Nautisme info

Cheminées Poujoulat, une dernière confrontation avant la Jacques Vabre de bon augure

Cheminées Poujoulat, une dernière confrontation avant la Jacques Vabre de bon augure
octobre 17
16:13 2013

Fin Septembre, Cheminées Poujoulat a franchi la ligne d’arrivée du Trophée Azimut IMOCA en troisième position, 16 minutes seulement derrière Macif, le vainqueur de cette édition 2013, après 21 heures de course entre Lorient et Belle-Ile marquées par de petits airs évanescents (crédit photo : Thierry Martinez/SEA&CO)

En témoignent les vitesses moyennes des monocoques 60’ comprises entre 3,65 et 3,75 nœuds, loin, très loin des performances habituelles de ces machines. Dire que c’était « mou » est donc un euphémisme, et si la situation aurait pu se révéler délicate pour le tandem de Cheminées Poujoulat dont la monture est très puissante et donc plus lourde que celle de ses adversaires, c’était sans compter la très bonne gestion du plan d’eau de Bernard Stamm et Philippe Legros. Réglages, placement, conduite… les deux hommes ont fait appel à toute leur expertise et leur talent pour optimiser les moindres risées, bascules de vent ou veines de courant. Des efforts justement récompensés par une belle troisième place, derrière les binômes François Gabart – Michel Desjoyeaux et Vincent Riou – Jean Le Cam.

« Le plan d’eau était difficile à lire et le vent vraiment très faible… À part au début, hier, où il y a eu un peu d’air, c’était vraiment faible, mais intéressant. Cela s’est joué sur une bonne gestion du plan d’eau, surtout à la fin, avec le courant… Toute la nuit et toute la matinée aujourd’hui, ça a été de l’ajustement de trajectoire, du réglage et de la conduite. Philippe et moi avons barré tout le temps. Nous avons un peu fait le yoyo au classement, et au final, on s’en sort plutôt bien : c’était une course très sympa et un super entraînement » lâchait le skipper Suisse, juste après l’arrivée. Une arrivée finalement jugée à la bouée des Galères, au sud-est de Belle-Ile, la faute à un vent de plus en plus instable et imprévisible qui s’est toutefois avéré intéressant pour cet ultime entraînement en conditions de course pour l’équipage de Cheminées Poujoulat avant la Transat Jacques Vabre, d’autant que l’épreuve ne s’est pas jouée sur un gros coup stratégique mais plutôt sur des petits coups tactiques. En conséquence, la flotte est restée extrêmement groupée et ce sont donc de petits détails, ceux-là mêmes que Bernard et Philippe ont travaillé ces dernières semaines lors des stages à Port-la-Forêt, qui ont fait la différence. « Les efforts portent leurs fruits » a souligné Bernard Stamm, évidemment pas mécontent de sa course, et attendu, comme ses concurrents, aux alentours de 20 heures dans le port de Lorient, en même temps que la flotte des Pen Duick.
Partager

Articles en relation