Nautisme info

Salon Nautic de Paris : C’est Noël et les idées foisonnent

Salon Nautic de Paris : C’est Noël et les idées foisonnent
décembre 15
11:34 2012

 

Beaux livres et belles éditions, objets rares, innovations : c’est Noël tous les jours au Nautic. Les idées cadeaux ne manquent d’ailleurs pas Porte de Versailles, entre les sublimes couteaux, les vêtements et sacs techniques, les électroniques et accessoires d’Ipad, les maquettes…il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Cet après-midi a été remis le Prix du Livre Maritime, avec l’Express et Côté Ouest, qui a récompensé un photographe phare du monde nautique. Pleins feux donc sur les livres, ouvrages et autres publications qui font l’actualité du Nautic 2012, et invitent à voir la mer dans tous ses états, confortablement installé au coin du feu ou sous le sapin…

 
Les Marées de Philip Plisson : Prix du Livre Maritime L’Express – Le Nautic avec Côté Ouest 2012
Il est le grand vainqueur du Prix du Livre Maritime Nautic-L’Express avec Côté Ouest. Ce vendredi, à 16 heures sur la grande scène du salon parisien, le livre Les Marées, signé par le photographe peintre de la Marine, Philip Plisson aux Editions du Chêne, a été récompensé par le jury* composé de personnalités du monde maritime et présidé par Michel Desjoyeaux.

De Mémoire de Phares, de Jean Guichard, (éditions Ouest-France) reçoit le coup de coeur de ce prix du livre maritime.

Les Marées, deux spectacles par jour sur le littoral français invite à la découverte des paysages chaque jour renouvelés, des côtes, des plages, des rivages qui se dévoilent au gré du flot et du jusant. L’ouvrage débute par un cliché de la petite plage bleue de la Trinité-sur-Mer, là où le photographe aux mille et une images a découvert l’univers maritime. Il décline ensuite une succession de paysages, pour la plupart vus du ciel, qui s’égrènent au tempo infini des pleines et basses mers, et invitent à la découverte de la richesse et de la variété des bords de côtes. Autant de vues inédites des parcs à huîtres du bassin d’Arcachon, ou plus évocateurs comme les superbes îlots de Port-Blanc. Un ouvrage d’une qualité rare qui se regarde comme une succession de tableaux. Un bel hommage à la mer, une artiste au talent inégalé…

Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L’Express : “On aurait pu penser que les deux ouvrages primés ne retiendraient pas l’attention du jury en raison de leurs thèmes plusieurs fois traités, les phares et les marées. Mais bien au contraire, le jury a été capté par ces deux livres, dont les auteurs ont réussi à renouveler le sujet. Les Marées par Philip Plisson, lauréat 2012, oppose la photo d’un même endroit en marée haute ou basse, il offre des effets saisissants et certains angles inédits. De mémoire de phares par Jean Guichard, qui donne la parole aux derniers gardiens, et se penche sur les mille et un aspects de leur quotidien, reçoit le coup de coeur du jury”.

Michel Desjoyeaux
, président du jury : ” Lors des délibérations, nous avons eu un vrai coup de coeurpour l’ouvrage de Jean Guichard qui se  distingue par sa dimension sociétale. Il apporte un très bel éclairage, non pas sur les phares, mais sur les gardiens de phare, qui sont quelque part eux aussi des marins solitaires, et j’en sais quelque chose”.

* Le jury 2012 : Michel Desjoyeaux, président du jury ; Nathalie Bigaignon, Secrétaire Général de la Fédération des Industries Nautiques  (FIN)  ; Violaine de Saint-Vaulry, directrice de la rédaction des magazines Maisons Côté Ouest et Maisons Côté Est  ; Nathalie Beauvais, chef du restaurant Au Jardin Gourmand (Lorient) ; Pierre-Yves Lautrou, journaliste et reporter à L’Express ; Pierre Marcel, réalisateur et producteur, auteur de Tabarly, le film ; Alain Niderlinder, conservateur adjoint du Musée de la marine.

Le cap Horn en cata de sport : Yvan Bourgnon relève un défi incroyable
Autre style, autre genre, autre surprise et autre belle découverte dans les allées du salon. Le livre Le cap Horn en cata sport fait le récit d’un défi extrême, relevé au début de l’année 2012 par Yvan Bourgnon et son équipier Sébastien Roubinet. “Il nous a fallu une bonne dose de folie pour tenter cette aventure”, reconnaît le navigateur suisse en introduction. Après une circumnavigation d’un peu moins de trois jours au départ et à l’arrivée d’ Ushuaia en Terre de Feu, en passant par  la canal de Beagle, la baie de Cook et le rocher mythique, gardien des latitudes maritimes le plus hostiles, le duo signe un exploit qui force l’admiration. L’ouvrage raconte la folle épopée de deux hommes engoncés dans des combinaisons étanches à bord d’un Nacra F20, un minuscule multicoque de 6 mètres de long, conçu pour régater dans des eaux abritées. Il témoigne de la démesure d’un challenge hors normes, au fil de photos saisies sur le vif illustrant leur lutte contre le froid rugueux de cette région du bout du monde dans des conditions dantesques. Une histoire de fous ! En dédicace samedi 15 décembre de 14h à 15h stand HJ 101.


La magazine Bateaux, nouvelle formule : L’art de vivre la mer

Bateaux, ce magazine référence dans le monde du nautisme, a récemment rejoint les éditions Course Au Large du groupe Le Télégramme, et fait peau neuve. Sous la houlette de Jean-Luc Pustienne, son rédacteur en chef, la publication inaugure une nouvelle formule qui ne passe pas inaperçue dans les allées du Nautic. Plus de couleurs, plus de peps et quatre rubriques fortes (Inspiration, Guide, Horizon, SAV) pour baliser la lecture au fil de ses pages qui invitent au partage de l’art de vivre la mer.
A noter que le stand du groupe Le Télégramme, situé face au Nautic Café, propose la plupart des ouvrages dédiés à la course au large et aux exploits sportifs, à l’instar de Victoire autour du monde / Loïck Peyron-Banque Populaire (texte de Marie Le Berrigaud-Perochon, photos de Benoît Stichelbaut), et du Cap Horn en cata de sport (Yvan Bourgnon et Sébastien Roubinet)…

Le Père Noël a décidemment le pied marin

Cette année encore, le sapin de Noël du Nautic déborde de belles surprises à travers les allées de la galerie marchande du Hall 2.1 et sur le Hall 1 pour faire découvrir aux passionnés le cadeau idéal. Petit tour des innovations, des inédits et des incontournables.

Une tendance se confirme : les voiles de bateau revisitées par les créateurs. Le précurseur, Vent de Voyage à St Malo, affine sa collection avec de nouveaux modèles de sacs mais aussi des housses d’iPad, le must-have 2013, des ceintures, des fauteuils, des sets de tables… osant, aux côtés des basiques, les tons lumineux de rubis, émeraude, cobalt… 727 Sailbags présente l’édition limitée Eric Tabarly, réalisée à partir des voiles mythiques des Pen-Duick. Un patrimoine confié à la marque par Jacqueline, la femme du navigateur, et sa fille Marie. Véritable collector, chaque sac, frappé du 14, le chiffre porte-bonheur de Tabarly, porte sa propre fiche d’authentification. Autre nouveauté sur le stand, une ligne de polos manches longues élégants avec renforts aux coudes et col doublé de toile de spi. Veste en voile propose également des vestes en voile, comme son nom l’indique ! Des modèles uniques, doublés en polaire. Unique, c’est aussi le mot d’ordre de Bayok qui crée cabas, pochettes, sacs étanches en imprimant sur de la bâche des cartes maritimes authentiques qui ont déjà navigué. Une belle collection rehaussée de cuir.

Quand les grandes marques de l’univers nautique, partenaires des défis océaniques, mettent leur expertise au service de tous les marins… On craque forcément pour un vêtement technique, confortable et haut de gamme, réalisé avec des matériaux performants dernière génération, étudiés pour affronter les conditions extrêmes. Si la veste de quart reste le best-seller des ventes, polaires, blousons, combinaisons, T-shirt « seconde peau » et autres polos ne sont pas en reste.

Henri Lloyd fêtera ses 50 ans l’an prochain. De quoi rappeler que la marque est à l’origine de nombreuses innovations comme le zip non corrosif ou la couture étanche !  Sur le salon, on peut réserver en avant-première l’Ultimate Jacket, nouvelle veste de quart, encore plus technique avec un nouveau design, un col plus couvrant et des bandes réfléchissantes. A ne pas rater, la Freedom Jacket, plus ajustée à la taille, avec sa capuche fluo dotée du système optivision (fenêtres transparentes sur les côtés).

La collaboration de Musto avec l’équipe Camper de la Volvo Ocean Race ou encore avec les navigateurs du Vendée Globe Armel Le Cleac’h, Vincent Riou ou Jérémie Beyou permet à la marque de développer des gammes qui répondent à tous les enjeux, de la course au large à la navigation de plaisance. Musto met un coup de projecteur sur la gamme HPX qui habille « les furieux de la mer » et propose aussi des modèles qui possèdent les mêmes innovations techniques avec des matières de plus faible grammage, plus adaptés aux plaisanciers. En attendant la sortie de la nouvelle veste BR1 prévue en 2013…

Partenaire notamment d’Energy Team sur l’America’s Cup ou encore du navigateur Kito de Pavant, Marine Pool met à profit toute son expérience pour conquérir le monde nautique. Sa grande nouveauté : la Offshore Drysuit, une combinaison sèche développée avec le navigateur qui protège l’intégralité du corps (col plus haut, chaussons intégrés…). A côté de ses collections ultra-techniques, Marine Pool propose une ligne lifestyle à l’esprit yachting, à l’image de sa petite veste ajustée vernis, la Freizen Jacket, déclinée en rouge, marine et jaune.

Helly Hansen met en avant sa gamme réalisée pour le navigateur Thomas Coville et ose, dans sa série Océan adaptée à tous les marins, des couleurs comme le Wasabi ou le turquoise. Gill éclaire ses vestes micro polaires « haute performance » noires d’une touche de framboise.

Enfin, Vicomte A., habilleur officiel du staff du Nautic, communique sur sa collection capsule créée pour le Vendée Globe et sa pièce phare, un blouson en maille, doublure matelassée.

Véritable mine d’or, la galerie marchande du Hall 2.1 booste le vestiaire du marin, jouant avec les codes et les basiques pour anticiper les envies ! Les traditionnelles marinières et les classiques vareuses arborent des couleurs flashy et des coupes plus « fittées », les polaires osent toute la gamme de l’arc-en-ciel, les ancres et autres phares s’affichent sur les polos (Sémaphore, Freegliss, La Marine Hier, Mousqueton).

La chaussure « bateau » est également au rendez-vous avec Sebago, Botalo, Zodiac, Via Corda… Au chapitre des inédits, on craque pour la sur-chaussure Mouillère antidérapante en caoutchouc thermoplastique, l’ensemble veste et salopette thermique « Safety Concept » de Plouf qui se gonfle et flotte quand on tombe à la mer,  les lunettes loupes éclairantes avec leds incorporés de Led Concept ou les véritables cagoules polaires canadiennes de Winnipeg.

Pour le Fun, on devient Pop-Pop addict ! Ces petits bateaux font un malheur sur le Nautic. Le principe est simple : de l’eau, une bougie et des bouffées de vapeur qui propulsent le bateau à moteur Pop-Pop sur l’eau. Bien sûr, il y a des maquettes bien plus élaborées et même de véritables pièces de collection, ou encore la possibilité de commander une reproduction de son bateau. Histoire de ne pas le perdre du regard durant l’hiver.

Avis aux amateurs d’art et de décoration, Rod&Co expose sur le stand de Côté Ouest et présente les œuvres de Rod Stribley. Cet artiste figuratif s’inspire de photos d’archives pour créer un univers bien à lui, fait d’histoires de marins.

Enfin, il y a les couteaux, comme les beaux Farol ou encore les exceptionnels Neptunia, forgés à Thiers ou Troyes, véritables œuvres d’art évoquant les plus belles carènes. Le skipper de Moonbeam IV, présent sur le stand, ne quitte pas le sien ! Reste à ne pas oublier de demander une pièce à l’heureux bénéficiaire du cadeau, pour ne pas couper l’amitié…

S’il y a, beaucoup, de gros jouets au Nautic pour les jeunes de 7 à 77 ans, il y a donc aussi d’innombrables tentations de toutes tailles et de tous budgets, à même de faire prendre le large à tous nos sens.

 

Partager

Articles en relation