Nautisme info

Thomas Coville prend son mal en patience

Thomas Coville prend son mal en patience
janvier 13
19:37 2014

Le skipper de Sodebo fait face à des heures d’attente et de doutes face à une météo difficile comme peuvent le vivre des montagnards au camp de base avant une ascension périlleuse. En stand-by depuis le 18 octobre 2013 pour s’attaquer au record du tour du monde en solitaire, le maxi-trimaran Sodebo est toujours à Brest (crédit photo : Yvan Zedda / Sodebo).

Après plusieurs semaines de tempêtes violentes dans l’Ouest de l’Europe, la situation climatique reste toujours très instable en ce début d’année 2014 alors que l’équipe de routage de Thomas Coville observe enfin une évolution. Malheureusement, les fenêtres s’ouvrent puis se dégradent très vite. Le skipper se donnait jusqu’au 15 janvier pour partir. Il se laisse encore du temps afin de saisir la bonne fenêtre qui lui permettrait de rallier l’équateur en moins de sept jours, un premier objectif important sur ce record.

Même si nous partons sur un tour du monde, il ne faut pas perdre des heures précieuses sur la première portion de parcours vers l’équateur car c’est justement la seule sur laquelle nous pouvons choisir la météo. L’envie de partir ne doit pas non plus nous faire prendre des risques extrêmes pour le bateau en nous lançant au près dans 40 nœuds. Je dois résister à la pression. Cette longue attente n’est pas facile à vivre, ni pour l’équipe, ni pour tout ceux qui nous soutiennent et je les remercie de leur patience. Ce record est exigeant et il nous impose de le rester. Je ne peux pas prendre une fenêtre médiocre par fatalisme.

Actuellement, l’enchaînement rapide des dépressions n’a pas encore permis à une séquence de vents portants de s’installer suffisamment longtemps entre deux fronts pour gagner au Sud et accrocher les alizés sous le Portugal. Le vent sur le Golfe de Gascogne reste donc fort et mal orienté, ce qui implique du louvoyage et beaucoup de manœuvres peu propices à la réalisation d’un bon chrono, surtout en solo.

Patricia Brochard, co-Présidente de Sodebo :

Thomas est confronté à des choix cornéliens avec de vrais prises de risques. C’est une situation comparable à ce que l’on vit dans les entreprises. Parfois, certaines opportunités semblent assez sûres mais moins ambitieuses que d’autres, faut-il pour autant les saisir ? Il faut s’attacher à garder en tête les fondamentaux et l’objectif à atteindre avec la maturité et le sang froid nécessaires car ce sont des décisions difficiles à prendre et à porter. Thomas maîtrise aujourd’hui ces aspects de la compétition grâce à son expérience, son haut niveau de réflexion et parce qu’il a su s’entourer d’une bonne équipe

Ce record, considéré comme le plus engagé de la voile en solitaire, appartient depuis 2008 à Francis Joyon qui a bouclé ces 40 000 kilomètres (21 600 milles) autour du monde en 57 jours, 13 heures et 34 minutes.

Partager

Articles en relation