Nautisme info

Pérégrinations d’un Portugais à Porquerolles

Pérégrinations d’un Portugais à Porquerolles
juin 14
00:00 2011

Le Portugais Francisco Lobato (Roff) a signé peu avant 9 heures ce matin sa première grande victoire en solitaire dans la Classe Figaro-Bénéteau. Six coureurs sont arrivés à vue en rade de Porquerolles, dans la belle lumière de la baie d’Hyères, poussés sous spi par un léger flux d’est, et c’est le Portugais, unique étranger de l’épreuve, qui a su depuis hier après-midi conserver la tête de la flotte. 12 minutes séparent ces principaux protagonistes d’une étape Méditerranéenne, dans toute la splendeur, la puissance et la diversité du terme.

Lobato triomphe d’une terrible étape
Souvent placé depuis son arrivée en Figaro-Bénéteau en 2010, Francisco Lobato a touché dans cette longue course hauturière entre Leucate et Porquerolles le petit supplément de chance qui lui faisait défaut. Il livre une copie sans tache, marquée du sceau de l’inspiration et de la ténacité. Inspiration lors de son atterrissage au large du cap Sicié, quand la Tramontane qui le propulsait depuis le Languedoc a laissé place à une brise thermique. Et ténacité lors de la terrible épreuve qui attendait les 16 solitaires de la baie d’Hyères au Lion de Mer et retour. Brise légère, franche pétole ont été au menu d’hommes aux résistances physiques bien entamées par le sprint débridé en travers du golfe du Lion. Lobato a fait étalage de ses grandes qualités morales pour résister aux appétits d’un petit groupe de 5 affamés. A quelques longueurs de son tableau arrière, Jean-Pierre Nicol menait en effet la charge en compagnie de Fabien Delahaye (Port de Caen-Ouistreham), Fred Rivet (Vendée 1), Laurent Pellecuer (Option sud club de partenaires) et Nicolas Lunven (Generali). Aucun de ces marins ne devait s’avouer vaincu avant la ligne, et Nicol engageait même Lobato dans une infernale sarabande d’empannages quelques encablures seulement avant la ligne d’arrivée.
Le Portugais triomphe donc dans la belle lumière matinale de Porquerolles, au terme d’un jour, 17 heures et 50 minutes d’éprouvante régate.

Une course toute en contraste
Cette longue étape entre Leucate et Porquerolles a décidément tenu toutes ses promesses. Le scénario dessiné au départ avec pour cadre un golfe du Lion balayé par la Tramontane, et les rivages Provençaux sous le régime de brises thermiques, s’est avéré exact pour les solitaires. Le premier gros tiers de la course a donné lieu à un sprint de vitesse aux allures débridées. Arrivée aux premières lueurs du jour hier mardi sous la rade de Marseille, chaque solitaire était invité à choisir son camp, le large pour les uns : Adrien Hardy (Agir Recouvrement), Marc Emig (Ensemble autour du monde), Eric Péron (Macif 2009), ou les calanques pour les autres (Fabien Delahaye, Fred Rivet, Jean-Paul Mouren…) Sous spi et au ras des cailloux, c’est ce dernier groupe qui jouait gagnant. Lobato embouquait la passe entre presqu’île de Giens et Porquerolles bien détaché, suivi du surprenant Jean-Paul Mouren (MarseillEntreprise). C’est ensuite la baie de Saint Tropez qui se posait en passage à niveau, n’autorisant l’accès à ses calmes pétoleux vers le Lion de mer qu’à six solitaires. Ces six hommes allaient batailler toute la nuit dans d’épiques successions d’empannages, « à s’en tétaniser les bras » dixit Jean-Pierre Nicol.

Delahaye s’empare du commandement au général provisoire
Le classement général provisoire se trouve aujourd’hui chamboulé, et c’est toute l’issue de cette GENERALI SOLO qui replonge dans l’inconnue ; si Fabien Delahaye bondit sur la plus haute marche du podium, moins de 3 points le séparent de son second Jean-Pierre Nicol , et 4 points du perdant de la journée, Gildas Morvan relégué en troisième place. L’intérêt du Grand Prix de Porquerolles, combinaison au gré du comité de courses de parcours « bananes » ou côtiers, se trouve exacerbé. Le vainqueur de la GENERALI SOLO est loin d’être identifié. C’est la baie d’Hyères, gorgée de soleil cette semaine qui est appelée dès vendredi  à départager les postulants.

Qui êtes-vous Jean Pierre Nicol ?
La marmite de la voile, de la mer et des embruns, Jean-Pierre Nicol (Bernard Controls) est tombé dedans dès sa venue au monde à Pointe-à-Pître. Des croisières pour le plaisir à la voile de haut niveau, il a franchi le pas avec aisance. L’homme est doué, instinctif et inspiré. C’est aussi un gagneur qui ne peut dissocier plaisir de glisser sur l’eau d’un irrésistible besoin de laisser derrière lui tous ses concurrents. Cette « grinta » le porte tout naturellement à s’exprimer au sein de la Classe Figaro-Bénéteau, où évolue la crème de la voile océanique française. Jean-Pierre y fait son trou en alternant coups d’éclats et déceptions. Il apprend la patience, progresse sans bruit et impose avec une autorité croissante son style froid et résolu.

Ils ont dit :

Francisco Lobato (Roff) :
« Très content car il m’est souvent arrivé en Figaro d’être bien placé, mais de me faire avoir à l’arrivée. J’ai eu un peu de réussite. C’est important pour le moral, d’autant que cette Generali Solo ne se passe pas bien pour moi. On était 4 ou 5 bateaux hier soir et sur le retour du Lion de Mer, j’ai dû bataillé ferme. Il fallait y croire tout le temps. Ce fut une étape très stressante. C’est ma première victoire en Figaro ! »

Fabien Delahaye (Port de Caen Ouitreham) :
« Une étape compliquée. Le départ et la traversée du golfe du Lion était top. Après ça s’est compliqué. Il fallait bien réfléchir et être au bon endroit. J’ai choisi d’atterrir le plus vite possible sur les côtes pour toucher le thermique. Ca a payé pour moi. J’ai été dans le bon paquet tout de suite. J’ai été en tête jusqu’à Sicié. J’étais avec Francisco. Il a fait un petit décalage à un moment et je suis resté scotché. J’ai réussi à revenir en tentant des petits coups à droite et à gauche… Une belle bagarre intense, avec une grande incertitude. »

Jean-Pierre Nicol (Bernard Controls) :
« Satisfait de ce podium. C’est une bonne opération au classement général. Tout a bien marché dans le bon sens. Un vrai bonheur mais ç a été terriblement difficile. On a beaucoup souffert, multiplié les empannages. Il ne me reste plus rien à manger ni à boire. L’étape fut intense et je suis rincé. Je me suis accroché jusqu’au bout pour jouer la victoire. Francisco a été très fort, en tête depuis hier midi. Il a été impressionnant. »

Fred Rivet (Vendée 1) :
« Très heureux de ce résultat. J’ai mené la danse hier. J’ai été toujours dans le coup, jusqu’à ce que le vent tombe en baie de Saint Tropez. J’ai joué la gagne jusqu’au bout. Je reviens bien au général et je vais essayer de bien finir ici. »

Nicolas Lunven (Generali) :
« Je me suis battu toute l’étape au sein d’un groupe de 6 bateaux. Sympa ! Mais pas un très bon finish ; je ne parviens pas à concrétiser mes courses. Je finis 6ème du groupe de 6. Un peu décevant ! je ne trouve pas les clés. Je perds des places bêtement. Je suis très concentré mais je dois trouver les clés. On a eu jusqu’à 25 noeuds au large de Marseille. Ca a molli ensuite et il a fallu se jeter à terre pour bénéficier des brises thermiques. On a avancé toute la journée dans du petit temps. J’ai eu peur de ne jamais voir le Lion de Mer. Notre groupe s’en est bien sorti avec des écarts conséquents. Je n’ai pas beaucoup dormi. J’ai hâte de découvrir cette île que je ne connais pas. »

Georges Keller, Yacht Club de Porquerolles :
« Porquerolles est un bel endroit, cela va sans dire, et c’est un très bel endroit pour y accueillir les Figaro-Bénéteau. L’amour des Figaro pour la Méditerranée a commencé à Porquerolles il y a quelques années. La GENERALI SOLO revient à Porquerolles et nous en sommes tous ravis. Les solitaires vont régater devant Porquerolles et offrir un spectacle unique. La GENERALI SOLO est déjà le 4ème événement d’importance que nous accueillons cette année, après la Semaine de Porquerolles, la Porquerolles’ Cup, et la somptueuse Porquerolles Classic. »

Le Programme de la GENERALI SOLO 2011, du 14 au 19 Juin à Porquerolles

Vendredi 17 juin et samedi 18 juin
Début du Grand Prix de Porquerolles

Dimanche 19 juin
Postlogue
Remise des Prix officielle

Classement provisoire général avant jury général à Porquerolles

1- Fabien Delahaye (Port de Caen Ouistreham) = 69 pts
2- Jean Pierre Nicol (Bernard Controls) = 71,8 pts
3- Gildas Morvan (Cercle Vert) = 73 pts
4 -Morgan Lagravière (Vendée) = 87 pts
5- Laurent Pellecuer (Options Sud) = 88 pts
6- Francisco Lobato (Roff) = 93 pts

Partager

Articles en relation

Newsletter

Nos partenaires

Naviguez sur Picksea et découvrez une large gamme de vêtements marins et d'équipements professionnels adaptés à la croisière, la régate, la plaisance et aux loisirs nautiques.

Envie de perfectionnement, de préparer le permis hauturier ou le CRR ? Apprendre-a-naviguer est une plateforme de formations nautiques en ligne pour développer vos compétences de chef de bord.