Nautisme info

Brexit …. Retour en Bretagne !

juin 26
15:22 2016

Ce dimanche, à 16 heures (heure française), Aymeric Decroocq, Sébastien Simon et les 37 autres marins de la Solitaire Bompard – Le Figaro quitteront Cowes pour mettre le cap sur Paimpol via Wolf Rock, le chenal du Four et l’Occidentale de Sein, le parcours initial ayant finalement été réduit de 470 à 430 milles. Une certitude : cette deuxième étape s’annonce rapide mais qui dit rapide ne dit pas forcément simple. La preuve, après une remontée très tactique le long des côtes anglaises, la faute à une succession de fronts à gérer, les navigateurs devront composer avec des conditions musclées à la pointe Bretagne avant de finir par une section côtière en jouant au mieux avec les courants et les cailloux. L’un comme l’autre espèrent profiter de l’occasion pour montrer de quoi ils sont (vraiment) capables mais aussi combler une (grande) partie de leur retard au classement général.

Après trois jours de repos bien mérités à Cowes à la suite d’une première étape éreintante, aussi bien physiquement que nerveusement, les concurrents s’apprêtent à reprendre du service. C’est, en effet, ce dimanche après-midi qu’ils vont s’élancer pour le deuxième round de l’épreuve. « J’ai une grosse envie d’y retourner. Et pour cause, il est inutile que je rumine davantage. C’est reparti ! », a déclaré Sébastien Simon, forcément pas très satisfait de sa 12e place à plus de 2h20 du premier entre Deauville et Cowes, mais bien décidé à conjurer le sort et à régater aux avant-postes entre l’île de Wight et Paimpol. « C’est une étape qui ne promet pas forcément de gros écarts à l’arrivée d’autant qu’elle va aller vite puisque les routages nous font arriver mercredi matin », a détaillé le skipper Bretagne – CMB Performance qui reste néanmoins sur-motivé. « L’entame s’annonce dynamique et ça me plaît bien surtout que le long des côtes anglaises, nous allons devoir gérer une succession de passages de fronts et donc de nombreuses bascules de vent. Il faudra vraiment être dessus et ne pas se laisser distancer car une fois que nous aurons débordé Wolf Rock, il n’y aura plus véritablement de stratégie. Ce sera essentiellement de la conduite et du pilotage sur des bords un peu obligatoires. A mon sens, les premières 24 heures seront décisives », a détaillé Sébastien qui vise une place dans le Top 5 dans les Côtes-d’Armor. « Je pense en être capable. Pour cela, il faut que j’arrive à aller vite, que j’évite les erreurs et que je reste concentré », a-t-il conclu.

Une multitude de coups à jouer

De son côté, Aymeric Decroocq affiche lui aussi, haut et fort, son envie d’y retourner, la frustration du démâtage vécu lors de la première manche étant aujourd’hui digérée tant bien que mal. « L’avantage, c’est que par rapport aux autres, je suis un peu plus frais. Je veux vraiment profiter du fait d’avoir la chance de pouvoir continuer à faire cette Solitaire et me faire plaisir », a commenté le jeune Espoir qui sait, comme Sébastien, que la première section du parcours jusqu’à Wolf Rock va être importante, mais qui ne minimise pas l’intérêt de la suite. « Celui qui va sortir du Solent en tête ne gardera pas forcément la main sur toute la course ensuite car il y aura une multitude de coups à jouer. ça va être tactique et c’est tant mieux. Il faudra bien rester concentré sur la nav’ le long des côtes anglaises mais aussi ensuite, dans le chenal du Four et le long des côtes Bretonnes pour ne pas taper de cailloux car dans cette zone, nul se sera à l’abri d’un talonnage », a souligné Aymeric qui estime toutefois que côté pépin, il a d’ores et déjà eu sa dose pour la course. « J’espère que ça va être sympa. J’espère aussi réussir à régler mon nouveau mât. Evidemment, j’ai quelques interrogations sur ce plan mais si j’ai la vitesse, que j’arrive à réaliser de jolis petits coups et que je termine dans la première moitié de la flotte, je serai content ».

Partager

Articles en relation