Nautisme info

Vendée Globe (J+23) De grandes manœuvres sous les grains pour des marins courageux

Vendée Globe (J+23) De grandes manœuvres sous les grains pour des marins courageux
décembre 04
10:43 2012

 

La nuit n’a pas du être de tout repos pour les skippers du Vendée Globe. En tête, les grains et la mer creusée contraignent les marins à des changements de voile incessants. Tandis que les lochs reprennent de la couleur à l’arrière de la flotte qui s ‘échappe enfin de l’anticyclone, Mike Golding (Gamesa), Jean Le Cam (Synerciel) et Dominique Wavre (Mirabaud) passent ce matin la première porte des glaces.

 

Comment font-ils ? Comment gèrent-ils le manque de sommeil, le bruit incessant, le manque de stabilité permanent, le froid, l’humidité ? Après plus de trois semaines de course et près de 7 000 milles parcourus, la fatigue doit commencer à se faire sentir. La course vit pourtant ses jours les plus compliqués. Les marins, entrés dans l’océan Indien pour les premiers, vont désormais naviguer loin de tout, dans des conditions difficiles. Ne rien casser, préserver son bateau tout en maintenant une vitesse optimale pour ne pas se laisser distancer… tel est le dilemme, la limite à trouver. Une régate pure dans une course au parfum d’aventure.

 

Cap sur la porte Crozet

Les leaders continuent leur folle cavalcade vers la deuxième porte des Glaces. Ils leur reste 860 milles à parcourir dans des vents changeants, basculant parfois rapidement de l’ouest au nord-ouest. Voilà le programme pour les trois jours à venir jusqu’à la porte Crozet où un anticyclone devrait s’installer… et peut-être changer la donne. Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) toujours en tête affiche ce matin une vitesse de plus de 18 nœuds à 33 milles du deuxième Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3) qui pointe à 19,5 nœuds, à la même vitesse que François Gabart (Macif). On le voyait venir, et bien le voilà ! Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) recolle diablement au tableau arrière du jeune bizuth à moins de dix milles. Le Suisse semble cravacher dur, son plan Kouyoumdjan demeurant très exigeant. Cette nuit, Alex Thomson (Hugo Boss) semble avoir eu des difficultés à conserver la distance, il se situe désormais à 120 milles de Bernard Stamm et pointe à une vitesse de 15 nœuds. Positionné hier très au nord par rapport à ses petits camarades, l’Anglais tente de se recentrer.

 

Enfin, Bonne Espérance…

Mike Golding (Gamesa) en tête, les trois inséparables viennent de passer le point le plus ouest de la porte des Aiguilles. Enfin ! Mais à l’image des leaders hier, la journée promet d’être intense. Avec la nuit, les écarts ont diminués : 40 milles entre Mike Golding (Gamesa) et Jean Le Cam (Synerciel), lequel devance Dominique Wavre (Mirabaud) de 25 milles… Programme du jour : manœuvres sur le pont et observation du ciel et de la mer. Car le vent d’ouest risque de tourner au sud en rafales jusqu’à 35 noeuds. A 500 milles derrière, Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) est enfin libéré des caprices de Sainte-Hélène. Il file désormais à plus de 16 nœuds, serein après quelques petites réparations (lattes de grand-voile). Le fait marquant ce matin de la queue de flotte demeure le place gagnée de Bertrand de Broc (Votre nom autour du monde avec EDM Projets) désormais onzième, sur Tanguy de Lamotte (Initiatives Cœur). Leur écart n’est que de 3 milles. Des héros ces marins !

 

 

Le haut du classement

 

1 – Armel Le Cléac’h  / Banque Populaire
à 17 680,4 milles de l’arrivée

2 – Jean-Pierre Dick  / Virbac Paprec 3
à 33,6 milles du leader

3 – François Gabart / MACIF 
à 56 milles du leader

4 – Bernard Stamm / Cheminées Poujoulat 
à 68,8 milles du leader

5 – Alex Thomson / Hugo Boss 
à 183,8 milles du leader

 

Suivre le Vendée Globe sur Nautisme-info

 

Article : “Bientôt l’océan indien”

Article : “Ça se bouscule aux portes du Cap de Bonne Espérance”

Article : “Tanguy De Lamotte attaque ses premiers miles en mers inconnues”

 

Partager

Articles en relation