Nautisme info

Le facteur contreborde toujours deux fois

Le facteur contreborde toujours deux fois
septembre 12
16:40 2016

A force de vouloir côtoyer le soleil, on finit par s’y bruler les ailes. Yoann Richomme (Skipper Macif 2014) et Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance), à force de vouloir couper au plus court ont été piégés par l’imposant dévent qui règne sous le vent de Sao Miguel. Pour se tirer d’affaire, ils ont été obligés de tirer ce qu’on appelle en régate, le bord du facteur, une route iconoclaste, mais rarement payante.

Petit à petit, les écarts se creusent. En tête de course, les gros bras continuent d’imprimer un rythme soutenu. C’est à plus de dix nœuds de moyenne qu’ils filent quasiment sur la route directe emmenés par un Nicolas Lunven (Generali) toujours aussi affuté, à la lutte avec Gildas Morvan (Cercle Vert) et Charlie Dalin (Skipper Macif 2015). Au sein de ce groupe de costauds habitués aux joutes pour les places d’honneur, deux invités surprises, Arnaud Godard-Philippe (Faun Environnement – Martinique Destination Voile) et Justine Mettraux (TeamWork) ont décidé qu’ils méritaient aussi une part du gâteau. Pour l’un comme pour l’autre, c’est forcément une belle satisfaction que de constater qu’ils suivent parfaitement le rythme des leaders. Justine, qui tenait mordicus à participer à la seconde étape de la course voit ici sa pugnacité récompensée. A naviguer de conserve avec les ténors, les deux navigateurs vont forcément hausser leur niveau d’exigence, garantie de progression pour les saisons à venir.

Réparation nocturne

Même si les écarts de route sont encore faibles, il semble bien que les solitaires se divisent progressivement en deux camps. Sous le vent, le petit groupe emmené par Nicolas Lunven joue sur sa vitesse pour rester le plus longtemps possible en avant du front qui devrait atteindre la flotte dans la nuit. Au vent, un paquet emmené par Anthony Marchand (Ovimpex – Secours Populaire) joue le positionnement à venir en arrière du front en essayant de gagner au vent avant la bascule. Pour Yoann Richomme et Sébastien Simon, le choix de route s’impose, contraint et forcé.

Pour d’autres, les premières heures de course ont été riches en émotions. Gildas Morvan constatait au moment de quitter le ponton que son ordinateur de bord ne répondait plus. Le marin de Landéda s’imaginait déjà devoir boucler l’étape à l’ancienne, sans pouvoir récupérer de fichiers de vent et faire de projections de routage. Fort heureusement, tout est rentré dans l’ordre après quelques heures de course. Mystères de l’informatique. Sophie Faguet (Région Normandie), quant à elle, était aux prises avec des soucis d’alimentation électrique au point d’envisager dans un premier temps une escale à Ponta Delgada. Finalement, la navigatrice a pu venir à bout de ses soucis et continué sa route dans le sillage immédiat des leaders. C’est dit : les demoiselles de la Douarnenez Horta Solo entendent bien montrer qu’elles ne sont pas là pour amuser la galerie.

Classement à 17h :

1 Nicolas Lunven (Generali) à 1051 milles de l’arrivée

2 Gildas Morvan (Cercle Vert) à 0 milles

3 Justine Mettraux (TeamWork) à 1 mille

4 Arnaud Godard-Philippe (Faun Environnement – Martinique Destination Voile) à 1 mille

5 Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) à 3 milles

Partager

Articles en relation