Nautisme info

La Solitaire Afflelou Le Figaro

juin 14
00:00 2006

Du 6 au 30 août, entre Cherbourg-Octeville, Santander (Esp), Saint Gilles Croix de Vie, Dingle (Irl) et Concarneau, les 50 concurrents s’élanceront pour 1898 milles nautiques de navigations avec un seul et même objectif : remporter la Solitaire Afflelou Le Figaro 2006.

Le plateau

Parmi ces 50 skippers, les vainqueurs des dernières éditions sont au rendez-vous, Charles Caudrelier (2004) Armel Le Cléac’h (2003), Kito de Pavant (2002) et Eric Drouglazet (2001). Face à eux, les fidèles du circuit Figaro Bénéteau comme Yann Eliès, Erwan Tabarly, Jeanne Grégoire, Gildas Morvan, Laurent Pellecuer…

Cette 37e édition accueille cette année 19 nouveaux venus, qui se bagarreront pour remporter le classement Bénéteau des Bizuths. Depuis 1997, il n’y avait pas eu autant de nouveaux concurrents à prendre le départ de La Solitaire. Parmi eux Jean Pierre Dick (Double vainqueur de la Transat Jacques Vabre), Corentin Douguet (vainqueur de la Mini-Transat 2005), David Raison (2e de la Mini-Transat 2003), le nouvel Espoir Crédit Agricole Christopher Pratt (Vainqueur du Tour de France à la Voile 2005)…

Trois femmes, Sam Davies, Jeanne Grégoire et Liz Wardley et 4 nationalités étrangères seront représentées sur La Solitaire : Anglaise, Australienne, Capverdienne et Italienne.

Intensité, sportivité, technicité, combativité, suspense… Tous les éléments seront réunis pour faire de La Solitaire Afflelou Le Figaro, la course phare de l’été.

Le parcours

« Les skippers s’élancent de Cherbourg Octeville, qui accueille La Solitaire pour la 5e fois. La première étape mène les navigateurs à Santander en Espagne. C’est la plus longue étape de cette édition : 590 milles d’une navigation complexe, le long des côtes anglaises et à travers le capricieux golfe de Gascogne. En quittant le port espagnol, les navigateurs reviennent en France à Saint Gilles Croix de Vie, en Vendée, un parcours de 390 milles, une transition très classique, que les skippers de La Solitaire connaissent bien. La troisième étape, longue de 549 milles met le cap vers Dingle en Irlande. Les conditions de navigation peuvent être très variées et souvent rudes pour les skippers. Dingle est pour les navigateurs, une escale très attendue, notamment pour l’accueil de ses habitants. Après quelques jours de repos, la course s’élance pour la dernière étape, décisive pour les skippers. Fastnet, îles Scilly et Groix, les passages de phares et d’îles sont bien présents tout au long de cette quatrième et dernière étape, longue de 449 milles, avant de franchir la ligne d’arrivée à Concarneau. Un parcours complexe sur le plan stratégique et un final qui pourra être décisif dans le « jardin » des figaristes. » explique Christian Gout, directeur de course de La Solitaire Afflelou Le Figaro.

Partager

Articles en relation