Nautisme info

Baptême du BREIZH à Lorient, COPREXMA au 1er rang du renouvellement de la flottille de pêche

Baptême du BREIZH à Lorient,  COPREXMA au 1er rang du renouvellement de la flottille de pêche
septembre 29
10:50 2016

Après le 42 mètres Jean-Pierre Le Roch inauguré en septembre 2015, COPREXMA a aussi conçu le design du chalutier-langoustinier le BREIZH, premier chalutier neuf à rejoindre la flottille artisanale du port de Lorient-Keroman depuis plus de 10 ans. Construit au chantier SOCARENAM à Boulogne-sur-Mer il sera inauguré à Lorient le 1er octobre prochain.

Un premier chalutier artisan neuf depuis dix ans à Lorient

Il faut en effet remonter à 2005 pour voir arriver des chalutiers neufs à Lorient. Déjà le bureau d’architecture et d’études navales COPREXMA avait signé le design de trois chalutiers de 17,50 mètres – le GUILLEMOT, l’ANYTIA et le CARMALIA – construits à Brest au chantier CIB et de deux chalutiers de 15 mètres – le PACIPHAE et le TERRE ET MER – construits par ABN à Saint-Malo. Réalisé pour l’armateur Jean-Pierre CAMENEN, le BREIZH est aussi le premier navire neuf ayant bénéficié du soutien financier d’A2G Morbihan, l’Armement du Golfe de Gascogne Morbihan, une structure créée par le Groupement des Pêcheurs Artisans Lorientais.

Une carène optimisée et un vivier de 3 000 litres

Le BREIZH est un navire en acier de 16,50 mètres de long pour 6,40 mètres de large. C’est un chalutier polyvalent ciblant la langoustine et le poisson pélagique. COPREXMA l’a conçu de manière à réduire sa consommation de gasoil, à améliorer le confort de l’équipage et le traitement des captures. La carène a été optimisée avec une étrave disposant d’un bulbe dimensionné qui augmente la longueur de flottaison. Le navire va plus vite tout en consommant moins de gasoil. Comme pour le Jean-Pierre LE ROCH, un second appendice a été ajouté devant l’hélice : ce « skeg » améliore les arrivées d’eau et la traction de l’hélice pour un rendement optimisé. Enfin, il s’agît d’un navire « en forme », c’est-à-dire sans arêtes vives, dont le chantier SOCARENAM a fait une spécialité. Outre de meilleures performances hydrodynamiques avec un navire plus souple qui subit moins d’effets de vagues, cela contribue à améliorer le confort de l’équipage. COPREXMA a particulièrement travaillé sur l’isolation phonique : outre l’isolation réglementaires des locaux machines, un revêtement spécifique a été installé sur le sol des locaux vie pour réduire les nuisances sonores. Une première à bord d’un langoustinier : le BREIZH est équipé d’un vivier unique, contre deux généralement, d’une capacité de 3 000 litres. Réfrigéré à l’eau de mer oxygénée à une température de 4 °C il a la particularité d’être intégré au pont de travail et à la cale et de disposer d’un ascenseur pour les caisses de langoustines. Moins de manipulation améliore les conditions de travail des marins et contribue à une meilleure qualité du produit. Autre innovation, l’entrepont est doté d’une cale spécifique pour les rejets répondant à l’obligation de débarquement.

Au premier rang du renouvellement de la flottille de pêche

« Nous sommes fiers d’avoir réalisé le design de ce navire que nous avons conçu pour répondre au plus près des attentes de l’armateur pour l’aider à relever les défis économique et environnemental auxquels est confronté le secteur de la pêche. L’arrivée de ce navire au port de Lorient-Keroman marque un pas optimiste vers le nécessaire renouvellement de la flotte de pêche française où Coprexma a son rôle à jouer aux côtés des armateurs et des chantiers navals. »

Le carnet de commande de COPREXMA place l’entreprise au premier rang pour la conception de bateaux de pêche en France. Autre chantier lorientais en cours, celui d’un chalutier de 13, 80 mètres en composite pour Ludovic LUCAS. Construit par le Chantier naval croisicais, il devrait rejoindre le port de Lorient-Keroman en fin d’année. COPREXMA a d’autres projets de chalutiers hauturiers et de navires côtiers pour des armements lorientais.

Pour le port du Guilvinec, COPREXMA a conçu trois navires en construction au chantier GLEHEN à Douarnenez : un chalutier de 25 mètres, BARA XVI, pour l’Armement Bigouden et deux chalutiers identiques de 15 mètres pour deux jeunes armateurs qui ont ainsi mutualisé leurs spécificités et optimisé leur investissement. Julien LE BRUN signe son cinquième navire qui remplacera l’actuel CARAÏBE et Stéphane LE BEC acquiert ainsi son premier bateau neuf.

Le Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins du Languedoc-Roussillon (Occitanie, Pyrénées, Méditerranée) présidé par Marc Planas a commandé une étude de faisabilité à COPREXMA pour un lamparo ciblant le poisson bleu. Il s’agît d’un catamaran de moins de 12 mètres équipé d’une propulsion hybride diesel-électrique. Il s’inspire des travaux menés dans le cadre du projet Sérénité et dont les solutions proposées par COPREXMA ont séduit le CRPMEM du Languedoc-Roussillon. D’autres projets sont à l’étude pour la pêche qui verront le jour dans les mois à venir.

30 ans d’expertise dans l’art de concevoir des bateaux de travail

En parallèle, COPREXMA travaille sur la conception de navires à passagers à propulsion hybride. L’étude compte aussi sur une vingtaine de contrats en cours pour des dossiers administratifs, réglementaires, de stabilité, des refontes de bateaux de pêche, de navires à passagers ou de navires de servitude…

Le bureau d’architecture et d’études navales COPREXMA concentre plus de 30 ans d’expertise dans la conception de bateaux de travail, en premier lieu pour la pêche. Plus de 500 navires voguent sous toutes les latitudes, nés de l’imagination et du savoir-faire de ses fondateurs Jean-François ANSQUER et Gilles ROLLAND, entourés d’une équipe de jeunes ingénieurs et architectes. Leur cheval de bataille : une conception optimisée des carènes et une recherche permanente des solutions les plus adaptées à l’intégration des équipements et apparaux indispensables aux bateaux de travail. En 2015 l’entreprise qui compte 5 salariés a réalisé un chiffre d’affaires de 550 000 euros.

Partager

Articles en relation