Nautisme info

Dunkerque sur tous les fronts

Dunkerque sur tous les fronts
juillet 02
14:19 2015

La ville de Dunkerque, d’où s’élancera le Tour de France à la voile ce vendredi, en direction de Nice, a tissé des liens très étroits avec la plus belle des écoles. 30 fois ville étape, elle a tout aussi régulièrement armé des bateaux à son nom.

Dunkerque, ville passion

C’est à une drôle d’aventure que prend part la ville de Dunkerque en accueillant, en ce 1er juillet 1978, le premier départ du Tour de France à la voile. A force d’opiniâtreté, Bernard Decré est parvenu à donner vie à un de ses milles projets : créer un événement nautique qui mène des équipages de l’extrême nord-ouest de la France à l’extrême sud-est sur des bateaux monotype. Le pilote d’aviation, passionné de navigation, propulse entre Dunkerque et Menton vingt équipages juchés sur un monocoque de huit mètres, Ecume de mer, du chantier Mallard. La passion de Dunkerque pour le Tour de France à la voile ne s’est depuis jamais démentie. Cette année, le troisième port de France est ville-étape du Tour pour la 30e fois, la 29een tant que hôte du grand départ. Même l’incendie à bord du bateau comité au moment de lancer les First 30 (qui ont remplacé les Ecume de mer, à vocation plus familiale) en 1979 ne douchera pas le plaisir des Dunkerquois à accueillir la meilleure école de course au large de l’Hexagone.

Mieux, la Cité de Jean-Bart a pratiquement toujours engagé un équipage sur le Tour. Voire deux, comme cette saison, avec Le Souffle du Nord et Dunkerque Voile.

Les presque tenants du titre

Il serait facile de considérer le premier projet comme l’émanation du bateau vainqueur de l’édition 2014. D’abord parce que le Diam 24 dénommé Souffle du Nord appartient à la famille des Courrier, ensuite parce que l’équipage est constitué d’anciens de Courrier Dunkerque, le tenant du titre. Antoine Carpentier, équipier de longue date de Daniel Souben sur les projets dunkerquois, a été promu cette année skipper. Le presque quadragénaire aura à ses côtés de vieux compagnons d’aventure : Pierre-Antoine Morvan et Pierre-Loïc Berthet. L’équipe navigante « historique » a appelé en renfort Stéphane Geslin, Jean-Pierre Nicol et Cédric Château. Pour ceux qui douteraient encore de la solidarité des gens du nord, sachez que le bateau s’appelle Le Souffle du Nord le nom du projet de Thomas Ruyant, Dunkerquois de naissance, qui mettra à l’eau très prochainement à l’eau son 60 pieds Imoca avec lequel il s’alignera au départ de la Transat Jacques-Vabre, en octobre prochain, et du Vendée Globe, à l’automne 2016, pour porter le message de Projet Imagine.

Le Tour, parcours initiatique

Dunkerque Voile, l’autre équipe locale, a une vocation intimement liée à la philosophie du Tour de France : permettre à de jeunes navigateurs de se frotter au haut niveau. Ils seront coachés par Bertrand Pacé, légende française de la Coupe de l’America et octuple vainqueur du Tour de France à la voile, promu manager du centre d’excellence « Voile ambition Dunkerque » où seront portés à maturation les meilleurs marins de la communauté urbaine. Six jeunes vont donc entourer Loïc Féquet, Malouin rôdé au multicoque après de nombreuses courses en Multi 50, et skipper du projet cette année : Quentin Wallerich, Anaïs David, Timothée Deplasse, Pierre Noesmoen, Clément Meister et Damien Seeten. Ce dernier est un des fils de Joe Seeten, légendaire navigateur des côtes du nord, vainqueur du Tour en 1979 qui a également bouclé deux tours du monde en solitaire et sans escale. Le Tour de France à la voile est bel et bien une grande famille.

Articles en relation