Nautisme info

Erwan Le Roux : « Nous n’avons pas encore régaté ».

Erwan Le Roux : « Nous n’avons pas encore régaté ».
octobre 28
23:34 2015

Alors que le troisième jour de course se termine, FenêtréA-Prysmian et les deux autres Multi50 toujours en lice dans la 12e Transat Jacques Vabre se préparent au passage d’un nouveau front, sans doute le plus coriace qu’ils ont eu à affronter depuis le départ. Ce nouveau phénomène météo, qui les a obligé à repiquer vers l’ouest ce matin, va, en effet, les secouer copieusement à partir de la mi-journée. Au menu : quatre ou cinq heures délicates avec des vents de sud-ouest de 30 nœuds, mais aussi et surtout une mer démontée. Pendant cette période, il va donc falloir serrer encore un peu les fesses puis continuer de veiller à préserver le matériel en sachant qu’après, ça va (enfin) un peu se tasser. Erwan Le Roux et Giancarlo Pedote qui ont été mis à rude épreuve depuis le début de la course, sont évidemment pleinement concentrés sur cette nouvelle difficulté qui les attend, mais aussi très impatients de retrouver un peu de calme pour ainsi recharger les batteries… et partir à l’attaque !

« C’est difficile de le dire autrement : notre début de course a été compliqué », a commenté Erwan Le Roux, joint par téléphone Iridium, ce matin. « Depuis la sortie de la Manche, plus que le vent, ce qui est compliqué, c’est l’état de la mer. Nous avons pas mal de virements de bord à faire et comme nous sommes au près, ça tape énormément. Ce n’est pas facile pour nous, mais ça ne l’est pas non plus pour le bateau qui encaisse les chocs », a souligné Erwan, avouant par ailleurs ne pas avoir encore véritablement enclenché le « mode course ».

Passer sans encombre ce nouveau front et envisager la suite

« Nous n’avons pas encore régaté. Nous n’avons pas encore regardé où sont les petits copains mais nous savons que nous n’avons pas super bien navigué. Pour nous, jusqu’ici, l’essentiel a été de réussir à conserver le bateau en bon état et c’est ce que nous allons continuer de faire au moins jusqu’à ce soir, quand les conditions vont commencer à s’améliorer », a relaté Erwan qui va devoir faire le dos rond encore une poignée d’heures. « Nous avons encore un front à passer. De ce fait, le vent d’ouest va tourner au sud-ouest. D’après les fichiers, cette rotation devrait avoir lieu vers 13 heures (heure de Paris) puis, sur les coups de 16 heures, ça devrait commencer à mollir un peu pour se stabiliser entre 10 et 15 nœuds dans la soirée. La mer restera sans doute très inconfortable mais je pense que ce sera plus facile », a détaillé le vainqueur de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe sans cacher son impatience de retrouver un peu de calme. « C’est clair que ça va faire du bien quand ça va s’arrêter de secouer et redevenir un peu plus confortable. Pour l’instant, l’objectif, c’est de passer ce nouveau front sans encombre puis, une fois que ce sera fait, ce sera de remettre un peu d’ordre dans le bateau, de faire deux-trois bricoles et d’établir une stratégie pour la suite. Il sera temps de vraiment passer à l’attaque », a conclu Erwan Le Roux qui a franchi la latitude du cap Finisterre aujourd’hui et qui a donc encore 4 690 milles pour faire parler la poudre.

Articles en relation