Nautisme info

Transat Bretagne-Martinique en solitaire, l’édition 2013 attend ses participants

Transat Bretagne-Martinique en solitaire, l’édition 2013 attend ses participants
décembre 11
13:03 2012

 

Lancée en 2001 sous le nom de Trophée BPE, la seule course transatlantique en solitaire disputée à armes égales n’a eu de cesse, depuis, de tracer son sillage. Evoluant régulièrement et variant les parcours pour proposer aux marins un échiquier toujours plus ouvert, elle dévoile cette année un nouveau port de départ. En 2013, l’épreuve d’ouverture du Championnat de France de Course au Large en Solitaire organisée par la société Pen Duick, partira donc de Brest pour rallier Fort-de-France dans la mer des Caraïbes. Le 17 mars prochain, la Transat Bretagne-Martinique mettra les voiles pour lier deux ports à l’histoire et la tradition maritime forte. Entre ces deux points d’ancrage, les figaristes auront toute latitude pour faire de l’Atlantique un terrain de jeu à la hauteur de leur talent et de leurs ambitions.

 

Une nouvelle page de la course au large et de la Transat Monotype en solitaire s’ouvre à quelques mois du coup d’envoi de la saison Figaro Bénéteau 2013. Le 17 mars prochain, c’est en effet de Brest que les solitaires s’élanceront pour 3 500 milles d’un tracé laissé libre qui les mènera vers la Martinique. Jardin de prédilection de nombreux figaristes, la célèbre rade finistérienne verra donc se mesurer les plus fines gâchettes du circuit monotype à l’occasion de leur premier grand rendez-vous. Accueillis au sein de la nouvelle marina du Château, les concurrents, les partenaires et l’ensemble de l’organisation y trouveront toutes les infrastructures nécessaires à une préparation technique et sportive idéale et de nombreuses opportunités pour aller à la rencontre d’un public toujours nombreux et féru d’aventures salées. Port des records et notamment du Trophée Jules Verne, haut lieu des rassemblements maritimes d’exception et cité au caractère océanique affirmé depuis toujours, Brest dispose de tous les atouts pour offrir un premier acte placé sous le sceau du succès populaire.

 

La Martinique, île d’arrivée

Si la qualité de l’accueil des gens d’Iroise, cherchera à les retenir, le 17 mars, une fois le départ donné, les concurrents n’auront qu’une hâte : en découdre à l’échelle de l’océan Atlantique. Sur une traversée dont on sait que si elle n’impose aucune marque de parcours elle n’en reste pas moins sujette aux interprétations les plus variées. Tous auront à cœur de jouer les chefs de file. En 2011, les solitaires avaient signé une transatlantique express, ralliant la Bretagne à la Martinique en seize jours. Cette année, si les alizés sont de la partie, cette belle cavalcade devrait à nouveau tenir son monde en haleine. Une chose est sûre, nombreux sont ceux qui pourront prétendre succéder à Thomas Rouxel à l’arrivée à Fort-de-France. Car c’est dans les eaux de l’île aux Fleurs, pour la deuxième édition consécutive, que prendra fin le suspens dans les premiers jours du mois d’avril. Avec le Diamant en dernière marque et la Baie de Fort-de-France en juge de paix, la Martinique offrira non seulement un cadre idyllique au finish de cette belle transatlantique, mais saura à nouveau réserver le meilleur à l’ensemble de la flotte et à tous les acteurs de la course.

 

Rendez-vous à partir du 8 mars, pour vivre au rythme de la Transat Bretagne-Martinique !

 

 

Partager

Articles en relation