Nautisme info

Une journée cuisante sur la Generali Solo

Une journée cuisante sur la Generali Solo
octobre 07
18:28 2013

Generali Solo 2013 – Soleil de plomb, tout petits airs et haute dose de concentration étaient au menu de ce deuxième jour de mer le long des sublimes côtes du sud de la France. A la mi-journée, les 16 solitaires ont passé la marque de la Cassidaigne (devant Cassis). Emmenés par Gildas Mahé (Ports d’Azur-Interface Concept) ils tirent des bords au près en direction de l’Espagne dans un vent de sud-ouest famélique. 3 noeuds de moyenne. A cette vitesse, le prochain objectif paraît bien loin : le petit archipel des Mèdes, distant de 122 milles (photo © A.COURCOUX).

 

Interminable
Les côtes varoises, puis celles de Provence, les îles des Calanques…les 16 solitaires ont eu le temps aujourd’hui d’admirer le paysage superbe qui se déroulait devant eux comme un lent travelling. Cette deuxième journée de mer dans le tout petit temps a pu paraître interminable à certains. Tout a commencé au lever du jour devant le cap Sicié. Le vent est tombé et la flotte, sous spi, s’est très vite regroupée, occasion d’un nouveau départ au portant entre 13 concurrents. Cet épisode était aussi le début d’une très longue matinée. Les premiers ont mis 5 heures pour parcourir les 15 milles jusqu’à la Cassidaigne, soit 3 nœuds de moyenne. A 12h39, c’est le vainqueur de la première grande étape de ralliement, Gildas Mahé (Ports d’Azur-Interface Concept), qui franchissait le premier la porte devant Cassis, 500 mètres devant ses plus proches adversaires Adrien Hardy (Agir Recouvrement) et Yoann Richomme (DLBC). 1h50 plus tard, Matthieu Girolet (Lafont Presse) était le dernier concurrent à passer la marque. La pétole a fait quelques dégâts en queue de peloton, notamment pour Matthieu, mais aussi David Kenefick (Full Irish) et Jean Paul Mouren (MarseillEntreprise).

 

La grande diagonale vers l’Espagne… à 3 nœuds de moyenne
Mais tous les espoirs sont encore permis, pour une majorité de la flotte (10 bateaux se tiennent en moins de 2,5 milles). Car le scenario météo proposé sur cette étape est loin d’être aussi cristallin que l’eau des Calanques. Les premières heures de navigation en direction de l’Espagne ne sont pas folichonnes. Au près, tout le monde tire des bords. A terre, certains, comme Frédéric Duthil (Sepalumic), Gildas Morvan (Cercle Vert), Paul Meilhat (Skipper Macif 2011) et les deux Bretagne – Crédit Mutuel sont allés voir de près les reliefs du mont Marseilleveyre et l’île de Riou. Quand les leaders (Mahé, Richomme, Chabagny et Macaire) tiraient au large. Pour l’instant, la flottille évolue dans un faible flux de sud-ouest. Mais c’est du nord puis du nord-ouest qui est attendu. En milieu d’après midi, une houle de secteur ouest commençait à bercer les monotypes. Signe annonciateur d’un vent nouveau ? Les figaristes attendent avec impatience que les conditions se stabilisent pour ” enquiller ” des siestes l’esprit tranquille. Si tout va bien, les premiers devraient enrouler le caillou appelé Islote El Medallot (archipel des Mèdes) demain mardi en fin de matinée.

Partager

Articles en relation