Nautisme info

Vents contrariants à Dunkerque

Vents contrariants à Dunkerque
juillet 06
12:22 2015

Faute de vent, les régates en stade nautique, seconde épreuve de chaque étape du Tour de France à la Voile, n’ont pu aller à leur terme, dimanche à Dunkerque. Grandeur Nature Vérandas reste donc le leader d’un classement général inchangé. Cap sur Fécamp où se courra le raid côtier demain lundi, dès 12 heures.

Une panne, un coup de vent, une panne… Morcelés, les airs de la mer du nord ont joué les trouble-fête ce dimanche. Entre deux pannes de vent, les deux groupes dans lesquels les Diam 24 étaient répartis n’ont pu disputer qu’une manche chacun lors des régates en stade nautique. Insuffisant puisqu’il faut qu’au moins deux manches en stade nautique soient validées pour établir un classement du jour. Une frustration ? Pas pour Guillaume Le Brec, équipier de PRB : « On n’est pas frustré, c’est la voile. Le comité de course a fait ce qu’il pouvait pour tenter de nous faire naviguer, mais la météo n’était pas vraiment avec nous aujourd’hui. Ça arrive, il faut rester philosophe ».

Vainqueur du raid côtier dans les eaux de Dunkerque vendredi, Grandeur Nature Vérandas mené par Fred Duthil reste donc le leader du classement général avec le gennaker bleu. Spindrift est deuxième et Vannes Agglo – Golfe du Morbihan troisième.

Groupama et Prince de Bretagne au taquet

Même invalidées, les seules manches disputées ce jour ont livré quelques vérités. Sous la main de Matthieu Souben, Benjamin Amiot et Didier Le Vourch, Prince de Bretagne a remporté la première manche du Groupe gris devant Normandy Elite Team et Spindrift. Depuis le bord, Lionel Lemonchois a apprécié le travail de ses équipiers. « Je suis content de les avoir vu bien naviguer depuis la terre, mais on est tous un peu frustré parce qu’on passe sans doute à côté de quelques bons points, résume le skipper. Cette première place (du groupe gris) fait plaisir, même si elle compte pour du beurre. On a une belle équipe ».

Un brin vexé de s’être fait doubler en vitesse pure lors du raid côtier vendredi, Pierre Pennec, le skipper de Groupama en l’absence de Franck Cammas, tenait à remettre les pendules à l’heure. C’est chose faite avec une victoire dans la manche du jour, devant PRB et CombiWest. Et le coup aurait presque pu être parfait si la brise soutenue du début de seconde manche ne s’était pas brutalement asphyxiée. « Le point positif, c‘est qu’on a bien navigué quelles que soient les conditions de vent, explique Pierre Pennec. On était bien dans la première manche, dans du vent musclé (on a même pris un ris), on a dominé en vitesse et en manœuvres. C’était bien de montrer à nos adversaires qu’on était capable de bien faire en toutes circonstances et que le petit passage à vide de vendredi était vraiment dû à un souci de réglage du bateau. Je suis un peu frustré que ces efforts ne soient pas récompensés par un bond au classement général, mais on fonctionne bien à bord. Notre ambition est très claire, nous voulons gagner le Tour. Et plus vite nous prendrons la tête du classement, mieux ce sera ».

Contre-la-montre à terre

Plus vite, c’était aussi l’objectif des équipes à terre. Sitôt les bateaux hors d’eau, les 28 Diam 24 ont été démontés, glissés dans les containers, remontés vers le parking. Dans ce Tour de France à la Voile nouvelle formule, chaque heure gagnée à terre est une heure de plus pour remonter le bateau, réparer au besoin et, surtout, permettre aux marins et aux techniciens de récupérer. En moins de deux heures, il ne restait plus un Diam 24 sur les paddocks.

Tour à tour, les équipes ont quitté Dunkerque, direction Fécamp et l’Acte 2 de ce 38e Tour de France à la Voile. Dès demain, la Haute-Normandie vibrera à son tour au rythme du Tour. Ce lundi, à 12 heures, les équipages couperont la ligne de départ du raid côtier avant de s’ébattre dans le stade nautique mardi au pied des si belles falaises de craie.

Articles en relation