Nautisme info

Grand Prix Guyader, les Dragonistes se préparent…

Grand Prix Guyader, les Dragonistes se préparent…
mai 04
20:26 2016

Ca y est, les quais et les pontons de Tréboul et le cœur du village du Grand Prix Guyader sont devenus polyglottes. Avec plus de 10 nationalités, les langues se sont déliées et multipliées mais tous parlent de la même chose et se comprennent ! Ils évoquent leur passion, jusqu’à leur obsession quelquefois : Le Dragon, leur Dragon. En Russe, Portugais, Anglais, Allemand, Hollandais ou Danois et bien entendu, en Français. Tous, amateurs ou professionnels, venus de l’autre bout du monde, comme Tam Nguyen qui arrive de Hong Kong, ou d’ici à Douarnenez, partagent cette fusion avec un quillard de 87 ans, raffiné, beau et tellement compliqué !

La morsure du Dragon

Mais qu’a-t-il de si particulier ce fameux bateau ? Qu’est-ce qui les fait se retrouver sur de multiples plans d’eau dans toute l’Europe pour régater en faisant des pointes à 8 nœuds au portant, quand les marins d’aujourd’hui n’ont qu’une envie : Voler, glisser, surfer ?

La complexité des réglages, près de 80, le trait de crayon, la ligne du Dragon, l’affrontement sur une même régate, entre médaillés olympiques et purs amateurs, la monotypie qui fait que ce sont les bonhommes et non l’armement ou le budget, qui font la différence. Et pour ce qui concerne le Grand Prix Guyader : la baie de Douarnenez, «magique» disent-ils, l’accueil des bénévoles «comme nulle part ailleurs » paraît-il et l’organisation «exceptionnelle» semble-t-il. Mazette !

Le mieux, c’est peut être de poser la question à Jean Breger qui navigue sur Ulysse (FRA 391). Ce jeune retraité de la Grande-Motte est un fidèle du Grand Prix Guyader, un afficionado même ! Il naviguera du 4 au 7 mai, pour le Trophée BMW, en compagnie de Christine Briand et Gaëtan Aunette. « J’aime la Bretagne et plus particulièrement Douarnenez. J’aime surtout l’équipe qui nous organise le Grand Prix Guyader et enfin, je suis toujours heureux de naviguer dans cette baie qui compte pour moi parmi les deux ou trois plus beaux plans d’eau d’Europe. Il y a un superbe plateau, de haut niveau et c’est tout l’intérêt de ces régates. Je suis fier d’être un amateur et de pouvoir rencontrer de grands professionnels. Sans illusion bien-sûr, mais de temps en temps on peut aller les chatouiller… « Amateur », c’est un des plus mot de la langue française, il y a « amour » dedans. Pour un Français aujourd’hui, figurer dans les 20 premiers, c’est bien. Nous, si on finit en milieu de flotte, on sera à notre place, si figure dans le premier tiers, c’est une perf ! Comme je dis souvent : Je préfère être le dernier des bons que le premier des cons ! ». Le Dragon, c’est la principale activité de Jean. Il participe à toutes les rencontres européennes et le reste du temps, quand il ne régate pas, il « phosphore » confie-t-il, « tout le temps ». Il pense Dragon, vit Dragon. « C’est un bateau tellement spécial, il faut être zen pour naviguer à son bord. C’est la lenteur qui donne le ton. Il est lourd, alors au moindre changement de réglage, il faut savoir attendre pour voir, rien à voir avec les formules 1 qui étaient présentes au Défi Nautic ».

Demain, Jean Breger participera à sa première régate du Grand Prix Guyader à partir de 11 heures à bord de son Ulysse qui, comme l’écrivait Joachim du Bellay « a fait un beau voyage » pour venir à Douarnenez.

La flotte des Dragon compte une cinquantaine d’engagés, avec son lot de favoris, ceux dont les titres et les médailles se comptent par dizaines, avec parmi eux le vainqueur du Grand Prix 2015, Henrik Witzmann (UAE 9). Christian Guyader, le partenaire principal de l’événement, va quitter la barre de son tout nouveau catamaran de 42 pieds, Guyader Gastronomie, pour affronter cette meute à bord de Ar Youleg II (FRA 365).

xo1

Tags
Partager

Articles en relation