Nautisme info

Le Défi d’Yvan Bourgnon: Il est arrivé à Darwin en Australie après de belles frayeurs!

Le Défi d’Yvan Bourgnon: Il est arrivé à Darwin en Australie après de belles frayeurs!
juin 18
00:10 2014

Récit d’Yvan sur son étape entre les Iles Vanuatu et Darwin (Australie) ou il est arrivé lundi à 7h (heure française) : 2500 milles du 31 mai au 16 juin: Sa plus grosse tempête !!

Quelle étape, la plus éprouvante depuis le début de mon tour du monde. Cela commence par le bris de mon safran babord le lendemain de mon départ ainsi que l’axe du tribord que je réussi à changer miraculeusement en mer. Ces avaries vont me contraindre de mouiller sur un récif minuscule et désert au milieu de nulle part dans l’immensité de l’océan, le temps des réparations. Impossible de mettre pied à terre, les oiseaux ont été formés par Hitchock !! Les éléments continuent à se déchaîner depuis la Polynésie. Au menu pas de soleil, beaucoup de vent et une mer formée. A l’approche de la barrière de corail de l’Australie, le mauvais scénario va me mettre dans une situation très inconfortable. Le vent monte subitement à plus 60 nœuds (120 km/h) en pleine nuit, je décide alors d’aller affaler les 5m2 de Grand-Voile qu’il me reste et subitement le bateau plonge violemment ses étraves dans la mer. Je suis aussitôt projeté sur le tangon et je m’explose le dos sur l’espar, ma course se terminera dans la mer accroché au tangon avec le bateau qui reprend sa route. Sur les nerfs je remonte à bord en un éclair. Très vite je comprends que mon dos est coincé et que je ne suis plus bon à rien.

Me voilà entrain de ramper comme un vieillard dans la plus grosse tempête jamais rencontré avec mon catamaran entrain de ferler la voile et de m’allonger enfin sur mon banc. A sec de toile, je continue à faire des surfs à plus de 15 nœuds. Je réalise très vite que je ne pourrai plus bouger du tout avec mon dos en vrac. Que va t’il se passer si je chavire ??? et bien c’est simple je ne pourrai que subir et certainement pas le redresser dans mon état !! Je n’avais plus droit à la moindre erreur !! Piloter mon bateau en pleine nuit noire avec ces bourrasques de vent et 6 m de creux en position allongée me réclamera des efforts terribles.

Et pour achever mon malheur, le seul pilote automatique qu’il me reste tombe en panne à son tour, ca sent le cramé, je décide alors d’aller inspecter la coque au prix d’efforts super douloureux. Le bateau a faillit prendre feu, la cloison arrière commençait à s’enflammer, je ferme aussitôt le coupe-circuit et je me dis que j’ai une nouvelle fois frôlé la catastrophe.

La tempête va gronder toute la nuit tandis que je m’approchais à grands pas de la Grande Barrière de Corail sans pour autant savoir à quelle distance je m’y trouvais puisque j’étais incapable d’utiliser mon sextant.

Au petit matin, au bord de l’épuisement total, je me suis dis que la seule solution pour m’en sortir serait de me lever. 30 minutes seront nécessaires pour me mettre sur mes 2 jambes, le vent s’est enfin calmé et je commençais à croire à la possibilité de me situer afin de prendre la seule passe disponible dans la barrière sur 200 kms. En guise de bouquet final ma grand voile a finit par se coincer dans le mât, je terminerai ma journée sous foc seul en franchissant la passe et par chance un corps mort était là disponible sur le seul ilôt présent dans le quartier, un cadeau providentiel qui me permettra pendant 24h de remettre le bateau en état. Cet événement marque la fin de l’Océan Pacifique qui ne m’aura pas épargné.

Je repartirai normalement dimanche, en direction de Bali en Indonésie après une petite semaine de repos!

parcours défi yvan bourgnon autour du monde

parcours défi yvan bourgnon autour du monde

S’inscrire à la Newsletter hebdomadaire pour ne rater aucune actu nautique !

Devenez membre rédacteur et publiez tous vos articles gratuitement sur le site.

Suivre le défi d’Yvan Bourgnon autour du monde

Partager

Articles en relation