Nautisme info

Une traversée de l’Atlantique très éprouvante pour Yvan Bourgnon

Une traversée de l’Atlantique très éprouvante pour Yvan Bourgnon
décembre 11
12:59 2013

Reparti en solitaire le 20 novembre dernier des Canaries afin de poursuivre son tour du monde en catamaran de sport, Yvan Bourgnon a rallié mardi matin la Martinique, à 7h40 heure locale (12h40 heure française) après une traversée de l’Atlantique très éprouvante. 

Le Port du Marin accueillera Yvan Bourgnon pour quelques jours d’escale afin d’effectuer tous les travaux nécessaires, notamment la réparation du haut de son mât, avant de repartir en direction du Panama. Pour rappel, Yvan Bourgnon a débuté son tour du monde le 5 octobre dernier au départ des Sables d’Olonne. Une circumnavigation de 12 mois à bord d’un voilier de 6 mètres de long non habitable avec un sextant pour seul moyen de navigation.

J’en ai rarement bavé comme ça. C’était un truc de psychopathe. J’ai eu tous les types de temps: alizés, dépressions, pétole (calme, ndlr), orages… Des vents de plus de 60 noeuds! Dans un orage, je me suis retourné comme une crèpe et le bateau m’a remorqué au bout de ma ligne de vie. J’ai paniqué, je n’arrivais pas à rejoindre le catamaran couché sur le flanc. J’ai lutté comme un fou, comme un féroce, et je suis quand même arrivé à le rattraper, à le redresser. Après, j’ai eu trois jours de près (contre le vent, ndlr), dans 5 mètres de creux. Je me suis fais secouer dans tous les sens sans pouvoir dormir. Et le retour des alizés n’a pas été mieux: j’ai eu des grains à répétition, avec 45 noeuds de vent les derniers jours”.

“Je m’attendais à quelque chose de très difficile mais pas à ce point. En prendre autant dans la +gueule+, c’est un truc de fou! J’en ai seulement profité hier (lundi), avec de belles glissades. Mais après avoir vécu un truc comme ça, on est armé pour continuer. J’ai deux avaries relativement importantes: une fissure en tête de mât et le gouvernail babord (gauche, ndlr) qui s’est désolidarisé de la plate-forme. Il faut aussi que je travaille sur le pilote automatique. Mais à part ça, le bateau est costaud et je suis agréablement surpris. J’ai maigri de 3-4 kg mais je suis arrivé à m’alimenter avec des plats lyophilisés. A part des démangeaisons un peu partout sur le corps, je vais bien. Dormir, ça a été difficile. Jamais plus de 10 minutes. Et c’est impossible au près. Le reste du temps, tu te cramponnes comme tu peux, car ça gigote dans tous les sens. Ce n’est pas évident“.

Plus d’informations : yvan-bourgnon.fr

 

 

Partager

Articles en relation