Nautisme info

Le Raid Emeraude a révélé ses joyaux

Pierrick Contin

Le Raid Emeraude a révélé ses joyaux
juillet 01
10:40 2016

Deux jours de régate intense avec une météo variée, des parcours condensés, des concurrents nombreux et ravis, de belles têtes d’affiche… La quatorzième édition du Raid organisée par le Yacht Club de Saint-Lunaire le long de la côte d’Emeraude est un nouveau succès. La victoire revient à Gurvan Bontemps et Frédéric Moreau en Flying Phantom, Antoine Ferrec et Foucauld Delaplace en Formule 18, et les duos mixtes Antoine Le Corre –Audrey Ogereau en C1 (Viper) et Matthieu Le Normand – Lilou David en C3 (SL16).
« Le bilan du Raid Emeraude 2016 est très satisfaisant », confie Stéphane Fretay, Président du YCSL. « On a eu du vent, du soleil et on a pu innover de nouveaux parcours qui ont plu à l’ensemble des coureurs. On a réussi la performance de faire courir quatre classes, en enchaînant les départs, tout s’est bien déroulé, et à l’arrivée il n’y a qu’une heure de décalage entre les premiers et les derniers. C’est ce que recherchent les concurrents aujourd’hui. Ils ne veulent plus passer de longues journées sur l’eau. Ils veulent plus d’intensité. Donc sur des parcours condensés, avec beaucoup de marques, ils ont eu toutes les allures, de la stratégie, de la tactique… Bref, ils ont été servis ! »

Des bateaux volants de plus en plus nombreux

Les 68 bateaux inscrits disputaient aujourd’hui la deuxième et dernière épreuve du Raid. La flotte s’est élancée ce matin à 10h00 pour une navigation entre Saint-Cast et Saint-Malo, dans un vent un peu plus léger qu’hier, ce qui n’était pas pour déplaire aux équipages des Flying Phantom. « Il y avait entre 10 et 15 nœuds, avec une mer encore un peu courte, mais c’était quand même des conditions très agréables pour les marins », explique Alex Udin, concepteur du catamaran volant, et également lunairien. « C’est génial de voir que pour la deuxième année de présence des Flying Phantoms sur le Raid Emeraude, il y a deux fois plus de bateaux dans cette série. C’est une nouvelle manière de naviguer qui se rapproche plus des sports de glisse, mais demande un peu de pratique pour maîtriser l’engin à haute vitesse ».
Et la pratique, Gurvan Bontemps n’en manque pas. Le Vannetais, vainqueur du Raid l’année dernière dans cette catégorie, a participé au développement du bateau ici-même à Saint Lunaire. Il a donc le double avantage de bien connaître la monture et le plan d’eau. Le voir s’imposer une deuxième année consécutive n’a donc rien de surprenant. Mais cette année, la concurrence était plus rude : « il y a du beau monde dans cette série, avec des pointures de la course au large comme François Gabart, Morgan Lagravière, Karine Fauconnier. C’est une belle réussite et on s’est régalé sur l’eau. Les conditions étaient top ! C’est vrai qu’on peut aller plus vite sur une mer plate, mais faire des pointes à 22 nœuds comme on a fait hier dans le clapot, c’est déjà une belle prouesse ».

« 10/10 pour cette épreuve »

Thibaut Vauchel-Camus et Benjamin Lamotte terminent deuxièmes, et le binome Morgan Lagravière – Antoine Rucard se classe troisième, comme hier, mais sans pénalité cette fois.
« J’ai émargé dans la mauvaise case. On est tellement assisté dans nos grosses équipes qu’on oublie parfois de réfléchir », plaisante Morgan Lagravière. « Mais on a bien navigué sur l’eau les deux jours. Ce sont des bateaux exceptionnels et c’est un vrai plaisir d’évoluer dessus dans un cadre aussi magique ! Vraiment 10/10 pour cette épreuve sur laquelle j’espère revenir rapidement. C’était ma deuxième sortie en Flying et ma première fois sur le Raid Emeraude, et aussi ma première fois avec Antoine, qui est un des jeunes du collectif France et qui navigue très, très bien. Entre les épreuves en IMOCA, j’aime beaucoup naviguer sur des supports différents. Cela paraît décalé, mais on arrive à capter des choses, à prendre des
sensations qu’on a la possibilité ensuite de transposer. C’est un peu la culture anglo-saxonne de la voile, de sauter d’un support à l’autre, comme le font les Australiens et les Néozélandais de la Coupe de l’America, qui ont toujours été mes modèles. Pour l’instant j’avoue que je ne pense pas trop au départ du Vendée Globe en novembre prochain. J’évite de me
mettre la pression trop tôt ».
Quatrième participation et première victoire pour le duo Ferrec – Delaplace

En Formule 18, Antoine Ferrec et Foucauld Delaplace s’imposent haut la main avec plus de quatre minutes d’avance au général. Pour leur quatrième participation, les « Bretons du sud », sont aux anges : « on avait fait troisième l’année dernière donc on est super contents de gagner. En plus on a eu des conditions fantastiques. C’était un peu chaud hier dans les vagues et on failli se mettre sur le toit plusieurs fois. Il y avait pas mal de vent. Mais  aujourd’hui c’était génial. Sinon, l’organisation est toujours aussi sympa. On adore l’ambiance. Et puis on vient de Bretagne Sud donc c’est un plaisir de venir se mesurer ici dans les cailloux ! Qu’est ce que c’est beau ! »

Deux duos mixtes vainqueurs en C1 et C3

En Viper et en 16, ce sont deux « couples » homme-femme qui l’emportent face aux équipages de la côte d’Emeraude, peut-être trop confiants de courir à domicile. Antoine Le Corre et Audrey Ogereau (CN de Loctudy) terminent premiers de la série C1. Notons aussi l’abandon ce matin des vainqueurs de samedi, Kim-Anne Le Formal et Théo Constance. Après leur belle performance hier, ils ont du déclarer forfait suite au malaise de la barreuse, hospitalisée à Saint-Malo. Plus de peur que de mal heureusement puisque la jeune Morbihanaise qui vient de passer son bac a pu sortir dimanche soir.

En C3, ce ne sont pas des ‘sudistes’ mais des Normands qui réussissent à tenir tête aux Hobie 16 locaux. Matthieu Le Normand et Lilou David en SL16 gagnent leur premier Raid Emeraude devant deux équipages malouins Evan Panard – Tristan Hervé et Guerric Pottier – Eloi Colombel. Les lunairiennes Anaïs Dargnies (14 ans) et Lola Florez (15 ans), plus jeune
équipage de la flotte, terminent 10e et ont déjà hâte de revenir l’année prochaine pour améliorer leur résultat. « Les conditions étaient parfaites. On a eu du soleil, et un peu moins de vent aujourd’hui, ce qui était mieux pour nous, car nous sommes plus légères. Hier, il y avait de la mer et des grosses claques de vent, donc on a enfourné et dessalé et on a du faire
intervenir la sécu. Mais cela reste une bonne expérience ».

Partager

Articles en relation