Nautisme info

Groupama, l’estafette nationale

Groupama, l’estafette nationale
juillet 15
13:10 2015

En menant bon train sur la boucle entre les Sables d’Olonne et Bourgenay, Groupama remporte le raid côtier et reprend ses distances avec ses poursuivants au classement général. Après 3 heures et 17 minutes de course, Franck Cammas et ses équipiers devancent CombiWest de 3 minutes 01 et Vannes Agglo – Golfe du Morbihan de 3’51’’.

Groupama devant, les autres derrière. Bord après bord, étape après étape, l’écart se creuse. Indubitablement. Irrésistiblement. Le raid côtier des Sables d’Olonne, en ce 14 juillet, n’a pas fait exception à ce mouvement permanent, à peine remis en question ces jours derniers par le doublé de Spindrift à Roscoff… que Franck Cammas a étouffé en prenant systématiquement la deuxième place derrière son rival préféré.

Pour sa troisième étape sur le Diam 24, le marin le plus titré de France a pu une fois de plus s’appuyer sur la vitesse supérieure de son trimaran, mais aussi sur la science de Pierre Pennec, qui barrait le bateau jusqu’à son retour, et Arnaud Jarlegan. « On fait une grande descente sur laquelle ont est 5e ou 6e à la première bouée puis, sur la remontée, on fait la différence. On a eu le temps de voir nos adversaires et de creuser sur la fin. » Les adversaires ? Pas Spindrift, qui enroule pourtant la bouée de dégagement en tête mais qui, pour un refus de priorité, se fait sanctionner et s’enfonce sur la route de Bourgenay en 18e position. Il faudra une grosse bataille de d’empannages et des choix judicieux dans un vent de 8 à 10 nœuds et faiblards sur la fin pour que le bateau noir limite la casse et termine ce raid à la 7e place, concédant « seulement » six points au Diam vert.

Tandis que Franck Cammas s’assure la perspective de profiter en vainqueur de sa première remontée du chenal des Sables, lieu sacré d’un Vendée Globe qu’il n’a pas encore disputé, la bataille fait rage dans son dos. Les « mômes » de Vannes Agglo – Golfe du Morbihan, épatants de science et d’engagement depuis le début du Tour, sont à deux doigts de boucler le raid de quelque 20 milles en deuxième position. A deux doigts ? A un rocher, plutôt. « On a tapé trois fois les rochers depuis le départ, mais on n’avait jamais tapé aussi fort, racontera Quentin Delapierre, le skipper Morbihanais. Après, à la peine en vitesse, on n’a pu qu’essayer de contenir les autres. » C’est CombiWest qui saute sur l’occasion, double par l’intérieur et s’empare de la deuxième place du jour, trois minutes derrière Cammas et les siens… et de la deuxième place au classement général derrière… Troisième ce jour, Vannes Agglo – Golfe du Morbihan conforte sa cinquième position de leader. En ce 14 juillet, exactement à mi-course, Spindrift est troisième du général avec 22 points de retard sur Groupama. Si ce n’est pas un abyme, cet écart a déjà les dimensions d’une faille. Une bonne nouvelle pour le suspense ? La poursuite au Diam Vert reprend dès demain avec les régates en stade nautique juste devant la grande plage des Sables d’Olonne.

 

Franck Cammas (skipper de Groupama), vainqueur du raid côtier et leader du classement général :

« La journée ? Du petit temps, du courant. On a fait un très long bord de près, avec beaucoup de virements à la côte pour se protéger du courant. Sur ces phases là, on a été un peu meilleur que nos adversaires. On a fait une grande descente sur laquelle on était 5e ou 6e à la première bouée puis, sur la remontée, on a fait la différence. On a eu le temps de voir nos adversaires et de creuser sur la fin. J’ai la chance d’arriver sur un bateau qui navigue déjà très bien, les gars ont les bonnes ficelles et le bateau va très vite. C’est déjà une sacrée base. Ensuite, il faut faire la bonne navigation, les bons choix tactiques. On n’a pas fait tout bien, mais on a fait une grande partie bien. Celui qui gagne est toujours celui qui fait le moins d’erreurs. »

Damien Iehl (barreur de CombiWest), 2e du raid côtier et deuxième du classement général :

« Encore une fois, ce fut un raid pas simple. Ça part dans tous les sens à la bouée de dégagement, on s’en sort moyennement, entre la 10e et la 12eplace. Mais au portant, on est plutôt rapide. On a un bon feeling avec Louis Claeyssens sur les réglages de gennaker. Et commePierre Leboucher nous place vraiment bien, on est tout le temps allé au bon endroit par rapport à la côte. On est troisième à la bouée sous le vent, à Bourgenay. Par la suite, au près, on était un peu moins à l’aise, bien moins que Groupama qui est très rapide et face à qui il n’y a pas grand-chose à faire. Au général, on reprend la 2e place, on creuse l’écart sur la 4e place, on prend des points à Spindrift… Oui, c’est une belle journée ! »

Quentin Delapierre (Vannes Agglo – Golfe du Morbihan), 3e du raid côtier :

« Je suis super content, on prend un départ pas mauvais : on a réussi à trouver les solutions à nos problèmes de vitesse à Pornichet. Kevin (Péponnet) fait une bonne tactique sur le début de parcours qui nous fait passer en tête à la bouée en bas, avec une remontée qui nous permet de creuser, mais on voit remonter Groupama sur nous. Dans l’anse des Sables d’Olonne, on tape un caillou très fort, et c’est devenu compliqué de tenir Groupama et CombiWest, qui étaient encore capables de mettre la pleine vitesse. On ne peut plus relever la dérive. Heureusement, ça arrive sur la fin de course, on n’aurait pas été bien si on avait eu ce choc avant. C’est dommage, mais les deux autres vont super vite, et même avec une bonne dérive, ça aurait été compliqué. On conforte notre 5e place au classement général, c’est une bonne opération. »

François Morvan (barreur de Spindrift), 7e du raid et 3e au général :

« A la première bouée, on était en tête et, en sortie de virement, on est tombé dans une grosse molle. On ne pouvait ni abattre, parce qu’il y avait contact, ni lofer. On s’est retrouvé bloqué. J’ai essayé de continuer droit et de rentrer dans les trois longueurs ou alors de croiser devant. Le bateau qui venait en face a été obligé d’abattre. Vannes Agglo réclame, on prend une pénalité et, là, on se retrouve dans une situation très compliquée… et 22e. Après, ce n’est plus du tout la même course. On est très déçu, même si on fait une belle remontée. Il a fallu se battre, attaquer, se montrer offensif. On est resté très concentré. Même si le vent était faible, on n’a pas vu le temps passer. On va essayer de se rattraper demain ».

Voir le live

Articles en relation