Nautisme info

Retour sur l’ouverture du salon Nautic de Paris 2013

Retour sur l’ouverture du salon Nautic de Paris 2013
décembre 10
11:59 2013

Ouverture au grand public, samedi dernier, du 53ème Nautic. Dès 10 heures, les allées de la Porte de Versailles à Paris ont accueilli leurs premiers visiteurs pour une journée dense. Du Spot Nautic, village consacré aux disciplines de glisse, jusqu’aux stands des grands chantiers, les nouveautés et les animations ont attiré la foule des grands jours, passionnés, skippers et familles.

Ce même samedi matin, le voile a été levé sur l’édition 2014 de la Transat AG2R LA MONDIALE en présence de nombreux anciens vainqueurs de l’épreuve tels que Michel Desjoyeaux, Jacques Caräes, Nicolas Troussel, Fabien Delahaye, Gildas Morvan ou Charlie Dalin mais aussi de concurrents d’ores et déjà engagés dans l’épreuve dont le départ sera donné le 6 avril prochain. Rappelons par ailleurs qu’AG2R invite les visiteurs du Nautic à découvrir une exposition de photographies consacrées au onze duos ayant remporté la course depuis sa création en 1992. Un bel hommage à l’aventure de tous ces marins !

En fin de matinée, la démarche Macif Solidarité Mer ainsi que le l’école de formation à la croisière Macif Centre de Voile ont été présentées au grand public en présence de Gérard Andreck, Président du Groupe Macif, Jean-Bernard Le Boucher, Directeur des programmes de Course au large du team puis des navigateurs François Gabart, Fabien Delahaye et Yoann Richomme. Dans la foulée, les visiteurs ont pu assister à la projection des films sur la sélection Skipper Macif et le bilan de la saison 2012 en 60 pieds – dont la victoire sur le Vendée Globe- avant de découvrir le programme à venir de l’équipe qui sera marqué par la mise à l’eau d’un trimaran de 100 pieds.

Présente dans le hall 1 de la porte de Versailles, la Barcelona World Race propose, à partir d’aujourd’hui et jusqu’à la fin du Nautic, des débats et des conférences afin de créer des contenus de référence dans le large éventail thématique de la voile océanique. Les sujets abordés vont porter essentiellement sur les domaines sportifs, scientifiques, technologiques et de respect de l’environnement. Des exemples ? La relation de la Barcelona World Race avec d’autres compétitions sportives comme le Rallye Dakar et autres défis de l’aventure humaine qui se déroulent dans les milieux naturels les plus durs, la relation de la régate avec la recherche océanographique ou encore les effets du changement climatique et les glaces dans le Grand Sud et la présence des OFNIS. Ce samedi, à 13 heures, la thématique de la navigation à deux et en solitaire sans assistance des régates de la classe IMOCA a créé le débat autour de skippers d’exception : François Gabart, Michel Desjoyeaux et Iker Martinez.

Voile légère, la glisse tout simplement

Grosse bouffée d’oxygène à l’entrée du Nautic avec les exposants de la voile légère qui profitent de leur nouvelle situation à l’entrée du salon pour mettre en avant des unités 100 % loisirs. Catamarans, dériveurs, kayaks sans oublier la discipline phare du marché : Le SUP qui se décline ici sous toutes ses formes et sous toutes ses marques, Naish, Bic, Hobie Cat, Fanatic et toutes les autres…qui se retrouvent sur le toit des centaines de concurrents qui affluent pour la course de demain.

La grande tendance est le gonflable, gonflé par l’avènement de la technologie Drop Stich. Il s’agit de pouvoir gonfler à très haute pression une coque sans en faire un ballon de baudruche grâce à la soudure de milliers de liens reliant pont et coque par l’intérieur. On parvient ainsi à donner une forme précise à un flotteur gonflé. Un SUP ou un bateau gonflable permettent de le transporter dans un sac à dos ou un coffre de voiture, et c’est une véritable révolution ! Le Tiwal, l’étonnant petit dériveur conçu par Marion Excoffon, a été un des premiers à profiter de cette technologie et devient un véritable succès commercial. Quant au SUP, il bénéficie à plein régime de cette révolution, qui l’aide à franchir des records de ventes partout dans le monde. Il se vend plus de SUP aujourd’hui que de planches à voile dans leurs années de gloire !

On redécouvrira aussi l’original système de propulsion des Hobie Savagers, petits kayaks trimarans propulsés à la voile, à la pagaie et surtout avec leur système de nageoires inédites, propulsées par les pieds…le concept fait fureur aux Etats-Unis.

En voile légère, on retrouve des unités fidèles aux préceptes de la discipline : initiation, famille et sport. Initiation à l’image du Hobie Cat Wave, le catamaran de voile légère le plus simple d’accès qui puisse exister sélectionné par Oracle pour promouvoir, via l’American Sailing Association, la pratique du multicoque et surfer sur l’enthousiasme soulevé par la dernière coupe de l’America. Familiale avec la présentation de trois nouveaux catamarans d’école, les Hobie Cat T2, RSCat 16 et Newcat M. Le T2qui entame une carrière mondiale à de quoi plaire. Une ligne dynamique, malgré des étraves inversées dont les extrémités jugées trop agressives ont été légèrement arrondies et une conception pensée pour affronter les mauvais traitements de la vie en club de voile : visserie intégrée dans la peau des coques, trampoline non plus suspendu, mais rattaché aux coques pour rassurer les équipiers novices. Seconde nouveauté « école », le RScat 16. Présenté par le chantier RS Sailing, spécialisé dans les dériveurs sportifs et collectifs depuis 1995, il en ressort une unité solide bénéficiant d’astuces de conception inédites comme la gorge courant le long des coques, facilitant le portage et l’ancrage du gréement. Ou encore le NewcatM, qui allie design ultra-moderne et solidité à toutes épreuves.

Sportive enfin avec la présentation d’un prototype qui promet de très belles glissades sous spi. Dessiné par le talentueux Paolo Bua et conçu par Kaïs Kaddour-Livoryc’est une magnifique petite unité aussi performante que belle. Sa coque flamboyante ultra légère, dissimule par un astucieux travail de matelotage la quasi-totalité des manœuvres, lesquelles sont simplifiées au maximum, afin que les navigants puissent se concentrer uniquement sur le plaisir de la glisse et les subtilités tactiques de la régate.

Et puis pour se rapprocher des étoiles de la Coupe, rien ne vaut le haut vol. Peut être demain tout un chacun fera voler son bateau et cette autre révolution est aussi en marche. Après l’America à San Francisco, la Petite Coupe en Classe C dont les deux meilleurs concurrents sont exposés tous foils dehors, on découvre avec gourmandise le Flying Phantom. Première offre commerciale réaliste pour tutoyer les étoiles et doubler les mouettes, ce catamaran volant a été conçu en collaboration avec le team Groupama de Franck Cammas vole comme Oracle à des vitesses inavouables !

Retrouvez toute l’actualités du salon Nautic 2013 sur : www.nautisme-info.com/salon-nautic-paris

Photo © Nautic 2013 / AFP/ Raoul DOBREMEL

Partager

Articles en relation