Nautisme info

Les Sables – Les Açore – Les Sables

Les Sables – Les Açore – Les Sables
août 20
00:00 2008

C’est donc en plein milieu de la nuit que les deux premiers solitaires ont franchi la ligne d’arrivée devant les Sables d’Olonne avec seulement douze minutes d’écart sur 1 270 milles de parcours ! Le Portugais Francisco Lobato réalise le grand chelem puisqu’il remporte les deux étapes en temps réel et le classement général cumulé sur son voilier de série Pogo-2…
 
Il restait encore une jolie brise de secteur Sud-Ouest d’une bonne quinzaine de nœuds et une belle mer ondulée par la houle du grand large lorsque les deux premiers de cette étape retour entre Horta et Les Sables d’Olonne se sont présentés à quelques encablures l’un de l’autre ! Un finish éblouissant puisque Francisco Lobato (Looking for…) et Sébastien Picault (Kickers) ont navigué quasiment à vue depuis plus de 24 heures… Et ce n’est que sur les derniers milles que le Portugais a fait la différence pour s’imposer une nouvelle fois puisqu’il avait déjà remporté en temps réel, la première étape ! Déjà vainqueur de la précédente édition en 2006, Francisco Lobato a réalisé une première dans le circuit Mini en amenant un voilier de série en haut du podium, face à une armada de prototypes qui ont connu de nombreuses avaries depuis le départ des Sables d’Olonne le 26 juillet dernier.
 
Une belle moyenne !
 
En franchissant la ligne d’arrivée à 3h15’ (heure française) ce jeudi matin, Francisco Lobato effectue le parcours en six jours douze heures et quinze minutes à une moyenne supérieure à huit nœuds ! Mais le Portugais a été sous pression depuis plusieurs jours lorsque Sébastien Picault a effectué une belle remontée pour passer devant, se faire dépasser, repasser encore devant pour finalement concéder douze minutes à l’arrivée. Derrière, Oliver Bond (Base Camp) a fait le break face aux trois autres voiliers de série qui jouaient une place sur le podium : Charlie Dalin (Antalis), Riccardo Apolloni (MaVie pour Mapei) et Damien Guillou (Demi-Clé). Le Britannique devrait donc se présenter sur la ligne d’arrivée vers 7h00 alors que ses poursuivants directs ne devraient être en vue des Sables d’Olonne qu’en fin de matinée. Pour le peloton, la journée de jeudi s’annonce difficile car le vent s’écroule très nettement au fond du golfe de Gascogne et une zone orageuse sur le cap Finisterre s’étend vers Gijon : les derniers Mini tels Benoît Sineau (Cachaca) et Maxence Desfeux (Matmut) vont donc avoir beaucoup de mal à finir avant la remise des prix de dimanche soir !
 
Arrivées aux Sables d’Olonne
1-Francisco Lobato (Looking for…) jeudi à 3h 15’ 00’’ en 6j 12h 15’ 00’’
2-Sébastien Picault (Kickers) jeudi à 3h 27’ 02’’ en 6j 12h 27’ 02’’
 
Temps de course cumulé sur deux étapes
1-Francisco Lobato (Looking for…) en 18j 20h 50’ 49’’
2-Sébastien Picault (Kickers) en 21j 02h 48’ 23’’
 
ITV de Francisco Lobato (Looking for…)
« Il y a eu vraiment beaucoup de mer ! Jusqu’à huit mètres de creux et de grosses déferlantes… J’admets avoir eu peur parce que l’an passé, j’ai chaviré avec des vagues comme celles-là et deux d’entre elles m’ont renversé sur le côté : les bateaux sont tout de même petits et on a réussi à passer. Je suis content d’être arrivé parce que cette course a été très difficile par rapport à l’édition précédente de 2006.
C’était super de sortir des Açores, d’envoyer le spinnaker et de faire presque tout le parcours au portant ! Et à l’aller, même si nous avons eu du mauvais temps, il y a eu des nuits tellement belles… Pas de lune, au près avec dix nœuds, un ciel avec plein d’étoiles, pas un bruit, juste le chuchotement du bateau qui glisse dans la mer, plein d’animaux, des dauphins, des oiseaux, une baleine ! C’était magique…
Par rapport à 2006, la course était différente : il y avait peut-être moins de niveau pour cette édition et beaucoup d’abandons, en particulier chez les prototypes. Mais la course commence avant le départ, quand on se prépare et quand on prépare le bateau. Et le gros temps fait le tri après… Quand je suis arrivé premier au scratch aux Açores, j’étais surpris même si depuis deux ans, j’ai toujours fini premier ou deuxième sauf sur la Mini Transat où j’ai eu plein de galères, mais parmi les voiliers de série… Habituellement, il y a déjà plein de prototypes qui sont arrivés, mais là ! C’était un rêve de finir en tête avec un voilier de série… Alors sur les deux étapes et au classement général ! Ce n’est pas logique parce que les prototypes sont quand même plus rapides…
Il y a deux ans, on a tiré un peu plus sur les bateaux, mais là, vu les conditions de mer et les avaries, il a fallu être prudent par moment. On avait été massacré lors de la première étape et il a fallu gérer ce retour parfois proche de la survie… Il fallait savoir lever le pied. Mais j’ai fait des journées superbes avec des pointes à vingt nœuds, des surfs à seize nœuds.
Cette saison a été difficile pour moi parce que je n’avais plus de sponsor et je me suis autofinancé. J’utilisais les voiles de l’année dernière et je n’ai pu faire que le minimum d’optimisation au chantier d’hiver. J’espère trouver un partenaire pour la prochaine Mini Transat… et pour le futur, pouvoir m’essayer sur le Solitaire du Figaro.
Le parcours est très intéressant et plus dur que la Mini Transat. Il y a plus de paramètres stratégiques à appréhender avec l’anticyclone des Açores, les dépressions, les fronts, les dorsales… Il y a plus de portes qui s’ouvrent et qui se ferment, plus de champ d’expression tactique. C’est stimulant et météorologiquement très enrichissant.
Le bateau est en bon état à l’arrivée : je n’ai cassé que le bout dehors parce que le vent est monté brusquement à trente nœuds sous spinnaker et le bateau est parti en surf puis en vrac alors que je me reposais à l’intérieur… Heureusement, j’avais un tube de rechange mais à part ça, je n’ai eu aucun souci technique. J’ai beaucoup appris ces deux dernières années : il y a deux ans, je n’avais presque aucune expérience du grand large et cette fois, j’étais l’un de ceux qui avait le plus de milles en Mini. »
 
 
Contact Presse : Isabelle Delaune – 06 20 53 90 14 – isabelle.delaune@wanadoo.fr
Partager

Articles en relation

Newsletter

Nos partenaires

Naviguez sur Picksea et découvrez une large gamme de vêtements marins et d'équipements professionnels adaptés à la croisière, la régate, la plaisance et aux loisirs nautiques.

Envie de perfectionnement, de préparer le permis hauturier ou le CRR ? Apprendre-a-naviguer est une plateforme de formations nautiques en ligne pour développer vos compétences de chef de bord.