Nautisme info

Cap sur le Moyen-Orient pour l’Act 2 des Extreme Sailing Series™ à Mascate

Cap sur le Moyen-Orient pour l’Act 2 des Extreme Sailing Series™ à Mascate
mars 17
17:08 2014

Trois jours avant le coup d’envoi de l’Act 2 à Mascate, où la flotte régatera sur un tout nouveau plan d’eau devant le Golf Almouj. De nouveaux équipiers sur GAC Pindar et Red Bull Sailing Team, et le retour de la championne olympique Anna Tunnicliffe sur Alinghi, vainqueur de l’Act 1.

Le compte à rebours est lancé au chronomètre officiel EDOX. Dans tout juste trois jours, les 11 équipages internationaux des Extreme Sailing Series se retrouveront à Mascate pour la deuxième épreuve des régates en stade en Extreme 40. C’est la quatrième année consécutive que l’élite de la voile se rend au Sultanat d’Oman, mais cette fois, la flotte courra sur un tout nouveau plan d’eau, devant le Golf Almouj au cœur du quartier de The Wave à Mascate. L’événement débutera le 19 mars pour quatre jours de compétition passionnante sous le soleil de la Péninsule Arabique, d’où sont issues deux équipages de la flotte, Oman Air et The Wave, Muscat.

Après le premier Act à Singapour le mois dernier, les équipiers ont regagnés leur bases et les 11 catamarans en carbone ont été convoyés par cargo jusqu’au Moyen Orient, avec le soutien du partenaire logistique GAC Pindar. En attendant Oman, les marins ont analysé leurs performances de l’Act 1 en espérant améliorer leurs résultats à Mascate. A l’image de Franck Cammas, skipper de Groupama sailing team, qui a terminé cinquième à Singapour : “Nous travaillons avec Thierry Péponnet qui analyse chacune des courses et nous permet de progresser dans tous les domaines : départs, passages de bouée, manœuvres… On exploite également les données récoltées par SAP. C’est très intéressant car cela nous permet d’en savoir plus sur nos concurrents et sur nous-mêmes. Le niveau est élevé mais nous sommes dans le match même s’il nous reste des progrès à accomplir pour être en mesure de l’emporter”. Les fans de la course pourront suivre les résultats de l’Act 2, grâce aux classements et analyses fournis par SAP.

L’équipe australienne de GAC Pindar surfe au sommet de la vague depuis son entrée sur le circuit à Singapour, et cette vague perdure suite à l’annonce de la constitution d’un défi australien pour la 35e America’s Cup, en titre de Challenger of Record, avec la même équipe que sur l’Extreme 40 : Seve Jarvin, Sam Newton, Troy Tindill et Ed Smyth. Le premier Act à Singapour fut un baptême de feu pour les Australiens, et Seve Jarvin, vainqueur le week-end dernier d’un sixième titre de champion JJ Giltinan 18ft Skiff, lors des championnats du monde de la classe, reconnaît qu’ils ont encore beaucoup à apprendre : “la course était très difficile à Singapour. Nous avons eu du mal sur les départs, et sur des parcours si serrés, les départs sont critiques. La clé de la réussite est la régularité. Je crois que nous avons trop poussé dans beaucoup de domaines. Nous aurions pu être plus conservateurs ». David Gilmour, le fils d’une des légendes de la voile, Peter Gilmour, qui est notamment le plus jeune skipper sur le circuit mondial Alpari Match Racing tour, viendra rejoindre GAC Pindar à Mascate pour ses débuts en Extreme 40.

Les trois équipes en tête du classement général à l’issue de l’Act 1 sont, sans surprise, trois des formations les plus expérimentées du circuit. Mais un nouveau venu en 2014 espère bien chambouler l’ordre établi : c’est Emirates Team New Zealand, qui a raté de peu le podium à Singapour dans la dernière manche. Le régleur de grand-voile Glenn Ashby, détenteur de 14 titres mondiaux sur trois classes de multicoques différentes, et d’une médaille d’argent en Tornado aux JO de Pékin de 2008, revient sur la performance de son équipe : « dans l’ensemble, nous avons fait preuve de régularité à Singapour et nous étions toujours proches des trois premières places dès le début de la régate, ce qui est plutôt pas mal compte tenu de notre absence sur le circuit depuis trois ans. De toute évidence, les équipes qui se sont bien préparées avant le début de la saison naviguent très bien et obtiennent de bons résultats. C’est un grand défi à relever car la compétition est très difficile, mais c’est exactement ce que nous voulons : de la difficulté, face à l’adversité, devoir donner le maximum sur le plan d’eau pour réussir. La régularité sera l’élément clé à Mascate. La dernière fois que nous avons navigué à Mascate en 2011 les conditions étaient exceptionnelles et nous avons hâte d’y retourner. Nos attendons beaucoup de cet Act et nous espérons terminer sur le podium ».

Historiquement, les équipes omanaises ont toujours triomphé à domicile. The Wave, Muscat s’est ainsi imposé à Mascate en 2013 et Oman Air en 2012, avec Morgan Larson au poste de skipper. Une équipe semble tout particulièrement déterminée à changer la donne cette année, c’est la formation suisse d’Ernesto Bertarelli sur Alinghi. Victorieux lors de l’Act 1 à Singapour, les anciens vainqueurs de l’America’s Cup retrouveront Morgan Larson à la barre et accueilleront au poste de tacticienne la médaillée d’or olympique Anna Tunnicliffe, qui avait déjà occupé ce rôle plusieurs fois en 2013. L’Américaine, qui fut nommée deux fois Marin Mondial de l’Année ISAF, se dit très heureuse de revenir sur le circuit : « la course que j’ai vue à Singapour avait l’air vraiment intense. Le niveau de la flotte est l’un des plus élevé au monde et j’ai hâte d’y être ».

Parmi les autres changements significatifs, notons l’arrivée dans le Red Bull Sailing Team du Néo-zélandais Stewart Dodson, deuxième de la Red Bull Youth America’s Cup, et équipier à bord de GAC Pindar l’année dernière, tandis que Realteam poursuit son programme de rotation des équipiers, avec cette fois Bryan Mettraux aux réglages du foc.

SAP Extreme Sailing Team a terminé l’Act 1 déçu de ne pas avoir pu concrétiser son entraînement par un bon résultat. Après une dixième place à Singapour, le co-skipper Jes Gram Hansen décrit ce plan d’eau comme « l’un des plus difficiles au monde d’un point de vue mental », mais son équipe est plus déterminée que jamais pour l’Act 2 à Mascate. « Nous savons où nous devrions être au classement et nous voulons retrouver notre place à Oman. Nous sommes maintenant en Europe et nous nous préparons pour la prochaine épreuve. Nous laissons derrière nous le stress psychologique de Marina Bay à Singapour pour nous battre comme il se doit à Mascate et remonter au classement ». Trois autres équipes espèrent également tirer les enseignements de la première rencontre et améliorer leurs résultats à Mascate : J.P. Morgan BAR, Gazprom Team Russia et Oman Air, qui ont respectivement terminé septième, huitième et neuvième à Singapour.

La flotte sera en mode stade nautique pendant quatre jours et les fans du monde entier pourront suivre les régates en direct sur le site officiel de l’épreuve aux horaires suivants : du jeudi 20 au samedi 22 mars, 15h30-17h00 heure locale / 11h30-13h00 GMT / 12h30-14h30 CET

Partager

Articles en relation