Nautisme info

Les Voiles en mode compétition !

Gilles Martin-Raget

Les Voiles en mode compétition !
septembre 29
10:28 2015

Moderne ; les Maxis pour le spectacle

Il se passe toujours quelque chose de nouveau aux Voiles de Saint-Tropez ; la journée du lundi, traditionnellement l’apanage exclusif des voiliers Moderne et des Wally, a vu aujourd’hui s’affronter les quatre 15 m JI en compétition pour leur championnat spécifique. Tous les comités de course sous la direction ultime de Georges Korhel étaient ainsi dès midi sur les chardons ardents pour lancer au large de Cap Camarat les cinq groupes IRC, les, et c’est une première, quinze Wally devant Pampelonne, et les magnifiques plan Fife à hauteur du Portalet. Le vent s’est fait discret tout au long de la journée, fraîchissant légèrement pour donner aux compétiteurs un joli flux de secteur est idéal pour entrer en douceur dans cette longue semaine de compétition. Trois parcours de type banane s’inscrivaient au crédit des 15 mJI, et deux pour les grands Wally, tandis que les voiliers Moderne disputaient un petit côtier de 19 milles en bordure du golfe.

La Finale du championnat des 15 mJI

Les Voiles de Saint-Tropez constituent cette année la finale du championnat des sublimes cotres aurique de la Classe des 15 m JI. Les quatre plans Fife encore en existence y participent, Tuiga (1909), Mariska (1908), Hispania (1909) et The Lady Anne (1912). Autant l’an passé Mariska s’était présentée dans le golfe fort d’une confortable avance, autant cette année l’équipage de Christian Niels déplore un déficit d’une petite victoire de manche, à égalité de points avec Tuiga. Yacht Club de France (Mariska), versus Yacht Club de Monaco (Tuiga), c’est un peu le match de la semaine que les deux autres protagonistes, les Britanniques de The Lady Anne et les Espagnols de Hispania tenteront de perturber. Trois parcours bananes au coeur du golfe étaient dès 11 heures proposés à cette belle classe. Et comme attendu, Tuiga et Mariska ne se lâchaient pas d’une semaine, laissant le champs libre au véloce The Lady Anne. Au final, ces trois belles régates ont accouché de trois vainqueurs différents et à la régularité avec deux belles deuxièmes places en plus d’une victoire lors de la troisième manche, c’est The lady Anne qui vire en tête ce soir. Wally : Y3K le plus régulier
Spectacle ô combien rare au large de Pampelonne, quand 15 Wally s’élançaient d’un même bord dans un vent qui allait forcissant. Les immenses Magic Carpet cubed (30,50 m) et Open Season (32,55 m) faisaient rapidement le trou et devançaient un groupe compact emmené par Y3K. Le Wally 101 lancé en 2009 allait tout au long des deux manches du jour intelligemment jouer placé, s’octroyant en temps compensé une quatrième et une deuxième place qui le catapultent ce soir en tête du classement général. Il devance d’un petit point Tango, le Wally 80 signé Farr à bord duquel Thierry Péponnet et nombre de « Frenchies » opèrent avec succès (victoire dans la manche N°2), et J One le Wally 77. L’intensité et la densité des régates sur le rond Wally laissent augurer dès demain, dans un vent encore plus frais, de somptueuses joutes.

Modernes : belle mise en jambe

Les voiliers Modernes ont bénéficié de conditions idéales pour une entrée en matière toute en douceur dans leur semaine de régates. Un parcours de 19 milles nautiques leur était proposé en sortir du golfe, avec départ à hauteur de cap Camarat. 8 à 10 noeuds de vent de secteur est favorisaient une entrée en matière paisible, chaque concurrent maîtrisant parfaitement le petit clapot généré par un si grand nombre d’étraves. Premiers à s’élancer des 5 Classes IRC en lice, les petits IRC E, groupe le plus dense avec 42 engagés, trouvaient vite la bonne carburation lors d’un premier aller et retour travers au vent, avant de plonger aux allures portantes vers l’intérieur du golfe où, en l’absence des voiliers Classiques qui n’entrent en course que demain, une ligne d’arrivée à hauteur du Portalet était mouillée.

Interviews :

Mariska (15 m JI), le tout pour le tout.
Sébastien Audigane, barreur et tacticien à bord de Mariska : « Le championnat des 15 mJI se joue à Saint-Tropez cette année. La pression est grande. Il nous faut l’emporter ici pour prétendre gagner le championnat. Mariska est bien au point sur le format des parcours dit banane. Tout l’équipage a eu le loisir d s’entrainer ici en amont. Nous sommes 10 professionnels dans un équipage de 16 à 18 personnes. On navigue sur des bateaux centenaires mais avec des techniques de navigations modernes, polaires de vitesse notamment… Cette classe n’est pas véritablement monotype malgré une jauge très bien écrite, car, à l’instar des voiliers de course actuels, les Imoca du Vendée Globe par exemple, les voiliers ont considérablement évolué en fonction de leur année de lancement. Mariska par exemple est le plus ancien des quatre voiliers présents. The Lady Anne lancé en 1912 est ainsi le plus « moderne » des quatre, et bénéficie de quelques avancées technologiques. Mariska s’entraine beaucoup mais les vitesses des bateaux sont similaires. Mariska est très à l’aise dans le petit temps et au portant. Tuiga va bien au près, avec un très bon cap. L’ambiance de la semaine va être très tactique. Il faudra prendre de bons départs pour pouvoir être devant et marquer nos adversaires façon match racing. »

Qui êtes vous ?
Philippe Martinez, responsable sécurité et logistique des Voiles

Passionné de pêche au gros, ce Vauclusien bon teint a trouvé depuis une douzaine d’années à Saint-Tropez, au sein de La Nautique, matière à bien vivre la mer. Responsable logistique à l’année pour l’ensemble des régates organisées par la Société Nautique de Saint-Tropez, il préside aussi à la complexe organisation de l’encadrement des régates au moment des Voiles. Avec une cinquantaine d’embarcations et une soixantaine de personnes uniquement dédiés à la mise en place des parcours, il veille à la bonne tenue des régates et naturellement à la sécurisation du plan d’eau, pour les concurrents comme pour les spectateurs. « Nous mouillons trois ronds de course » explique-t’il, pour les Wally à Pampelonne, les Classiques dans le golfe, et les Modernes du côté de la Nioulargue, là où l’on enregistre jusqu’à 600 mètres de fonds! En liaison avec le Directeur des courses Georges Kohrel, mes équipes et moi veillons à ce que toutes les régates se déroulent sans heurts, en toute sécurité et en toute équité. Il faut s’assurer que toutes nos embarcations sont prêtes à remplir leurs différentes missions, mouillage de lignes, comité, sécurité, mais aussi police et médical. Objectif, zéro accident, tout en demeurant dans l’esprit convivial et amical des Voiles. Je vis ici le prolongement de ma passion pour la mer et les bateaux. Je crois sincèrement avoir le plus beau job du monde… »

– Météo du jour : Coup de vent en vue.

Le vent de secteur est ne cesse de se renforcer tout au long de la nuit de lundi à mardi, pour atteindre les 23 noeuds en matinée, et forcir à plus de 25 en après midi, avec des rafales à 27 et 28 noeuds. La mer à l’extérieur du golfe va se durcir.

– Yacht extra ordinaire :
Orianda

Cette belle goélette bermudienne de 85 pied a été créée dans les derniers jours d’une époque révolue, où l’élégance est une partie intégrante de l’aventure suprême à la voile. Orianda a été construite pour le roi Christian du Danemark en 1937 par un architecte réputé pour ses voiliers rapides, O. W. Dahlstrom. Totalement restaurée dans les règles de l’art, Orianda navigue désormais entre Corse, Baléares, Grèce et continent…

Le coin des béotiens :

Goélette -Schooner : Voilier à deux mâts, dont le grand mât est placé à l’arrière et le mât de misaine  à l’avant généralement plus petit. Ce type de gréement à largement était utilisé par les pêcheurs. Dans les gréements anciens on distingue la goélette franche à corne ayant des voiles de flèche, des goélettes à hunier, ayant un hunier carré au mât de misaine à la place de la voile de flèche. Sur les goélettes américaines il y a une voile particulière, le fisherman, qui s’établit entre les deux mats.

Partenaires du jour :

Le Groupe Edmond de Rothschild, aux côtés des Voiles de Saint-Tropez pour la troisième année
Les valeurs de la voile, des régates et de la course au large, qui s’expriment quotidiennement au sein du Gitana Team, sont partagées par les 2800 collaborateurs du Groupe Edmond de Rothschild, dans plus de 30 implantations dans le monde. Au cœur de la culture familiale des Rothschild, ces valeurs sont porteuses d’humilité et d’authenticité, d’esprit d’équipe, mais aussi de savoir-faire et d’innovation, sans oublier le goût de l’excellence et le dépassement de soi.

”La voile est une tradition depuis près de 140 ans chez les Rothschild et c’est un thème de sponsoring naturel pour notre Groupe. Particulièrement aux Voiles de Saint-Tropez, l’événement qui a pris la suite de la Nioulargue, que le Baron Edmond de Rothschild gagnait en 1984 sur Gitana VIII.  En 2000, son fils Benjamin de Rothschild a mué la passion familiale en école de l’excellence en créant le Gitana Team, une écurie de course comptant parmi les plus compétitives de la course au large française. Cette année, tout juste mis à l’eau, le Mono60 Edmond de Rothschild s’élancera au départ de la Jacques Vabre. A titre personnel, passionné de navigation, je suis très heureux que notre Groupe s’inscrive dans la tradition des régates à Saint-Tropez et relève, dans le même temps, le défi de la compétition du grand large entre Le Havre et le Brésil. En tant que président du Groupe en France, je m’associe à l’ensemble de nos collaborateurs pour soutenir avec fierté les marins qui portent nos couleurs en perpétuant la saga familiale” Vincent Taupin, président du directoire, Edmond de Rothschild (France)

Aux Voiles de Saint-Tropez, le Trophée Edmond de Rothschild récompense le vainqueur chez les « voiliers modernes » de la classe IRC C.

Robbe di Kappa

Pour la cinquième année, Robbe di Kappa est partenaire des Voiles de Saint-Tropez. L’équipementier décline une vaste gamme de produits sportswear haut de gamme, vêtements, chaussures, accessoires, distribuée dans ses points de vente du monde entier, et sur le site même de Saint-Tropez où il occupe au sein du village un bel espace de 250m2.
Hervé Bourguin (Directeur international de l’offre textile) : « Nous accompagnons les Voiles de Saint-Tropez dans le but d’accroitre la notoriété de la marque, en nous associant à la fois à un événement très porteur que sont les Voiles, et au nom « Saint-Tropez » mondialement réputé et apprécié. La marque Kappa est dans l’esprit du grand public associée aux sports collectifs, football notamment. La société Robbe di Kappa se positionne, elle, sur du haut de gamme, avec une image qui colle parfaitement avec l’événement et au nautisme. La ligne « Voiles de Saint-Tropez » est distribuée dans nos boutiques et « corners » aux quatre coins du monde. Notre stand ici dans le village représente le « peak » de notre saison. La force de la marque réside dans les polos, chemises, dans des gammes de couleur attrayantes. La tendance est de se repositionner sur des logos et visuels moins marqués que par le passé, avec une belle visibilité de l’appellation « Voiles de Saint-Tropez ». La semaine des Voiles est un moment fort dans la communication de l’entreprise, avec de nombreux clients invités, qui découvrent toute la collection et profitent des régates et du cadre. Nous sommes par ailleurs partenaire du 15 m JI Mariska. »

Tags
Partager

Articles en relation