Nautisme info

Quatre bateaux pour deux fauteuils

Quatre bateaux pour deux fauteuils
juin 16
10:36 2015

Ce matin, l’ambiance lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-départ était particulièrement détendue entre les skippers ; Bouwe Bekking n’hésitant pas à ponctuer les interventions de ses adversaires par des blagues ou des bons mots. Il faut dire qu’après plusieurs mois de course, ces sept-là commencent à bien se connaître.

Mais les sourires affichés ont pourtant du mal à cacher l’inquiétude de certains. Notamment celle de Charles Caudrelier qui disait manquer d’informations de la part de la direction de course quant au trafic dans les DST (zones de séparation de trafic). L’équipage sino-français a déjà été sanctionné pour ne pas avoir respecté l’une de ces interdictions lors de l’étape 7. Il n’est pas question pour le skipper de prendre un quelconque risque sur cette dernière étape décisive.

Depuis, Jack Lloyd, le directeur de course a précisé les choses et annoncé ses prises de position : les DST (zones de séparation de trafic) seront des zones d’exclusion. Les équipages ne pourront donc pas y naviguer. Au final, le parcours entre Lorient et Göteborg comptera donc 17 zones d’exclusion ! « Nous avons choisi d’interdire complètement la navigation dans ces DST mais tout le reste est ouvert. Cela réduit un peu le jeu mais avec les conditions de vent prévu, ça va seulement rallonger la course de quelques heures. On ne parle pas de jours. Nous n’avons pas interdit les zones où se trouvent des champs d’éoliennes, des plateformes pétrolières et gazières, … toutes ces choses là. Si nous avions fait cela, la course n’aurait plus eu de sens » explique l’expérimenté Jack Lloyd.

Si Ian Walker n’attend plus que de franchir la ligne d’arrivée à Göteborg pour célébrer sa victoire, les places de deuxième et troisième vont se jouer sur cette dernière étape longue de 960 milles. Dongfeng Race Team est actuellement troisième à deux points seulement de Team Brunel. Mais derrière, MAPFRE et Team Alvimedica ne sont respectivement qu’à deux et quatre points du tableau arrière de Caudrelier et ses hommes.

La moindre erreur sur ce dernier parcours va coûter très cher même si, au vu des nombreuses zones d’exclusion, le terrain de jeu de la flotte est beaucoup plus étroit. La météo vient aussi compliquer un peu les choses car du vent faible est attendu au moins jusque La Haye. « On va passer la pointe de Bretagne au près et après on aura l’axe d’une dorsale à traverser. On se retrouvera au portant. On devra faire un choix à savoir si l’on passe près des côtes françaises ou près des côtes anglaises. Il y a une grande zone d’exclusion au milieu, très longue jusqu’à la sortie de la Manche. Il va falloir faire un choix très tôt par rapport à cela. On y entrera a priori au portant. Mais il n’y a pas tempête. C’est plutôt très mou comme condition. Une dizaine de nœuds, une quinzaine max. Ou moins, 5 nœuds. Après, ça a tendance à mollir quand on sort de la Manche. Il va falloir bien gérer le courant et les effets de côte car nous serons proches de la terre » détaille Pascal Bidégorry, le navigateur de Dongfeng Race Team, qui a bien l’intention de monter sur le podium à Göteborg. Tout comme Charles Caudrelier : « On sait que l’on ne navigue plus pour la première place mais quatre bateaux peuvent encore finir 2ème. Ca va être une sacrée bagarre, tous les regards vont être tournés vers ça. On a fait un très beau tour du monde. Donc ce serait difficile de descendre du podium maintenant. Nous ne sommes que sept bateaux, c’est sûr que si on ne finit pas sur le podium, je ne pourrais pas me satisfaire du résultat ».

Iker Martinez, le skipper de MAPFRE ne cache pas lui non plus ses ambitions :

« Dès que l’on est sur l’eau, on se bat au maximum. Ca va être difficile d’aller chercher la deuxième place car Brunel a 4 points d’avance mais on va tout faire pour monter sur le podium, nous sommes proches de Dongfeng ».

Bouwe Bekking, actuellement deuxième, tente quant à lui d’échapper à la pression. « Je ne crois pas que cette étape soit très différente des autres. Car si tu arrives en premier à La Haye, tu repartiras aussi en premier vers Göteborg. La deuxième partie de cette étape sera décisive. La météo est encore en train de changer mais quoi qu’il en soit, l’objectif est de gagner en Suède. Je crois qu’il faut juste essayer de bien naviguer, prendre du plaisir et j’espère finir premier » raconte le skipper de l’équipe hollandaise.

L’arrivée en Hollande est prévue dans la nuit de jeudi à vendredi ou vendredi matin. Chaque bateau repartira de La Haye exactement 24 heures après son arrivée dans le port hollandais. La flotte est attendue à Göteborg à partir de lundi prochain.

Articles en relation