Nautisme info

Classement provisoire : savoir lire entre les lignes

Classement provisoire : savoir lire entre les lignes
juin 19
11:57 2015

Il n’est pas rare sur La Solitaire, course calculée au temps, de voir des écarts pharaoniques entre le premier et le dernier. La faute, bien souvent, à une situation météorologique compliquée, cumulée à des coefficients de marées importants et du courant, étirant la flotte sur des dizaines milles et générant des arrivées étalées sur plusieurs heures. Ce fut le cas à Sanxenxo… et à Torbay. Résultat : le classement général provisoire de la 46e édition de La Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire est une drôle de hiérarchie qui, pour autant, peut encore être chamboulée. Ce sont les marins qui le disent ! Les attaques risquent de fuser sur la dernière ligne droite de la plus dure des courses en solitaire à armes égales…

22 heures. C’est le temps qui sépare le dernier, Marc Pouydebat (France – AVC) de Yann Eliès (Groupe Queguiner – Leucémie Espoir), premier au classement général provisoire. Si le kinésithérapeute bordelais est venu chercher l’aventure teintée d’une pointe d’adrénaline, le compétiteur briochin sent poindre les lauriers d’une troisième victoire sur La Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire. Chacun son objectif. En revanche, pour d’autres marins venus clairement accrocher une médaille, l’affaire se complique.

« Au fond du car », il y a de l’espoir

A quelques jours du départ de la dernière étape, plusieurs favoris ne sont clairement pas à leur place. Adrien Hardy (Agir Recouvrement) 24e affiche 9h et 43 mn de retard par rapport au premier, Corentin Horeau (Bretagne – Crédit Mutuel Performance) qui avait démâté lors de la deuxième étape, se retrouve 21e à 8h et 31 mn. Difficile pour ces skippers de croire encore à un podium, mais leur expérience et leur mental de compétiteurs les poussent à tenter la victoire d’étape. Débarrassés de toute pression, ils vont oser des coups, attaquer, bref tout faire pour se démarquer…

Loison, Chabagny, Richomme, Morvan… le mors aux dents

A 3 heures du leader, se tiennent quatre routiers de La Solitaire qui n’ont pas dit leur dernier mot. « Il y a la victoire, mais aussi le podium et le top 5. Je ne suis qu’à une heure du top 5. Je suis 6e et il y a des mecs derrière moi affamés, je ne laisserai pas ma place… » confie Alexis Loison (Groupe Fiva). Ces quatre hommes se tiennent en 49 minutes à une heure du cinquième, Jérémie Beyou (Maitre CoQ). Le vainqueur de l’édition 2014, à 2 heures du premier, ne cache pas son ambition de remporter la dernière étape, mais avoue que le podium, voire les quatre premiers vont être difficiles à bousculer. Jérémie compte sur cette longue étape de 600 milles pour se refaire la cerise. Ces cinq-là vont jouer les trublions à coup sûr…

Un podium déjà fait ?

La bataille est loin d’être terminée entre Yann Eliès et Charlie Dalin (Skipper Macif 2015). 22 minutes les séparent, c’est beaucoup face à un Yann Eliès qui parfois semble intouchable, et c’est peu pour un Charlie Dalin extrêmement talentueux. Xavier Macaire (Skipper Hérault), à 57 mn, du leader ne lâchera rien mais ne se laissera pas perturber par ses adversaires. Il fera sa route, sa stratégie a lui… Compliqué quand on veut à la fois garder sa place sur le podium et regarder plus haut.

53 secondes pour une place en haut du classement des bizuths

Tout va se jouer entre Robin Elsey (Artemis 43) et Benoît Mariette (Entrepose) ! 53 petites secondes de rien du tout séparent les deux bizuths qui font preuve d’une grande régularité. Aymeric Arthaud (Reel – PGO Automobiles), troisième à 38 mn, peut lui aussi performer. L’Antibois de 26 ans affiche une sérénité et un plaisir non dissimulés à être en mer. Et en général, quand il y a du plaisir, il y a du résultat !

Articles en relation