Nautisme info

Solitaire du Figaro 3ème étape: Départ musclé et option à Batz

Solitaire du Figaro 3ème étape: Départ musclé et option à Batz
juin 23
11:52 2014
La troisième étape de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire a débuté par un coup de théâtre quand le leader au classement général annonçait qu’il avait cassé un bas hauban : Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) prenait tout de même le départ donné à 15h00 au large du plateau des Duons, puis enclenchait le moteur pour revenir au port de Roscoff-Bloscon afin de changer son câble de gréement… Joan Ahrweiller (Région Basse Normandie) était abordé violemment et rentrait aussi à Roscoff pendant que Yoann Richomme (Skipper Macif 2014) prenait rapidement le commandement de la flotte.

C’est une demie heure avant le début de la procédure de départ de la troisième étape de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire que Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) annonçait qu’il venait de casser un bas-hauban. Le règlement de la course lui imposait de prendre le départ au risque d’être disqualifié : le leader au classement général à l’issue des deux premières étapes réalisait une réparation de fortune pour maintenir son mât en place, le temps de franchir la ligne sous grand-voile réduite à un ris. Et dès que le coup de canon fut donné dans une brise de 18 nœuds montant à 20-22 nœuds, il revenait directement au port de Bloscon-Roscoff où l’attendait un bas hauban bâbord neuf.

Déjà des écarts !
Le skipper de Skipper Macif 2012 repartait vers 16h15 pour se positionner près de la ligne de départ afin que son moteur soit plombé, puis pour effectuer le parcours préliminaire avec deux heures de décalage par rapport au coup de canon libérateur. Un départ superbe dans des conditions soutenues sur une mer déjà agitée par une brise de Nord-Est de 20 nœuds…

Rapidement, Yoann Richomme (Skipper Macif 2014) prenait le meilleur et enroulait la bouée de dégagement en tête. Et dès qu’il put mettre le spinnaker, il creusait l’écart face à un pack très compact. Le leader d’alors avait donc du champ pour effectuer son empannage à la bouée sous le vent quand ses poursuivants bataillaient ferme pour perturber leurs adversaires et prendre l’intérieur à la bouée.

A suivre, il fallait aussi parer une bouée qui délimitait le plateau des Duons à laisser à tribord et certains au largue serré montaient tellement sous la pression d’Adrien Hardy (Agir Recouvrement) qu’ils durent abattre en grand pour respecter le parcours. Toute la flotte se retrouvait alors en ligne pour aborder la bouée mouillée devant le port de Bloscon où il fallait affaler le spinnaker pour un petit bord de vent de travers vers la bouée Astan-Radio France. Les écarts étaient déjà importants avec la queue de la flotte où se retrouvaient Claire Pruvot (Port de Caen-Ouistreham), Sam Matson (Artemis 21) et Alan Roberts (Artemis 23) qui connaissaient des problèmes de spinnaker.

Et déjà des options !
A peine la dernière marque parée, deux solitaires se démarquaient franchement en se glissant dans le chenal de l’île de Batz quand le reste de la flotte débordait l’île par le Nord à plus de neuf nœuds de moyenne. Adrien Hardy et Fred Rivet (DFDS Seaways) étaient en effet poussés plus fortement par le courant de marée descendante et progressaient à plus de dix nœuds. Ils vont aussi se retrouver sous la flotte, ce qui pourrait bien être un avantage pour se recaler devant…

Au programme de la soirée, un long bord sous spinnaker rapide vers le chenal du Four que les premiers devraient atteindre vers 20h30, tout juste au moment de la renverse de courant. Il faudra alors être dans le bon paquet toujours sous spinnaker mais cette fois en bâbord amures pour piquer vers le raz de Sein contre la marée montante. Mais il y avait déjà à l’île de Batz plus de deux milles de delta entre le leader, Yoann Richomme et le dernier, Claire Pruvot ! Il pourrait bien y en avoir le double dès la presqu’île de Crozon…

Passage à la bouée Radio France 
1-Yoann Richomme (Skipper Macif 2014)
2-Erwan Tabarly (Armor Lux-Comptoir de la mer)
3-Gildas Morvan (Cercle Vert)
4-Vincent Biarnes (Guyot Environnement)
5-Paul Meilhat (SMA)
6-Corentin Horeau (Bretagne-Crédit Mutuel Performance)
7-Charlie Dalin (Normandy Elite Team)
8-David Kenefick (Full Irish)
9-Jérémie Beyou (Maître Coq)
10-Thierry Chabagny (Gédimat)

Ils ont dit…

Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) 1er au classement général provisoire
« Dès que j’ai vu que le hauban avait cassé, j’ai tout sécurisé car le mât était encore en place ! Mais je ne pouvais pas faire une étape avec un gréement comme ça, surtout au milieu du golfe de Gascogne où on ne sait pas trop ce qui nous attend parce que ce sera orageux… J’ai préféré prendre le départ et revenir au port pour changer de câble, ce qu’autorise le règlement dans la mesure où je reprends le départ deux heures minimum après le coup de canon. Yann (Eliès) avait démâté : il était en tête de l’étape ! Il faut prendre les choses comme elles sont : la manche est longue et il peut y avoir des retournements. Ce n’est certes pas favorable pour moi puisque je serais en retard pour la marée dans le chenal du Four, mais il y aura du petit temps à Belle-Île : il ne faut pas stresser. Déjà le mât est encore là ! C’est un mal pour un bien… »

Sam Goodchild (Team Plymouth) 28ème au classement général provisoire
« Cette troisième étape est plus axée sur du portant et elle est plus ouverte tactiquement que les précédentes. Elle est aussi un peu plus courte que la deuxième manche : il faut d’abord faire le tour de la Bretagne avec beaucoup de rochers à terre mais surtout peu de vent en arrivant à Belle-Île… Il y a donc plein de choses à faire sur ce tronçon. Ensuite c’est un mix entre large et côtier. Nous allons partir dans un vent de Nord-Est et donc sous spinnaker au moins jusqu’au raz de Sein. »

Adrien Hardy (Agir Recouvrement) 7ème au classement général provisoire
« Hier soir, je me disais que c’était une étape simple, et au final elle ne sera pas si simple que ça, avec des zones de calmes, des écarts. Lundi midi et après-midi par exemple du côté de l’île de Groix et des Glénan… Dans le golfe de Gascogne aussi, il y aura des transitions et donc des écarts. Le parcours côtier, c’est sympa : j’aime bien naviguer dans les cailloux. »

David Kenefick (Full Irish) 25ème au classement général provisoire
« Je suis un mort de faim sur cette étape ! Je veux vraiment rentrer dans le top 20 et limiter les erreurs parce que sur la précédente, j’ai fait deux grosses boulettes qui m’ont coûté énormément de temps… Le début va être rapide et les premières 24h très importantes car en plus, on ne devrait pas pouvoir dormir la deuxième nuit vers Belle-Île… »

S’inscrire à la Newsletter hebdomadaire pour ne rater aucune actu nautique !

Devenez membre rédacteur et publiez tous vos articles gratuitement sur le site.

Les dernières actus de la solitaire du Figaro

Partager

Articles en relation