Nautisme info

Transat Jacques Vabre : Yann et Charlie feront la paire !

Transat Jacques Vabre : Yann et Charlie feront la paire !
juin 29
10:00 2015

Après s’être battus comme des lions sur la Solitaire du Figaro, Yann Eliès le vainqueur et Charlie Dalin son dauphin, feront équipe au départ de la Transat Jacques Vabre 2015, le 25 octobre prochain. Séduit par le potentiel et les compétences du skipper Macif, le skipper Quéguiner – Leucémie Espoir lui a proposé de l’accompagner sur cette transat en double entre le Havre et Itajai, au Brésil. Complices à terre et complémentaires en mer, les deux marins uniront leurs forces à bord du 60 pieds IMOCA de Yann. Un plan VPLP-Verdier de 2007 mis à l’eau mercredi dernier, après cinq mois de chantier. Leur Solitaire du Figaro tout juste terminée, les deux acolytes s’entraîneront ensemble, dès le mois prochain, avec la ferme intention de jouer la gagne dans ce nouveau défi sportif. Et leur binôme a déjà de quoi faire trembler !

Charlie Dalin : comme une évidence…

Son Figaro Beneteau 2 tout juste laissé à quai après avoir signé un magnifique triplé sur la Reine des Solitaires, Yann Eliès a déjà l’esprit tourné vers un nouvel objectif : la Transat Jacques Vabre qui débutera au Havre dans quatre mois. Et c’est avec Charlie Dalin qu’il disputera cette transat en double, à la barre de son 60 pieds IMOCA. Champion de France de course au large et deuxième de la Solitaire cette année, son nom s’est imposé comme une évidence. “Quand la question du co-skipper s’est posée, j’ai tout de suite pensé à Charlie. Il avait déjà fait partie de mon aventure ‘Route du Rhum’ l’an dernier pour m’aider sur la performance et faire le routage, et j’en étais super content. Je pense qu’il peut m’apporter énormément» explique le briochin. Séduit par le potentiel de ce «petit gars bourré de talent” dès leurs premiers échanges sur le circuit Figaro, Yann compte sur Charlie pour lui permettre de tirer le meilleur de son monocoque. “J’attends de Charlie qu’il m’aide à utiliser tous les outils informatiques et électroniques, et à récolter toutes les données propres à améliorer la performance du bateau. Et ce désir de performer ne se limite par à la Transat Jacques Vabre. Si Charlie a un peu de temps à me consacrer en 2016, j’aimerais qu’il puisse m’accompagner jusqu’au Vendée Globe” confie Yann à propos de son futur équipier. De quoi réjouir ce dernier, ravi de faire partie de l’aventure. “Je suis super content que Yann ait choisi de m’embarquer. On s’entend vraiment bien depuis quelques temps, et faire cette Transat en 60 pieds avec lui, c’est commencer à toucher du doigt de grands rêves et de grands projets. Je remercie la Macif de m’offrir cette parenthèse dans le cadre de mes deux années au sein de la sélection Espoir.”

Un binôme complémentaire

Si leur entente est un paramètre important dans le choix de ce binôme, c’est avant tout pour ses compétences que Yann a décidé de faire appel à Charlie. Performants chacun dans leur domaine, leur association promet de faire des étincelles, comme la Solitaire du Figaro a permis de le constater cette saison. “Nous sommes très différents et très complémentaires pour une navigation en double. Nous n’avons pas les mêmes qualités. Les points forts de l’un sont les faiblesses de l’autre et inversement” souligne Yann à propos de leurs qualités respectives. Et Charlie de préciser “Je vais super vite au près, et lui il est super fort dans les transitions et dans la molle. L’année dernière, nous avions commencé à échanger pour nous apporter mutuellement. Je lui filais des infos sur le logiciel Adrena, et lui me donnait des conseils sur les réglages du bateau. Nous sommes très complémentaires.” En concurrence directe pour le titre sur la Solitaire 2015, Yann et Charlie auraient pu voir leur entente mise à mal par cette rivalité sportive, mais elle n’a pas souffert de cette bataille pour la première place. “Il faut savoir faire la part des choses entre la Solitaire où l’on s’est retrouvés en concurrence directe, et ce projet commun sur lequel on va beaucoup s’apporter. Je pense que l’on a plutôt bien géré cette situation.” confiait Charlie à l’issue de l’épreuve. Même son de cloche du côté de Yann, même si ce dernier concédait avoir redouté un scénario différent. “J’ai forcément pensé à ma réaction si Charlie m’avait privé de la victoire et de ce triplé. La solitaire est un combat, dans lequel on devient des guerriers, et on laisse les sentiments de côté. Mais il y a la compétition, et la personne que l’on est réellement, une fois que la course est terminée. C’est important de dissocier les deux.”

Le Fastnet en guise de préparation

Rivaux pendant un mois, Yann et Charlie vont désormais apprendre à fonctionner ensemble, à bord d’un 60 Pieds. Pour cela, il s’entraineront en binôme à partir de mi-juillet, date à laquelle Yann aura un emploi du temps moins chargé. “Je vais être très pris par le baptême du bateau la semaine prochaine, mais à partir du 13 juillet, on va pouvoir réellement commencer à travailler, et dès la deuxième semaine d’août, on sera ensemble au départ du Fastnet. Ce sera l’occasion de voir ce que le bateau a dans le ventre et d’évaluer le potentiel de notre binôme. Ensuite la Transat Jacques Vabre va arriver vite, on sera dans une opération commando !” soulignait Yann à propos du programme à venir. Outre le Fastnet qui débutera le 16 août prochain, le duo participera à la plupart des stages du Pôle Finistère Course au large de Port-la-Forêt. L’occasion de bien prendre en main ce monocoque qui à défaut de faire partie de la nouvelle génération, a été soigneusement optimisé l’hiver dernier. Venu prêter main forte à d’autres projets IMOCA par le passé, Charlie a déjà une petite expérience qu’il entend développer sur ce nouveau défi sportif. “Je vais pouvoir apporter ma spécialité et mes connaissances sur les polaires de vitesse, les réglages de pilote, toute la partie performance. On va travailler ensemble sur les choix des voiles et les réglages. J’espère apprendre énormément.” Si les semaines qui précéderont le départ de la Transat Jacques Vabre seront l’occasion de se roder sur le plan sportif, elles offriront aussi l’opportunité de mieux se connaitre sur le plan humain, même s’ils ne seront pas ensemble pour copiner comme Yann a tenu à la souligner “Je peux avoir un caractère de cochon et j’ai l’impression que Charlie a son tempérament aussi mais nous ne sommes pas là pour partir en vacances ensemble comme deux vieux copains. Nous sommes là pour performer et même si j’ai toujours eu un bon feeling avec lui, je l’ai choisi avant tout pour son potentiel et ses compétences. Et on entend bien jouer la gagne sur cette épreuve. Je pense que l’on peut se permettre cette prétention”

 

Tags
Partager

Articles en relation