Nautisme info

De qui FenêtréA Cardinal ou Actual gagnera la Transat Jacques Vabre ?

De qui FenêtréA Cardinal ou Actual gagnera la Transat Jacques Vabre ?
novembre 21
19:36 2013

Un duel de haute voltige à quelques heures de l’arrivée après plus de 5 000 milles de course… Les deux Multi 50 attendus demain matin à partir de 6 h (heure française) à Itajaí naviguent en ce moment dans le front froid et ont quelque peu ralenti. Le vent, accompagné d’orages, risque de basculer, donnant à chacun sa chance. La victoire est à la portée des deux tandems ! En IMOCA, PRB a repris les commandes de la flotte suite au démâtage de MACIF, mais derrière, Safran lâche les chevaux : il n’a fait qu’une bouchée de Maître CoQ cette nuit… En Class40, le Pot au Noir resserre les onze premiers bateaux. La régate bat son plein sous les molles et les grains.

Multi 50 : Sprint final !

Les deux Multi 50 de tête sont dans la dernière ligne droite. A 16h30 (heure française), FenêtréA Cardinal (Erwan Le Roux/Yann Eliès) avait 22 milles d’avance sur Actual (Yves Le Blévec/Kito de Pavant). Et le leader n’était plus qu’à 159 milles de l’arrivée à Itajaí. Les quatre marins, éprouvés par deux semaines intenses, donnent tout dans ce sprint final. Plus qu’un 100 mètres, c’est plutôt un marathon qui s’achève. Ces dernières heures, les vitesses ont baissé, passant de 23 à 14 nœuds pour FenêtréA Cardinal. Peut-être les prémices de ce front froid, générant des vents instables en force et en direction, qui barre la route vers Itajaí. Les deux tandems devront être opportunistes. Si l’un mollit, l’autre ne se privera pas d’en profiter. Mais on peut compter sur ces quatre marins expérimentés pour ne pas se faire de cadeaux. ETA ce vendredi entre 6h et 7h (heure française). Et pendant ce temps-là, Rennes Métropole/Saint-Malo Agglomération (Gilles Lamiré/Andrea Mura) a dépassé la latitude de Recife et poursuit sa descente le long des côtes brésiliennes. Erik Nigon et Samy Villeneuve (Vers un monde sans Sida) seront quant à eux bientôt au niveau de Fernando de Noronha.

Class40 : L’effet accordéon

Des trajectoires erratiques au beau milieu de l’Atlantique pour parer les grains et les zones de molles… C’est le programme des onze premiers Class40 entrés dans le Pot au Noir depuis hier après-midi. L’effet accordéon était prévisible comme sur l’autoroute du Sud. Un coup ça freine, un coup ça avance, et tout ce petit monde navigue désormais groupé : cinq bateaux en 18 milles. GDF SUEZ toujours leader incontesté garde une avance de 28 milles sur Mare et pourrait bien ressortir de cette zone de convergence inter tropicale bien placé grâce à sa trajectoire légèrement plus à l’Est que ses concurrents. Mais le Pot semble s’être élargit jusqu’à l’équateur. Patience et longueur de temps… Derrière, les alizés de Nord-Est continuent de pousser les équipages à plus de 10 nœuds. Solidaires en Peloton est ce moment le plus rapide de la flotte à près de 13 nœuds. Le tandem Erussard/Vauchel-Camus, 17ème, n’en finit pas de grignoter des places depuis son arrêt à Cascais !

Alex Pella, skipper de Tales Santader 2014 (Class40) : « Nous sommes au milieu de Pot au Noir au près dans du petit temps, 9-10 nœuds de vent, et sous la pluie, donc on se dessale et on prend nos douches. On joue entre les grains depuis que nous y sommes entrés hier après-midi. Nous faisons une route un peu plus ouest que GDF SUEZ parce que nous avons peut-être des conditions différentes, ça dépend des grains, ça refuse, ça repart, on essaie de faire le plus proche de la route ortho pour en sortir le plus tôt possible. La flotte se regroupe parce que ça tamponne devant mais ça va repartir, c’est l’effet accordéon. »

IMOCA : Ralentissement !

PRB en tête à 899 milles de l’arrivée, la flotte des cinq premiers IMOCA commence à ralentir dans un vent de Nord-Est de moins de 10 nœuds. Safran a cravaché toute la nuit pour finalement doubler Maître CoQ et le devancer au classement de 17 h de 7 milles. Les équipages en monocoque risquent de connaître des conditions un peu plus compliquées que leurs prédécesseurs en multicoques. Le front froid se déplace vers le Nord-Est et devrait rapidement leur barrer la route, avant le cap Frio. L’ETA du premier IMOCA est estimée à dimanche matin tôt. Derrière, Cheminées Poujoulat à 180 milles de PRB, peine à rattraper ses adversaires, tandis que le bateau polonais Energa revient comme une balle sur Votre Nom autour du Monde. Moins de 20 milles les séparent ce soir !

Marc Guillemot, skipper de Safran (IMOCA) : « Je suis vraiment très triste pour l’équipage de MACIF, ils ont fait un super parcours. Le principal, c’est qu’ils puissent ramener le bateau. Il faut toujours être prudent comme on peut l’être en course, être vigilant à l’accastillage et à comment l’utiliser. Mais, il ne faut pas être parano non plus. Les conditions ne sont pas évidentes en ce moment. Il y a une heure, on est parti dans un grain à 24-25 nœuds. De travers avec beaucoup de toile, tu peux partir en vrac, et un choc violent pour le gréement, ce n’est pas génial. »

Photo ©Jean-Marie Liot / DPPI

Partager

Articles en relation