Nautisme info

Dix solitaires pour une grande première

Dix solitaires pour une grande première
juin 16
10:37 2016

Un quart de la flotte de La Solitaire Bompard Le Figaro 2016 va s’élancer pour la toute première fois sur les traces des Poupon, Le Cam, Desjoyeaux, Cammas, Beyou, Eliès… et tant d’autres qui ont écrit les plus belles histoires de la course au large en solitaire à armes égales. Sur les 39 concurrents parés à prendre le départ dimanche prochain à 13h02, 10 se lancent dans le grand bain : trois Anglais (dont une femme), trois femmes, trois jeunes issus des filières de formation (Team Vendée, Bretagne-Crédit Mutuel de Bretagne et Centre d’Entraînement de Méditerranée) et deux purs amateurs. Un plateau de « bleus » éclectique, vivifiant et bourré de talents…

Il va y avoir du jeu au classement Bénéteau des bizuths ! Cette 47e édition voit débarquer de belles têtes bien faites, de jeunes marins aguerris dans d’autres disciplines (Olympisme, match racing, régates en équipages) et qui débutent leurs gammes sur le circuit Figaro Bénéteau. Jugez plutôt : sur ces dix « bleus » de La Solitaire Bompard Le Figaro, tous peuvent prétendre à un podium sur le classement qui leur est dédié. Revue des troupes.

Trois femmes dans le vent

Fait trop rare pour ne pas être signalé : elles seront cinq femmes sur la ligne de départ, dont trois trentenaires à courir pour la première fois cette épreuve d’endurance et de maîtrise parfaite de soi et de son bateau. Justine Mettraux (TeamWork) est sans doute la mieux armée pour affronter la meute de loups solitaires : avec son beau bagage sur le circuit Mini, sa participation à la Volvo Ocean Race 2014/15 et sa belle entrée en matière sur les régates d’avant saison (4e de la Solo Normandie et 8e de la Solo Maître Coq), la Suissesse sera une concurrente de taille. La Britannique Mary Rook (Artemis 37) ne manque pas non plus d’atouts et profitera de son immense expérience en voile légère (49er, Nacra 17) et en coaching pour faire son trou. Cécile Laguette, malgré son manque de budget, vient avec une grosse envie de se mesurer aux meilleurs. Avec 21 000 milles parcourus en course et un bagage d’architecte naval, cette fille ne manque pas de sel !

Trois « rookies » bien entraînés

A côté de Mary Rook, les Britanniques Will Harris (Artemis 77) et Hugh Brayshaw (Artemis 23) suivent les traces de leurs aînés, comme Sam Matson, Robin Elsey ou Nick Cherry, après des mois d’entraînement cet hiver. Coachés sur La Solitaire Bompard Le Figaro par le Figariste Nicolas Jossier, ce petit « plus » pourrait leur apporter beaucoup. A noter que Will Harris, le benjamin de l’édition (22 ans), pratique le Figaro Bénéteau 2 depuis belle lurette… en double. Il vise clairement la première place du classement Bénéteau des Bizuths.

Trois espoirs sélectionnés par les centres de formation

Retenez bien les noms de ces trois jeunes pousses du circuit Figaro Bénéteau. Le premier se nomme Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM) et se dit lui même « un attaquant ». Comprenez qu’il tentera des coups et ne se laissera pas impressionner par les ténors. Le Marseillais termine 10e de la Solo Maître CoQ et se souviendra longtemps de sa position de 2e au passage de la première bouée. Tout est possible sur La Solitaire Bompard Le Figaro ! Le deuxième est Dunkerquois. Il est Le sélectionné de la Filière d’Excellence Bretagne-Crédit Mutuel de Bretagne. Aymeric Decroocq succède à Sébastien Simon et Corentin Horeau sur le bateau « Espoir », dont on sait qu’il a façonné des navigateurs à fort potentiel. Marc Noesmoen, lui, navigue sous les couleurs du Team Vendée. Le Sablais vient de terminer son école d’ingénieur et a fait le choix de se consacrer pleinement à sa passion. « La Solitaire Bompard Le Figaro est exigeante et physique, je suis un endurant, je vise le podium Bizuth ! ».

Deux amateurs très « éclairés »

Théo Moussion (#théoenfigaro) et Yves Ravot (Hors la rue) s’offrent leur rêve. Tous deux chefs d’entreprise, ils prennent part à leur première Solitaire sans aucune pression mais avec une ferme intention : celle de rester dans le match, car ce sont des compétiteurs avant tout. Théo, issu du Laser, s’est formé à la navigation en équipage en J80 et en Muscadet, dont il est le champion de France en titre ! A 55 ans, Yves est le doyen de la 47e Solitaire Bompard Le Figaro. Après une Mini Transat en 2009, l’aficionado du solitaire s’est préparé à son graal méticuleusement avec le temps qu’il lui était imparti. Un mental d’acier…

Partager

Articles en relation