Nautisme info

Tour de Bretagne : c’est parti !

Tour de Bretagne : c’est parti !
août 24
10:50 2015

C’est ce dimanche, à 10h15, que le coup d’envoi de la 10e édition du Tour de Bretagne à la Voile sera donné, en baie de Saint-Malo. Bretagne – Crédit Mutuel Espoir, Bretagne – Crédit Mutuel Performance et les 20 autres Figaro Bénéteau en lice s’élanceront alors pour la première étape de l’épreuve, un morceau de 44 milles qui les mènera jusqu’à Lézardrieux. Si ce premier tronçon se jouera dans des conditions plutôt tranquilles (un flux d’une quinzaine de nœuds allant mollissant au fil de la journée), la suite devrait se corser avec le passage d’un fort coup de vent, demain et mardi, qui pourrait rendre délicat le tour de l’île de Bréhat et la course de ralliement jusqu’à Camaret, avant de rejoindre Groix puis Piriac-sur-Mer où la régate s’achèvera, samedi prochain. Reste que si ce cru 2015 promet d’être assez difficile, avec, on l’a dit, de la brise soutenue, mais aussi et surtout beaucoup de près, Sébastien Simon et Corentin Horeau sont fins prêts à en découdre et déterminés à briller dans leurs eaux. Pour y parvenir, le premier a choisi de s’appuyer sur Nicolas Troussel, le skipper Élite de la Filière d’excellence de course au large Bretagne – Crédit Mutuel qui connaît l’épreuve sur le bout des doigts pour y avoir déjà participé à huit reprises. Le second a misé sur les compétences de Quentin Ponroy, son ami de longue date, aussi discret que talentueux. Alors certes, la concurrence s’annonce rude, avec notamment la participation de spécialistes d’autres disciplines telles que le Match Racing ou l’olympisme, mais pour les deux garçons, il est difficile d’envisager autre chose que le podium, le plus jeune ayant à cœur de confirmer son excellente saison, l’autre souhaitant conclure en beauté quatre belles années sous les couleurs de la banque mutualiste et de la Région.

Presque deux mois après la fin de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire, les Figaristes reprennent du service, ce week-end, à l’occasion du Tour du Bretagne. S’ils ont pris part au prologue de la course hier, disputant ainsi un petit parcours face aux remparts de la cité Corsaire dans de tout petits airs et une brume épaisse, c’est aujourd’hui qu’ils vont véritablement entrer dans le vif du sujet. Au menu : un parcours technique, truffé de pièges et lors duquel il faudra tricoter habilement dans les courants, au plus près des cailloux. « Ca s’annonce, comme toujours assez complexe, même si nous allons commencer en douceur. Aujourd’hui, nous devrions, en effet, profiter d’un peu de vent pour partir, avant que ça mollisse. Nous allons devoir gérer une renverse du courant, ça va être compliqué de terminer tôt (ETA à Lézardrieux entre 18h et 22h ce soir, ndlr). Il va donc falloir être vigilant jusqu’à la fin. Mais en réalité, c’est surtout ensuite que ça va se corser, avec des conditions très musclées annoncées pour lundi et mardi », a détaillé Nicolas Troussel, le skipper Bretagne – Crédit Mutuel Élite qui a commencé l’année sur les chapeaux de roues sur le circuit des Class40, en remportant tout ou presque, et qui, dans la logique de transmission de la Filière, apportera autant que possible son expérience à Sébastien Simon sur ce Tour de Bretagne.

Apprendre tout en confrontant ses idées

« Mon but est de continuer à apprendre. Avec Nico à mes côtés, je sais que je vais engranger de précieux conseils, ce qui sera forcément bénéfique. Reste que si je veux que ce soit efficace et que tout marche bien, il faut que nous parvenions à confronter nos idées. En amont de l’évènement, nous avons effectué quelques sorties en mer afin de nous caler en double. ça a l’air de fonctionner. Nous l’avons d’ailleurs vu hier, lors du prologue que nous avons bouclé en 4e position », a indiqué Sébastien qui, rappelons-le, a réalisé une très bonne saison, remportant notamment la deuxième étape de la Solitaire du Figaro en juin dernier, entre La Corogne et Concarneau, mais qui reste, comme à son habitude, extrêmement humble. « L’expérience de Nico est énorme. Forcément, il va m’apporter plus que moi je vais le faire. Ces derniers jours, il m’a déjà aidé à éclaircir certains points pour avancer vite dans la pétole, ce qui n’a jamais été mon point fort jusqu’ici. Sur ce Tour de Bretagne, je vais prendre tout ce qu’il y a à prendre sans pour autant me laisser impressionner. Ce qui est sûr, c’est que je me sens plus fort avec lui à bord que tout seul », a lâché le jeune marin dont l’envie de bien faire n’est plus à démontrer.

Finir sur un bon résultat et en se faisant plaisir

Idem pour ce qui concerne Corentin Horeau. Le jeune Trinitain, deuxième de la Solitaire l’an passé, a alterné le bon et le moins bon cette année, mais espère terminer en beauté les quatre années passées sous les bannières du Crédit Mutuel et de la Région Bretagne. « C’est l’une de mes dernières courses sous leurs couleurs. Evidemment, j’ai envie de finir sur une belle note. J’ai également l’intention de prendre beaucoup de plaisir à naviguer. Le Tour de Bretagne est une épreuve que j’aime bien », a expliqué le skipper, troisième de l’édition 2013 aux côtés de… Nicolas Troussel. « Cette année, je suis associé à Quentin Ponroy. Lui et moi, nous nous connaissons bien et depuis longtemps. Ensemble, nous avons régaté sur une foule de supports, en baie de Quiberon. Nous fonctionnons bien et je sais qu’aucun des deux n’est du genre à prendre la mouche, ce qui est un point fort sur une course en double. Nous sommes complémentaires et son œil de voilier sera, à coup sûr, précieux. Il sait parfaitement comment faire avancer un bateau », a poursuivi Corentin qui part avec des ambitions fortes et qui sait qu’avec son acolyte, il a les moyens de les atteindre. « Le résultat, c’est une chose mais la manière est toute aussi importante. Cette semaine, comme l’a expliqué Nico, ça risque d’être compliqué. La course d’aujourd’hui sera importante, surtout si les suivantes sont compromises à cause de la météo. Ce sera essentiel d’être dans le coup d’entrée de jeu d’autant que sur ce Tour de Bretagne, aucune manche ne saute », a précisé le skipper Bretagne – Crédit Mutuel Performance. « Nous allons faire au mieux avec nos armes. Nous ne sommes pas un duo de stars. Nous partons donc avec l’étiquette d’outsiders et ça, ça me va bien », a conclu Corentin Horeau qui se refuse décidément à accepter celle de « favori », ce qu’il est pourtant…

Partager

Articles en relation