Nautisme info

PRB tape aussi un OFNI

PRB tape aussi un OFNI
juin 02
10:51 2016

Quel bateau n’a pas touché quelque chose sur la route entre New York et la Vendée ? C’est la question que l’on peut se poser moins de 48 heures après le départ. Alors que 5 bateaux sont toujours en escale à Newport pour réparer les dégâts consécutifs aux différents chocs d’hier (Banque Populaire, Groupe Queguiner, Safran, Saint-Michel Virbac, No Way Back), Vincent Riou explique que lui aussi a touché un OFNI dans la nuit.

« J’avançais assez vite cette nuit quand j’ai tapé quelque chose. Mon safran s’est relevé. Je n’ai rien remarqué d’anormal sur le moment. Mais j’ai vu ce matin que j’avais en fait une petite voie d’eau dans le bateau » raconte Vincent. C’est le cache ligne d’arbre d’hélice (support fixé à la coque) qui a été touché. Une fissure s’est formée à cet endroit. Vincent poursuit sa route vers Les Sables d’Olonne et devrait mettre en place rapidement une solution pour colmater cette brèche par laquelle l’eau rentre en petite quantité. Ni le bateau, ni Vincent ne sont en danger. « Pour l’instant, j’arrive à vider l’eau mais je ne peux pas le faire en permanence. Surtout, je tiens à protéger mon moteur. Je réfléchis à une solution durable pour la suite de la course » précise le skipper de PRB.

Même s’il a dû légèrement réduire sa vitesse en attendant de trouver une solution fiable, Vincent reste au contact du groupe de tête. Hugo Boss lui a ravi le leadership dans la nuit. Alex Thomson affiche depuis ce matin de très belles moyennes et impose son rythme élevé en tête de la course. Il ne cesse de creuser l’écart avec ses adversaires. C’est Jérémie Beyou qui occupe la deuxième place du classement de 15h30. Il est à 24,1 milles du leader et devance Sébastien Josse d’un petit milles. PRB se trouve à 34,6 milles d’Alex Thomson. « Juste après mon choc cette nuit, j’ai vu Edmond de Rothschild passer sous mon vent et Maitre Coq m’a aussi dépassé » constate le solitaire qui s’attendait hier soir à ce que les foilers allongent la foulée dans les conditions de sud ouest soutenu.
Pour Vincent l’essentiel est bien de rester dans ce groupe et de maitriser sa voie d’eau avant de gérer d’ici 36 heures une dépression assez creuse située dans le sud est de la zone d’exclusion des glaces. « Les routes optimales nous font passer dans la dépression. Mais les vents annoncés dépassent les 40 nœuds. C’est le prochain passage à négocier. Il va bien falloir se positionner. C’est aussi là-dessus que l’on se penche en ce moment » prévoit le skipper de PRB.

Tags
Partager

Articles en relation