Nautisme info

EcoTransat Des prototypes de voiliers en fibres naturelles

mai 26
11:27 2016

Le 24 mai, EcoTransat lance sa campagne de financement participatif (Crowdfunding) sur la plateforme ZESTE par la Nef.

Objectif : finaliser la création du premier prototype de six voiliers d’une nouvelle ère : des voiliers en matériaux composites biosourcés, à base de fibres naturelles — en lin, en chanvre, en jute, en bambou, et en basalte —, qui seront testés en laboratoire au Centre de recherche de l’Ecole des mines d’Alès (30) et lors des deux raids d’aventure, l’un autour de l’Europe et l’autre transatlantique.

EcoTransat, une réponse au paradoxe écologique de la voile :

« Pourquoi la navigation à voile, le mode de déplacement le plus écologique, se réalise-t-elle sur des bateaux non écologiques et bien peu recyclables en fin de vie ? » EcoTransat décide d’écrire une nouvelle aventure marine pour répondre à la fois aux envies des gens de la voile et aux besoins des professionnels du nautisme.

Ce projet de construction de voiliers en fibres naturelles entend ainsi apporter des solutions à trois problèmes de la plaisance :

  •  Écologique : Face à l’impact des épaves de bateaux qui se délitent dans les ports (20 000 par an en France) construire des voiliers éco-conçus et à terme entièrement écologiques.
  • Économique : Lancer un chantier naval, outil industriel créateur d’emplois et s’inscrivant dans une économie du littoral forte de son potentiel.
  • Social : Ce projet concoure à re-démocratiser la pratique de la voile en rendant accessible au plus grand nombre des voiliers à coûts raisonnables.

Une démarche de recherche-action écologique et collaborative

Le projet s’inscrit dans un programme de travail à long terme pour :

  • Stimuler la recherche pour tendre vers des bateaux entièrement écologiques.
  • Tester et promouvoir les voiliers écologiques de demain.
  • Impulser des projets de développement économique et social dans le domaine du nautisme

Premières étapes :

  • D’ici fin 2017 : construction des six prototypes en fibres de lin, de chanvre, de basalte, de jute et de bois de bambou. Tests effectués par le Centre des Matériaux de l’Ecole des Mines d’Alès (C2MA).
  • 2018-2019 : Deux raids en mer — un tour d’Europe en 14 étapes et une transatlantique vers le Brésil — avec les 6 prototypes pour confronter les fibres naturelles à toutes les mers, et démontrer la fiabilité et la qualité de ces nouveaux voiliers. Ces deux raids couvriront à eux deux près de 40 000 Km.

 Et ensuite :

  • Les matériaux développés dans le cadre des programmes de recherche impulsés par EcoTransat pourront s’appliquer à d’autres domaines.
  • Des voiliers les plus performants pourront être construits à plus grande échelle.

Aujourd’hui, EcoTransat a déjà…:

  • construit aux deux-tiers le premier prototype — le « bateau-étalon » —, en chantier au Grau du Roi ;
  • conclu une convention de recherche avec le Centre des Matériaux des Mines d’Alès (C2MA), Pôle

Matériaux polymères avancés ;

  • planifié les étapes des deux raids en mer ;
  • intégré, en phase de pré-incubation, l’Incubateur des Mines d’Alès.

Un projet collaboratif :

L’équipe « opérationnelle » :

  • Un initiateur et constructeur de bateau : Gilles Melon. 2 ans de navigation à la voile en passant le Cap Horn, 35 000 nautiques à son compteur. Ce passionné de bateaux a aussi écumé les chantiers navals, de La Rochelle à Port Camargue, en passant par Bordeaux.
  • Un spécialiste du montage de projets collaboratifs, Michel Dupoirieux. L’ex -directeur de l’Union régional des Scop (Sociétés coopératives et participatives) Languedoc-Roussillon est aussi passionné de mer, à bord de son voilier partagé.
  • Un graphiste de formation travaillant désormais en voilerie : Pierre-Julien est devenu technicien en construction de voiliers et apporte sa double compétence au projet.

En soutien :

Des grands noms de la voile ont accepté de parrainer ce projet :

  • Kito de Pavant, skipper en course au large. Basé à Port Camargue. Il est engagé dans la course mythique du
    Vendée Globe 2016.
  • Jérôme Poncet, aventurier des mers du sud, est dénommé le « Pape des glaces »,
  • plus de vingt personnes du monde de la voile, de la recherche, de l’éco-citoyenneté, de l’entreprise s’impliquent déjà dans le projet, sous forme associative dans un premier temps.

La campagne de financement participatif :

Après avoir déjà financé plus de 40 000 € sur les fonds propres de ses initiateurs, EcoTransat recherche 30 000 € pour « boucler » le premier prototype de voilier.
Grâce à une campagne de financement participatif, EcoTransat entend mobiliser l’ensemble des personnes et des organisations susceptibles de s’investir dans ce projet d’avenir, à la croisée du monde de la voile, de la technologie, de l’écologie et de l’économie socialement innovante.

Rejoignez la communauté d’EcoTransat sur ZESTE :
https://www.zeste.coop/fr/decouvrez-les-projets/detail/eco-transat

Partager

Articles en relation