Nautisme info

Le Grand Sud, comme si vous y étiez…

décembre 01
19:18 2016

Des images du Grand Sud, au large des Kerguelen, sont parvenues aujourd’hui grâce à une étroite collaboration entre la Direction de Course et la production audiovisuelle du Vendée Globe, la Marine Nationale et TF1. Banque Populaire VIII (Armel Le Cléac’h) et Hugo Boss (Alex Thomson) ont été filmés depuis un hélicoptère de la Frégate Nivôse, dont la mission est d’assurer la souveraineté de l’état français au sein des TAAF (Terre Australe et Antarctiques Françaises). Du jamais vu : deux Imoca à foils lancés à plus de 20 nœuds en plein océan indien et, dans le même temps, deux skippers appelés à la VHF ! Un moment exceptionnel à marquer dans les annales de l’Everest des mers, la course en solitaire sans escale et sans assistance…

Deux oiseaux de 18,28 m de long déboulent sur une mer formée. Des bolides lancés à pleine vitesse sous un ciel gris, se cabrant sur les vagues, plongeant dans l’écume. Un bras se lève, un sourire illumine le visage encapuchonné. A 40 milles dans le nord des Kerguelen, l’hélicoptère les a trouvés grâce aux informations précieuses de la Direction de Course. Instant incroyable ! Jamais dans l’Histoire du Vendée Globe, de telles images ont pu être filmées… « Ça faisait du bien d’avoir de la présence humaine au milieu de l’Océan Indien. » confiait Armel au Vendée Live ce midi. Sous grand-voile à un ris et J2 pour Banque Populaire VIII et sous deux ris, petit gennaker et trinquette pour Hugo Boss, voilà à quoi ressemblent deux Imoca dans les mers australes… « Je trouve que c’est sympa qu’Armel reste en contact avec moi. Evidemment si j’avais un foil, ce ne serait pas le cas ! » lançait cet après-midi à la vacation Alex Thomson, visiblement en grande forme, qui, pour le show des images hélico, est monté sur le rouf, malgré l’écume fumante. Au classement de 18h, les deux leaders ne sont séparés que de 12 milles. Dans quelques heures, le vent va mollir. Un répit de courte durée pour les deux marins qui vont devoir jouer de la stratégie jusqu’au cap Leuwin.

Bulletin Météo Spécial envoyé par la DC aux coureurs

Dès ce soir, les 14 skippers de la « queue » de la flotte vont rencontrer des conditions de navigation plutôt viriles. La Direction de Course du Vendée Globe les a prévenus hier. « Au dessus de 35 nœuds, nous envoyons un BMS (Bulletin Météo Spécial) en fonction de la zone de navigation concernée, pour des questions de sécurité. Le peloton va être bien pris par une dépression qui va les catapulter dans le Sud vers le cap de Bonne Espérance. Les fichiers annoncent 35 nœuds, cela veut dire que dans les claques les skippers devront faire face à 40-45 nœuds. C’est au portant, mais il peut y avoir de la mer. Cela pourrait durer au moins 12 heures » explique Jacques Caraës, directeur de course. Alan Roura (La Fabrique), Enda O’Coineen (Kilcullen Voyager – Team Ireland) et Pieter Heerema (No Way Back) seront les premiers à être touchés. Demain matin, ce sera au tour du peloton. Fabrice Amedeo, joint ce matin en vacation s’y prépare : « Il devrait y avoir 40 nœuds au passage du front. Je vais rester sur une trajectoire un peu plus prudente, quitte à perdre un peu de terrain. C’est la première dépression, c’est ma première fois dans le Sud. On va attaquer le gros morceau du Vendée Globe. Ça va changer ma psychologie, je vais naviguer en bon marin et être plus en mode résistance. » Un nouveau Vendée Globe commence pour tous ces skippers encore dans l’Atlantique Sud…

Partager

Articles en relation