Nautisme info

Banque Populaire VIII, superbe deuxième de la Transat Jacques Vabre 2015

Banque Populaire VIII, superbe deuxième de la Transat Jacques Vabre 2015
novembre 12
18:24 2015

Le Monocoque Imoca Banque Populaire VIII d’Armel Le Cléac’h et Erwan Tabarly, quatre mois seulement après sa mise à l’eau, a signé hier soir mercredi 11 novembre, peu avant 22 heures françaises, une somptueuse deuxième place à Itajaï, 8 heures et 6 minutes après le grand vainqueur de l’épreuve, PRB.
Mission accomplie pour Armel et Erwan qui attendaient beaucoup de cette première grande course transatlantique pour leur tout nouveau prototype. Non seulement un résultat probant est au rendez-vous, mais la grande diversité et la dureté des conditions rencontrées permettent dès ce soir de valider nombre de partis pris architecturaux et techniques. Le bateau a fait la preuve de sa fiabilité et a démontré un formidable potentiel que toute l’équipe du Team Banque Populaire va s’attacher à fructifier dans la perspective des grandes échéances à venir, avec au premier rang le Vendée Globe 2016.

Attaquer à bon escient, lever le pied quand nécessaire…

« Je remercie l’équipe de construction et le Team de préparateurs pour leur remarquable travail évolutif en un laps de temps très court. » Les premiers mots d’Armel Le Cléac’h à Itajaï sont pour tous les travailleurs de l’ombre de son projet sportif. La Transat Jacques Vabre 12ème du nom s’est avérée terriblement sélective, et franchir la ligne d’arrivée brésilienne constitue un véritable succès.

« On a joué la gagne jusqu’au bout »
, souligne pourtant Erwan Tabarly. Pour preuve, ce choix délibéré dès les premières heures de course de mettre cap à l’ouest pour affronter « la montagne » comme  Erwan surnomme cette dépression monstrueuse sous l’Irlande que Banque Populaire VIII a su contourner, pour s’emparer du commandement aux allures les plus favorables au plan bateau. « C’est là qu’il fallait aller », insiste Erwan, « pour prétendre jouer la gagne. Mais nous n’y sommes pas allés n’importe comment. On a clairement levé le pied, en remontant notamment les foils. C’est à ce moment qu’on a appris la vague d’abandons parmi les bateaux neufs… »
Travers au vent, avec le bon angle et la bonne force d’alizé de nord-est, Banque Populaire VIII a ensuite donné sa pleine mesure, pour le plus grand bonheur de ses deux skippers ; « des pointes à 29 et 30 nœuds ! Le bateau sous l’eau ! Impressionnant ! » Erwan Tabarly ne cache pas son bonheur. Son entente, sa complicité avec Armel, fruit d’une longue amitié, ont grandement participé à la performance finale.
« Erwan s’est montré, ainsi que je m’y attendais, très costaud », précise Armel. « Le bateau est exigeant, et la course a été très rude, très éprouvante. Erwan ne rechigne jamais à la moindre manœuvre. Il va au feu avec le sourire. »

Nous avons fait un grand pas en avant !

L’heure, après la traditionnelle caïpirinha, est à la réflexion à tête de reposée pour débriefer une longue course riche de maints enseignements. « Nous avons beaucoup appris durant ces 17 jours à fond. Nous venons de faire un grand pas en avant, confrontés au meilleur Imoca de sa génération, PRB. Il est certain que notre marge de progression est grande par rapport aux bateaux aboutis. Nous allons savourer ce beau résultat collectif, et nous mettre rapidement au travail… »

Tags
Partager

Articles en relation