Nautisme info

Les Class 40 arrivent en nombre à Saint Malo pour la Route du Rhum

Les Class 40 arrivent en nombre à Saint Malo pour la Route du Rhum
octobre 24
10:50 2014
Pierre-Yves Lautrou est arrivé à Saint Malo! Parti mercredi en tout début d’après-midi de Lorient, son port d’attache, Pierre-Yves Lautrou a rejoint Saint-Malo ce jeudi, aux alentours de 16h30, et après 19h, le Class40 aux couleurs de l’Express – Trépia était dans le bassin Vauban. Le bateau va rester amarré jusqu’au départ de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe programmé, rappelons-le, le dimanche 2 novembre à 14 heures. C’est évidemment avec une émotion que le marin-journaliste est arrivé devant le port de la cité Corsaire. Et pour cause, il y a quatre ans, abordé par un chalutier au large du cap Fréhel, il n’avait pu y parvenir et avait vu son rêve de participer à la reine des transats en solitaire s’envoler. Autant dire qu’aujourd’hui, l’étape est importante et lourde de sens pour celui que l’on surnomme PYL.


Sebastien Rogues sur GDF SUEZ by Route du Rhum – Destination Guadeloupe

Vous avez justement effectué ce convoyage de 250 milles entre Lorient et Saint-Malo avec Tanguy Leglatin, votre entraineur et ami, qui était avec vous lors de l’accident il y a quatre ans…
« Oui, et c’était important pour tous les deux car le traumatisme a été réel. Faire ce parcours ensemble aujourd’hui a été une sorte de thérapie de groupe (rires) ! Le passage du cap Fréhel tout à l’heure, a été intense même s’il a été bien différent d’il y a quatre ans parce qu’il faisait jour et que les conditions météo n’étaient pas non plus similaires. Il n’empêche que pour moi, ça a été quelque chose. Nous n’avons rien prévu pour fêter ça mais je sais que notre entourage va s’en charger ce soir. »

Quel est votre programme dans l’immédiat ?
« Demain, nous allons bricoler un peu, faire un check-up complet du bateau et transmettre la job-list au préparateur même s’il n’a pas grand-chose à revoir car le convoyage, qui a débuté au moteur et qui s’est déroulé dans une quinzaine de nœuds de vent à partir de la pointe Bretagne, s’est bien passé. D’ailleurs, nous en avons profité pour travailler, essayer l’ensemble de la garde-robe du bateau excepté le spi medium, régler le mât, faire les marques sur les bosses de ris… En somme, nous avons fait plein de petits tests, ce qui est bien car depuis l’arrivée du nouvel espar, nous n’avions effectué qu’une seule sortie, lundi. De plus, c’était sympa car nous sommes restés bord à bord quasiment tout du long avec deux autres bateaux Lorientais, Matouba de Pierre Brasseur et Guadeloupe Grand Large 1001 piles batteries de Nicolas Thomas. Reste que j’ai aussi essayé de dormir pas mal car avec tout ce qui s’est passé ces dernières semaines et à cause de la pression qui s’évacue petit à petit, je suis un peu K.O. et je dois me reposer un peu. »

 

Yannick Bestaven Class 40 Route du Rhum
Après une véritable course contre la montre, un nouveau compte à rebours est désormais lancé pour Yannick Bestaven avant le départ de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe. Arrivé aujourd’hui jeudi 23 octobre dans l’après midi, le skipper rochelais a amarré LE CONSERVATEUR sur les pontons du bassin Vauban, où il a rejoint à Saint-Malo la flotte des 43 Class40 (monocoques de 12,18 m), représentant la moitié des concurrents engagés. Au terme d’une navigation difficile dans des vents majoritairement forts, Yannick Bestaven s’est aussi qualifié pour la course à la barre du premier Tizh 40, le tout nouveau plan Guillaume Verdier, l’un des derniers nés de cette 10e édition de la grande transat en solitaire.

Dans le domaine de la course au large, être au départ est déjà souvent une victoire. C’est en tout cas une première réussite pour Yannick Bestaven engagé dans une préparation et des délais très courts pour prendre en main son tout nouveau bateau, sorti il y a à peine moins d’un mois de son chantier de construction. Le skipper du CONSERVATEUR n’a pas ménagé sa peine pour être en mesure d’aligner ce prototype aux lignes avant-gardistes sur le parcours en direction de Pointe-à-Pitre (3 543 milles – 6 500 km).

UNE QUALIFICATION TONIQUE ET SPORTIVE

Après sa première navigation en solitaire, c’est donc avec une belle satisfaction qu’il termine sa qualification et décroche son ticket d’entrée pour s’engager à la barre de ce voilier flambant neuf à travers l’Atlantique. Un test grandeur nature rythmé par la succession de plusieurs fronts qui ont été autant d’occasions d’étrenner ce voilier exigeant dans des conditions toniques et sportives. « Je suis très content d’avoir pu enfin naviguer à bord du bateau. De me retrouver en mer en tête à tête avec lui après ces longues dernières semaines de chantier et de prendre mes marques, cela fait du bien ! Je commence seulement à en découvrir les premières réactions. En termes de sensations, il est très agréable à la barre, il passe bien dans les vagues. Il me donne l’impression d’avoir une planche de surf sous les pieds, ce qui est parfait pour progresser vite vers les Antilles !  »

Et le marin rochelais d’ajouter : « Si le préparation a été courte, LE CONSERVATEUR a tout le potentiel pour rivaliser avec les plus rapides du circuit. »

Copyright photo Jean-Marie Liot

S’inscrire à la Newsletter hebdomadaire pour ne rater aucune actu nautique !

Devenez membre rédacteur et publiez tous vos articles gratuitement sur le site.

Toutes les actualités de la Route du Rhum

Partager

Articles en relation