Nautisme info

Groupama 40 à Cardiff : ne pas chercher à tout maîtriser

Groupama 40 à Cardiff : ne pas chercher à tout maîtriser
août 22
08:38 2014
Cinquième épreuve de l’année pour les Extremes Sailing Series, l’étape de Cardiff est l’une des plus attendues de la saison par les coureurs. A la barre de Groupama 40, Franck Cammas va découvrir ce plan d’eau urbain autour duquel le public gallois se masse pour suivre les courses dans des conditions qui s’annoncent un peu plus ventées qu’à Singapour, Oman, Qingdao ou Saint Petersbourg.

Neuvièmes sur douze à l’issue des quatre premières épreuves, le skipper Groupama et ses hommes ne comptent pas en rester là. Peu à l’aise en vitesse pure dans les petits airs, pas très inspirés tactiquement lors des manches chinoise et russe, l’unique équipage français du circuit pourrait mettre à profit un vent de secteur Ouest de 5 à 15 noeuds, un peu plus soutenu que d’habitude. Une occasion pour gagner en performance, notamment dans les nombreuses phases de transition propres à des régates d’une quinzaine de minutes disputées sur de très petits parcours : « Depuis le début de la saison, nous sommes régulièrement plus à l’aise dans la brise. En vitesse pure d’abord mais aussi dans notre positionnement sur le plan d’eau » commente Tanguy Cariou, le tacticien du bord.

Pourtant, au-delà de la performance pure, c’est dans l’approche de la régate elle-même que l’équipage Groupama a travaillé en collaboration avec leur coach, Thierry Péponnet : « Ces régates n’ont rien de classique par rapport à ce que l’on fait le reste du temps. Il faut que nous soyons moins calculateurs et aussi plus agressifs » ajoute le tacticien Groupama.

« Le plan d’eau de Cardiff est très petit, entourés d’immeubles. Le vent va donc être très perturbé avec des trous d’air mais aussi des rafales. Dans ces conditions, il faut considérer la régate comme un jeu, ne surtout pas chercher à tout maîtriser. Et quand on joue, il faut accepter de perdre quelques fois, d’avoir du déchet. Les départs au reaching seront déterminants car l’orientation du vent ne permettra pas de faire beaucoup de près et de portant » conclue Tanguy.

Reste maintenant à appliquer sur l’eau ces bonnes résolutions. Entourés de Thierry Fouchier, Devan Le Bihan et Romain Motteau, Franck Cammas et Tanguy Cariou partent donc « sans complexes pour prendre du plaisir et gagner des manches ». Sur leur chemin, ils trouveront quelques pointures comme Dean Barker (Team New Zealand), Ben Ainslie (BAR) ou encore Morgan Larson (Alinghi), brillant leader du championnat…

S’inscrire à la Newsletter hebdomadaire pour ne rater aucune actu nautique !

Devenez membre rédacteur et publiez tous vos articles gratuitement sur le site.

Toutes les infos Extreme Sailing Series

Partager

Articles en relation