Nautisme info

L’envol de Christophe Mora avec un Hydrogénérateur Watt&Sea

L’envol de Christophe Mora avec un Hydrogénérateur Watt&Sea
mai 29
12:18 2014
Pour mener à bien son projet “Into the Wind”, Christophe Mora a installé un hydrogénérateur Cruising 500W sur “l’envol”, son Django 7,70. Il a accepté de répondre à nos questions et de nous donner ses impressions sur notre produit, après sa traversée de l’atlantique vers le Brésil :

Watt&Sea : Peux-tu nous parler aujourd’hui de l’hydrogénérateur Watt&Sea et nous dire pourquoi as-tu choisi en particulier cette source d’énergie ?
Christophe Mora : L’hydrogénérateur Watt&Sea est la solution énergétique qui s’impose naturellement car aucun autre équipement ne propose un tel rendement ; de plus sa fiabilité est excellente, son poids faible (8,2Kg), son encombrement réduit (en version courte), sa mise en œuvre assez aisée (mais perfectible) et la trainée très faible… Dans mon cas (un tour du monde sur 4 ans avec un maximum de mouillages) l’hydrogénérateur Watt&Sea est une évidence et son coût sera vite amorti.

 

Watt&Sea : L’hydrogénérateur a été ta source d’énergie principale ou unique ?
Christophe Mora : Je ne voulais pas d’éolienne à cause du bruit, du fardage et du rapport coût/rendement que je trouve défavorable ; en effet au portant, l’allure majoritaire, elle ne fonctionne pas et au mouillage, le vent n’est pas toujours présent puisque l’on cherche à s’en protéger. Par ailleurs, je n’ai pas de moteur inboard mais un hors-bord de 9,8CV. Je ne dispose donc pas d’alternateur pour recharger mes batteries.
Concrètement, je dispose de deux sources d’énergie : la principale en navigation c’est bien sur l’hydrogénérateur Watt&Sea que j’utilise de préférence sur un bord long, quand le vent fraichit, par cycle de 4 à 8 heures, si j’ai déjà ponctionné de 30 à 50A sur les batteries ; la seconde c’est deux bâches solaires pliables (2x60W) que je déploie par vent faible ainsi qu’au mouillage. Dans de bonnes conditions d’ensoleillement, elles sursoient largement à la consommation courante en fournissant 7Ah au mieux. Il reste un trou de production en navigation sans soleil par vent faible ainsi que dans les mouillages couverts… Mais avec presque 200A de batteries au gel Tech Power je peux voir venir surtout au mouillage où je peux ajuster facilement mon utilisation du PC en fonction du soleil disponible.

 

Watt&Sea : Est-ce que l’hydrogénérateur est un frein dans l’eau et est-il bruyant ? Après une telle expédition, quelles sont tes observations ? Y a t’il selon toi des améliorations à apporter au produit ?
Christophe Mora : J’ai opté pour un montage avec deux supports amovibles dont les parties femelles sont fixées à demeure au tableau arrière, une à tribord et l’autre à bâbord ; la partie mâle, sur laquelle est fixé l’hydrogénérateur, est à emboiter sous le vent de l’amure ; ces supports sont décalés de 30cm environ par rapport aux safrans, quand le pilote fait de grosses rectifications de cap l’hydrogénérateur est dans sa trainée. De plus mon Django est une version biquille qui génère peut être quelques turbulences supplémentaires…
Concernant la production d’énergie, à partir de 4 nœuds l’hydrogénérateur couvre la consommation totale du bateau ; à partir de 5 nœuds il charge les batteries ; à 6 nœuds il couvre largement la consommation du dessalinisateur Katadyn PS40E (5Ah de plus soit 10Ah au total). Au-delà la production est exponentielle : au surf à 8 nœuds il rentre 20 Ah en pointe !
Sinon, il produit un son discret qui me permet de contrôler à l’oreille son bon fonctionnement.
Le principal défaut de l’hydrogénérateur Watt&Sea c’est de ne pas fonctionner au mouillage !! Sauf s’il y a beaucoup de courant ce qui peut arriver !

 

Watt&Sea : Si tu devais dire une phrase pour résumer le produit, quelle serait elle ?
Christophe Mora : En déchargeant le skipper des problèmes énergétiques, l’hydrogénérateur Watt&Sea permet d’apprécier pleinement le voyage et de reporter ce gain d’attention et d’énergie sur l’aspect sécuritaire de la navigation. Par exemple, on hésite moins à laisser la radio allumée (0,4Ah) pour bénéficier de l’AIS et connaitre la route des cargos aux environs…

Watt&Sea : Merci Christophe pour ce témoignage. Vous pouvez suivre son aventure sur son blog : http://www.intothewind.fr/

 

S’inscrire à la Newsletter hebdomadaire pour ne rater aucune actu nautique !

Devenez membre rédacteur et publiez tous vos articles gratuitement sur le site.

Partager

Articles en relation