Nautisme info

Transat New York-Vendée : La direction de course, en coulisse et à la manœuvre

Transat New York-Vendée : La direction de course, en coulisse et à la manœuvre
avril 14
16:44 2016

 On connaît désormais le parcours, les enjeux et les protagonistes de La Transat New York-Vendée (Les Sables d’Olonne), épreuve du Championnat du Monde IMOCA Ocean Masters, mais, en coulisse, des chefs d’orchestre sont depuis des mois à la manœuvre. Aussi discrets qu’experts, ils préparent l’événement et veilleront 24h/24 sur tous les concurrents de New York jusqu’aux Sables d’Olonne. Zoom sur la direction de course, son rôle, son fonctionnement, ses arbitrages.

Le premier rôle d’une direction de course, c’est d’en définir les règles, les fameuses « instructions de course ». C’est ensuite, et surtout, de composer entre les contraintes des coureurs, celles des organisateurs, les aléas météorologiques et logistiques. Enfin, pendant l’épreuve, ils deviennent des veilleurs, gardiens avant tout de la sécurité des coureurs, mais aussi des règles du jeu océanique qu’ils ont mis en place.

Jacques Caraës, épaulé de Guillaume Evrard et Hubert Lemonnier sont aux manettes de la Transat New York-Vendée (Les Sables d’Olonne) depuis plusieurs mois, revue d’actions et de décisions.

Séquence émotion sur le prologue

Emotions garanties pour le prologue de la Transat New York-Vendée (Les Sables d’Olonne), qui sera l’un des temps forts de cette course. Il se jouera en équipage au départ de Newport, le 21 mai, pour arriver, quelques 24h plus tard, à la voile, à New York, au pied de la Statue de la Liberté, au cœur de Manhattan…

Un moment exceptionnel dans la vie d’un marin comme de celles des heureux invités à bord des IMOCA60 ce jour-là.

Un média man à bord, ou pas

En parfait « warm up » du Vendée Globe, la Transat New York-Vendée (Les Sables d’Olonne) est une occasion de réaliser de précieuses banques images in situ, en amont du tour du monde. La direction de course a donc proposé aux coureurs d’embarquer un média man pendant la transat. Avant le départ, skippers et média men signeront une déclaration sur l’honneur dans laquelle ils s’engagent à ce que le média man ne participe d’aucune manière à la marche du bateau.

Seuls les solitaires devant se qualifier pour le Vendée Globe* auront l’obligation de naviguer seuls.

Un départ sous haute tension, au cœur du trafic New-yorkais

Le coup d’envoi sera donné juste en face de la North Cove Marina, sur l’Hudson river, au cœur de l’intense trafic fluvial Newyorkais… Ainsi, compte tenu de l’importance de la flotte (18 bateaux), en fonction des conditions météo, la direction de course se réservera la possibilité de proposer aux coureurs d’embarquer un équipier jusqu’au pont Verrazzano (soit sur une distance de 2,5 milles nautiques) pour assurer la sécurité du bateau.

La limite des glaces

Les dangers se suivent mais ne se ressemblent pas. Une fois au large, les concurrents devront prendre garde aux icebergs. Or, plus ça va, plus les glaces descendent sud… Cette zone à risque flirte désormais avec la route orthodromique de la transat. La direction de course a donc pour l’instant défini une limite nord à ne pas dépasser, au niveau du 42° nord**. Cette zone de restriction pourra être réajustée dans les 8 jours précédant le départ. Jacques Caraës et son équipe sont en veille permanente sur ce sujet.

Des quarts de 2 heures, H24

Jacques Caraës, Guillaume Evrard et Hubert Lemonnier vont se relayer 24h sur 24 pendant toute la durée de la transat, par quarts de deux heures. Les coureurs pourront les appeler à tous moments. Le cap et la vitesse des bateaux sont des indicateurs privilégiés qu’ils scrutent en permanence afin de déceler d’éventuels problèmes à bord. Cette veille sécuritaire sera complétée d’un point météo quotidien effectué avec la société Great Circle représentée par Christian Dumard et Bernard Sacré.

* Morgan Lagravière (Safran), Stéphane Le Diraison (NC) et Alex Thomson (Hugo Boss). Sébastien Destremau (Face Ocean) et Pieter Heerema (No Way Back) s’ils ne se qualifient pas sur la course Puerto Calero. Yann Eliès (Quéguiner – Leucémie Espoir) s’il n’a pas réalisé 1500 milles en solitaire avant la Transat New York-Vendée (Les Sables d’Olonne). Kojiro Shiraishi (Spirit of Yukoh) s’il s’inscrit au Vendée Globe. Paul Meilhat (SMA) s’il ne se qualifie pas sur The Transat.

** 42° nord c’est la latitude de la Corse en France et la frontière entre les états de New York et de Pennsylvanie aux USA.

Tags
Partager

Articles en relation