Nautisme info

Transgascogne 6.50 2007

juillet 19
00:00 2007
Plus de soixante-quinze voiliers vont s’élancer dimanche prochain à 12h02 au départ de Port Bourgenay pour ce qui reste la dernière épreuve du calendrier avant la Mini Transat 6.50. Une excellente manière de jauger de sa préparation et surtout du niveau de ses futurs concurrents…
 
L’histoire de la Transgascogne a toujours été liée à la Mini Transat puisque cette épreuve, initiée en 1988 puis organisée toutes les années impaires, a permis à bien des solitaires de parfaire leur préparation, de jauger la performance de leur prototype, d’appréhender la valeur de leurs concurrents, de peaufiner leur jeu de voiles, de valider leurs réglages, de confirmer la fiabilité de leur matériel… bref, de s’assurer que le bateau comme le marin sont fin prêts pour le grand saut transatlantique. Car si le parcours de la Transgascogne peut paraître court, il n’en reste pas moins extrêmement intense par son tracé, par ses conditions météorologiques toujours très variées avec son aller et retour entre Vendée et Espagne, par le rythme imposé, par les impératifs tactiques… Son format est en effet très intéressant puisque, au départ de Port Bourgenay, les Minis doivent d’abord remonter vers Belle-Île avant de plonger sur Santander, soit 330 milles au travers du golfe de Gascogne, tandis que le retour s’effectue directement vers le port vendéen.
 
Prototypes et voiliers de série
 
D’ailleurs, la grande majorité des partants est aussi inscrite à la prochaine Mini Transat 6.50 qui partira de La Rochelle en septembre prochain. Parmi la trentaine de prototypes, la lutte s’annonce de toute beauté entre la talentueuse Isabelle Joschke et le Belge Peter Laureyssens qui s’alignent sur le même plan du Groupe Finot, face à Yves Le Blévec (vainqueur de la Transagascogne 2001) sur un nouveau dessin de Marc Lombard, Adrien Hardy (vainqueur de la course Les Sables-Les Açores-Les Sables 2006) sur un prototype optimisé de Sébastien Magnen, et Fabien Desprès sur un Mini plein de ressources conçu par Axel de Beaufort… D’ailleurs la plupart des vainqueurs de la Transgascogne se sont retrouvés sur le podium de la Mini Transat ou des autres épreuves du circuit Mini, à l’image d’Olivier Hiver (1988), Philippe Vicariot (1989), Loïc Blanken (1991), Gwen Chapalain (1993), Yvan Bourgnon (1995), Thomas Coville (1997), Lionel Lemonchois (1999), Yves Le Blévec (2001), Armel Tripon (2003) ou Corentin Douguet (2005).
 
Du côté des voiliers de série aussi, le niveau est de plus en plus élevé avec une belle confrontation entre la valeur sûre du circuit, le Pogo-2 et les autres bateaux (Dingo, Tip Top, Super Câlin…) : Antoine Debled, Hervé Piveteau, Francisco Lobato, Jean-François Quélen… sont parmi les grands favoris de la cinquantaine de partants annoncés. Et parmi tous ces solitaires (et la vingtaine d’équipages en double), on compte pas moins de cinq Britanniques, trois Hollandais et trois Espagnols, deux Américains, un Belge, un Portugais, un Brésilien, un Polonais ! Un beau panel pour une course qui s’annonce comme extrêmement sélective au vu des conditions météorologiques…
Un Gascogne qui cogne
 
Car si les « Ministes » n’ont que 330 milles à faire au départ de Port Bourgenay dimanche 22 juillet à 12h02, ils vont entrer très rapidement dans le match avec un première partie entre la Vendée et Belle-Île extrêmement tactique dans une petite brise d’Ouest d’une douzaine de nœuds, qui mollit doucement en tournant au Sud dans la nuit, puis en se renforçant très rapidement avant le lever du jour au passage d’une dépression véloce qui passe sur la pointe de Bretagne. D’un seul coup, c’est un vent de plus de vingt-cinq nœuds qui attend les concurrents derrière l’île bretonne avec des rafales à plus de trente-cinq nœuds et une mer courte et hachée, puisque ce coup de fouet s’annonce très bref et suivi d’une rotation brusque au secteur Ouest au lever du jour ! Du portant mou devenant fort puis du près violent et bref, pour finir par un vent de travers musclé jusqu’à Santander : le cocktail est à deux jours du coup de canon, plutôt explosif ! Il ne va pas falloir lâcher le moindre mètre pendant près d’une journée et demie… les premiers arrivés étant attendus en Espagne dès le mardi 24 à midi ! De quoi se reposer avant le parcours retour direct entre Santander et Port Bourgenay (200 milles) le samedi 28 juillet. 
 
 
 
Contact PC Course : Amélie Elineau – 06 13 94 98 49 – secretariat.solent@wanadoo.fr
Partager

Articles en relation

Newsletter

Nos partenaires

Naviguez sur Picksea et découvrez une large gamme de vêtements marins et d'équipements professionnels adaptés à la croisière, la régate, la plaisance et aux loisirs nautiques.

Envie de perfectionnement, de préparer le permis hauturier ou le CRR ? Apprendre-a-naviguer est une plateforme de formations nautiques en ligne pour développer vos compétences de chef de bord.