Nautisme info

Premières impressions d’Yvan Bourgnon à son arrivée aux Iles Marquises

Premières impressions d’Yvan Bourgnon à son arrivée aux Iles Marquises
mars 28
13:17 2014

Après une escale rapide aux Iles Galapagos, j’ai repris la mer. Une longue ligne droite de plus de 6000 kms dans le néant absolu m’attendait avec aucune solutIon d’escale possible. Dans un calme inhabituel, ma première nuit a été surprenante, je me suis retrouvé nez-à-nez avec une otarie qui avait improvisé le pont de mon catamaran pour terminer sa nuit sans que je m’en aperçoive. La surprise était telle que la bête est retournée dans son élément.

J’ai évolué les 4 premiers jours dans des vents faibles m’obligeant à manœuvrer souvent pour m’extirper de cette zone où le soleil devenait mon pire ennemi. Les pluies diluviennes qui ont suivi m’ont refroidi jusqu’aux os avec l’incapacité de me changer durant 4 jours. Les 9 journées suivantes font maintenant partie des meilleurs souvenirs de navigation avec des surfs interminables sans que cela puisse me rassasier. Le compteur autour de 15 nœuds, je réalisais que mon Défi était difficile mais que j’avais droit à des moments de bonheur simple dans la glisse et la solitude. Cette longue chevauchée où je réalisais régulièrement 500 kms par jour se termina par le bris de mon gouvernail babord. Je décidais alors de baisser le rythme ; me retrouver sans gouverne au milieu du Pacifique pourrait devenir très critique sur la possibilité d’une destination possible. A l’arrivée, je finis par découvrir que l’axe du 2ème safran était brisé, j’étais proche de la correctionnelle !

Sur la fin du parcours, l’alizé se calmait pour laisser place à une fournaise qui a eu raison de mes limites physiques. J’étais bon pour rester 9 heures allongé, à bout de forces, avec une violente insolation dans l’a ttente que la fièvre baisse.

Quelques empannages et me voici en plein milieu de l’archipel des Iles Marquises avec un décor surréaliste où l’état sauvage a conservé ses droits. L’accueil marquisien fût plein d’authenticité. Cette 1ère journée à Taiohaé me plongera dans un échange émouvant avec les danseurs de HAKA. J’étais  impressionné par la performance physique de ces guerriers plutôt pacifique ! Je sens déjà que mon départ futur va me laisser un parfum de trop peu mais la vie du Défi continue. Départ la semaine prochaine pour une petite étape vers les Iles Tuamotu.

 

Toutes les infos sur le tour du monde d’Yvan Bourgnon en cata de sport

S’inscrire à la newsletter Nautisme Info

Partager

Articles en relation