Nautisme info

Préparation optimale du figaro Safran-Guy Cotten en vue de la Solo Maître CoQ

Préparation optimale du figaro Safran-Guy Cotten en vue de la Solo Maître CoQ
avril 15
16:07 2015

Une semaine intense de compétition

Cette première compétition du championnat de France Elite de Course au Large en Solitaire regroupe plusieurs manches sur des parcours côtiers, en baie des Sables d’Olonne, suivis d’une course au large de 270 milles nautiques via l’île d’Yeu et l’île de Ré, dont le départ sera donné jeudi 23 avril. Ce format d’épreuves imposera donc aux 40 concurrents inscrits une grande polyvalence pour s’imposer sur cette épreuve aux points : coefficient 1 pour les parcours côtiers inférieurs à 20 milles, coefficient 1,5 pour les parcours supérieurs à 20 milles et coefficient 3 pour l’épreuve de course au large.
Un avant-goût de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard Cachemire

Parmi les adversaires de Gwénolé Gahinet, on retrouvera quelques-unes des figures du circuit Figaro Bénéteau : Yann Eliès, Jérémie Beyou, Gildas Morvan, Thierry Chabagny, Corentin Horeau, Charlie Dalin, Paul Meilhat ou encore Xavier Macaire. « Avec 40 bateaux inscrits, le plateau est superbe, c’est un peu la répétition générale de La Solitaire du Figaro ! Il va y avoir du niveau et mon objectif est de pouvoir me battre dans le top ten comme je l’ai fait sur la Solo Basse-Normandie (Gwénolé avait terminé 7ème). Isabelle Joschke, Vincent Biarnes et Adrien Hardy, mes camarades d’entraînement du Pôle Lorient Grand Large seront là aussi et j’espère que l’on va continuer à bien progresser ensemble, » confie le skipper de Safran-Guy Cotten.

Une préparation sur-mesure

Déterminé, appliqué, Gwénolé travaille sans relâche pour réussir ce premier grand rendez-vous de l’année. En marge de sa préparation sur l’eau, le navigateur suit un programme d’entraînement personnalisé car une épreuve telle que la Solo Maître CoQ nécessite une bonne endurance sur la durée. « Je ne suis pas stressé car l’essentiel du travail sur l’eau est fait, mais physiquement, cela va être difficile, admet le jeune marin, donc je travaille beaucoup sur ma concentration. Je fais des séances de coaching avec Stéphane Eliot, un coach sportif. Nous avons travaillé sur le renforcement musculaire et sur ce qu’on appelle les phases « explosives », c’est à dire celles où il faut être capable d’enchaîner des efforts violents tout en récupérant vite. L’objectif est d’être meilleur sur les petits parcours et les phases de départ qui demandent beaucoup d’énergie ».

Pendant ce temps-là, l’équipe de Gwénolé Gahinet a réalisé un chantier d’optimisation du bateau : fiabilisation de l’électronique et amélioration des systèmes de pompe de ballast notamment. Le marin et le Figaro Safran-Guy Cotten bénéficient donc de conditions optimales pour aborder cette première échéance de la saison !

Articles en relation