rattrapent : on est aussi tendu parce qu’on n’a pas trop de vent… Sept nœuds de Nord-Ouest avec des molles. Les prévisions météo n’ont pas été tout à fait celles que nous avons rencontrées, du coup nous avons glissé plus au lieu de partir au large. Le nouveau fichier vent indique une grosse évolution par rapport à hier et là, on pourrait même avoir du vent d’Est sur l’arrivée ! », dixit Louis Duc (Azawakh III) qui s’interrogeait sur la meilleure route à suivre… En effet, la nuit prochaine et la journée de jeudi se présentent sous de mauvais augures car la bulle sans vent va s’étendre pile sur la route des Class’40 qui ne pourront pas l’éviter, qu’ils passent par le Nord ou par le Sud !
 
« On a de gros trous de vent : en ce moment, il n’y a que cinq nœuds ! C’est assez difficile de faire avancer le bateau. Tout le monde est sur le pont pour tirer parti du moindre souffle, mais on progresse… On verra ce que ça donne au prochain classement. La nuit dernière, on a quand même eu du vent sous gennaker mais petit à petit, la brise est tombée… J’ai peur que nos camarades au large aient plus de pression que nous et nous avons décidé de nous éloigner un peu plus des côtes espagnoles… », précisait Pierre-Yves Chatelin (Destination Calais) à la vacation radio de midi. Car dans la nuit de jeudi à vendredi, c’est un nouveau flux de secteur Est qui va balayer la flotte avec dix à quinze nœuds. C’est donc au louvoyage que la fin de parcours va s’achever ! Et semble-t-il, il sera préférable de se positionner plutôt au Sud de la latitude de La Rochelle pour finir sur un seul bord…
 
Des avaries pénalisantes
 
« On a déchiré la grand voile avant-hier au niveau du point d’amure du premier ris. On a donc navigué pendant deux jours avec deux ris et là, on a fait une réparation, pas terrible, mais ça tient pour le moment… Mais il n’y a pas de vent ! On essaye de sortir de la pétole du cap Finisterre mais on est un peu près des côtes… Sans électronique, on navigue à l’ancienne et ce n’est pas facile de s’échapper de cette bulle… », se lamentait Jean-Edouard Criquioche (Choice Hôtels). L’équipage est en plus très près des côtes espagnoles et va donc ralentir très sensiblement ces prochaines heures. Il en a été de même d’Alexis Guillaume (Méréna) qui a été planté mercredi midi dans une zone de calme au large du cap Finisterre. Quant à Stephen Card et Maxime Pachot (Cariberia), ils ne sont pas favorisés par un fort régime d’alizés de Nord au large du Portugal, surtout qu’ils on réparé provisoirement leur étai, ce qui ne leur permet pas de faire un cap très productif !
 
Et côté problème, Benoît Parnaudeau et Jeean-Christophe Caso (Jardin Bio-Prévoir) doivent surveiller leur quille qui bouge dans son puits, ce qui n’est pas gênant pour l’instant, mais sera plus pénalisant lorsqu’ils devront faire du près… Quant à Cécile Poujol et Rémi Beauvais (Merci les amis !), ils n’ont plus de gaz depuis trois jours et mangent donc leurs plats lyophilisés froids !
 
Classement du mercredi 11 juillet à 16h30
1- Benoît Parnaudeau (Jardin Bio-Prévoir) à 231 milles de l’arrivée
2- Jean-Pierre Amblard (Azawakh III) à 3 milles du leader
3- Cécile Poujol (Merci les amis !) à 6 milles du leader
4- Pierre-Yves Chatelin (Destination Calais) à 40 milles du leader
5- Yvan Noblet (Appart City) à 61 milles du leader
6- Lionel Regnier (Groupe Séfico) à 75 milles du leader
7- Jean-Edouard Criquioche (Choice Hôtels) à 123 milles du leader
8- Alexis Guillaume (Méréna) à 146 milles du leader
9- Stephen Card (Cariberia) à 518 milles du leader

Contact presse : Isabelle Delaune – 06 20 53 90 14 – isabelle.delaune@wanadoo.fr

Partager

Articles en relation