Nautisme info

Eric Drouglazet remporte le prologue de la Generali Solo

mai 31
00:00 2011

Eric Drouglazet (Luisina) et Laurent Pellecuer (Option Sud Défi des partenaires) ont donné le ton de cette GENERALI SOLO 2011 en se livrant sans retenue pour le gain, pourtant symbolique, du prologue de l'épreuve. En lutte dès le coup de pistolet tiré depuis le bateau comité et à 14 heures très précises par le navigateur-explorateur Jean Louis Etienne, parrain de la course, les deux hommes ont lancé avec ardeur une épreuve qui s'annonce acharnée, régatant au plus juste dans des conditions orageuses très déconcertantes pour les 16 solitaires au départ. Drouglazet s'impose au final d'une longueur, ayant pris le meilleur sur Laurent Pellecuer sous spi dans les 200 derniers mètres de course. Paul Meilhat (Macif 2011) complète ce podium d'ouverture qui n'entre pas dans le décompte général des points. Les solitaires ont tous pu valider aujourd'hui les derniers réglages de leurs montures. Ils sont fins prêts pour la grande explication qui débute demain vendredi et qui ne trouvera sa conclusion que le 19 juin à Porquerolles.

Epreuve pour rire, pour s'échauffer, s'entraîner ou se régler, le prologue d'une compétition comme la GENERALI SOLO, même abordé avec une décontraction de façade, n'est jamais totalement galvaudé par les navigateurs solitaires de la Classe Figaro. Pour preuve le bel empressement constaté dans les dernières secondes du décompte du départ aux abords du bateau viseur, placé en bout de ligne du parcours "banane" du jour. Le vent de Nord pour 7 à 8 noeuds avait choisi quelques minutes avant le coup de canon de basculer à gauche, et c'est en bâbord amure et quasiment sur un seul bord que les 16 Figaro Bénéteau en lice (Eric Péron, malade, avait été excusé) entamaient le premier "run" vers Marseille. La première descente au portant se déroulait majoritairement avec le vent calé sur la dr oite des bateaux, et ce n'est qu'à l'occasion du second tour de piste que la direction de course rétablissait l'axe des débats, en modifiant légèrement le parcours et la bouée au vent. Les skippers les plus alertes auront dans ce contexte été les plus réactifs, anticipant cette bascule pour revenir dans le match. Ainsi Nicolas Lunven, 15ème lors du premier bord de près, grappillait-il 6 places pour conclure ce prologue en 9ème position. Jean Pierre Nicol (Bernard controls), longtemps aux avant postes suite à un superbe départ, faisait, lui, les frais de cette modification de parcours, terminant 7ème alors qu'un podium lui semblait longtemps promis. Gildas Morvan faisait, avec Pellecuer et Drouglazet, partie des coureurs les plus inspirés de la journée. Las! Sa victoire plutôt confortable avec sur la ligne d'arrivée environ 20 secondes d'avance sur Drouglazet, n'était pas validée pour cause d'OCS, une élimination pour n'avoir pas réparé son infraction du départ. Le "Géant Vert" affiche en tous cas une forme et une confiance impressionnantes.

Chacun, du comité de course aux équipes de préparateurs ou d'entraîneurs, en passant par les principaux intéressés, les coureurs eux-mêmes, ont pris leurs marques sous les orages marseillais du jour. L'envie est là, les appétits son aiguisés, et le formidable plan d'eau de la rade de Marseille inspire grandement les 17 solitaires du plateau. Le Grand Prix de Marseille-Provence débute officiellement demain, avec un programme sportif qu'il incombera au comité de course de définir en fonction des conditions météo. Parcours de type bananes ou côtier, les débats s'annoncent mouvementés, les affrontements sans pitié, et le spectacle superbe.

Ils ont dit :
Gildas Morvan (Cercle Vert) : "Je n'ai pas entendu que le rappel individuel me concernait. J’étais à l'intérieur en train de matosser et j'ai mal saisi l'appel de la direction de course. J'avais bien vu que j'étais haut sur la ligne, mais je n'étais pas le seul et il m'a semblé que "Destination Dunkerque » (qui lui a réparé ndlr) masquait la bouée au viseur. Ceci est anecdotique. L'important pour moi était de valider tous les réglages du bateau, de me rassurer sur ma vitesse et de naviguer sérieusement. Sur tous ces points, je suis satisfait de ma journée…."


Eric Drouglazet (Luisina) : "C'est toujours bien de remporter un prologue. J'ai validé tout ce que je souhaitais voir sur le bateau, notamment mon nouveau mât, et j'ai pris plaisir à me tirer la bourre avec Laurent (Pellecuer) ; une bonne mise en jambes!"

Jean-Louis Etienne, parrain de la course
"J'ai vécu sur l'eau un très beau moment d'émotion. Voir naviguer tous ces jeunes marins avant autant de concentration et d'application était magnifique. Ces régates en flotte de Figaro Bénéteau sont magiques. L'arrivée sous spi en flotte compacte était superbe. Nicolas Lunven (Generali) m'a fait un très beau cadeau en me permettant de barrer son voilier après la régate. Nicolas est un garçon formidable, très appliqué, très intelligent, et qui maîtrise parfaitement l'exercice…"

Qui êtes vous, Fabien Delahaye (Port de Caen-Ouistreham)
Un normand en Med !
Fabien Delahaye dévore littéralement cette saison 2011 avec un appétit vorace. Présent en Méditerranée dès le mois de mars, après un hiver studieux à s'entraîner à bord de son Figaro Bénéteau "Port de Caen-Ouistreham", le jeune Normand s'était exercé au maniement du sportif monotype Longtze. Il abordait le printemps avec un programme digne d'Hercule. Jugez plutôt : une transatlantique en solitaire et en Figaro Bénéteau, entre Bénodet et la Martinique, sanctionnée par une belle seconde place. A peine revenu en Métropole, Fabien embarquait en compagnie de Bruno Jourdren sur le Classe 40 "Port de Caen – Ouistreham", avec de nouveau, une seconde place à la clé. "L'occasion était belle pour reconnaître en Manche et en Mer d'Irlande une partie du parcours de la Solitaire du Figaro" expliquait le décidément très organisé Fabien Delahaye. Avec ses centaines de milles au compteur, Fabien se présente aujourd'hui au départ de la GENERALI SOLO en "forme optimale". "Le format de la course est très formateur, car il oblige à être bon partout, au large comme au contact" poursuit Fabien. "La Méditerranée ne me fait plus peur depuis que je la fréquente sur toutes sortes de supports." Rationalité, sang froid analytique, intuition…. à l'instar d'un Nicolas Lunven ou d'un Thomas Ruyant, Fabien incarne une jeune classe de navigateurs bourré de talent et d'intelligence.

Classement du prologue du jeudi 2 juin
1 – LUISINA – Eric Drouglazet
2 – OPTION SUD – Laurent Pellecuer
3 – MACIF 2011 – Paul Meilhat
4 – LA SOLIDARITE MUTUALISTE – Damien Guillou
5 – VENDEE 1 – Frédéric Rivet
6 – AGIR RECOUVREMENT – Adrien Hardy
7 – BERNARD CONTROLS – Jean-Pierre Nicol
8 – GENERALI – Nicolas Lunven
9 – ROFF – Francisco Lobato
10 – DESTINATION DUNKERQUE – Thomas Ruyant
11 – DEFI VOILE ENTREPRISES – Matthieu Girolet
12 – ENSEMBLE AUTOUR DU MONDE – Marc Emig
13 – PORT DE CAEN – OUISTREHAM – Fabien Delahaye
14 – MARSEILLENTREPRISE – Jean-Paul Mouren
– OCS – CERCLE VERT – Gildas Morvan
– ABD – VENDEE – Morgan Lagravière
– DNC – MACIF 2009 – Eric Péron

Partager

Articles en relation